chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opeth - Ghost Reveries

Chronique

Opeth Ghost Reveries
On a beau le savoir, acheter un album d'Opeth avec un sticker rouge sur lequel est inscrit "Roadrunner Records", ça fait un peu bizarre. Alors vous me direz qu'on s'en fout, mais je me demande bien quel intérêt à le label américain à signer ce genre de groupe. Changer son image ? Montrer qu'il a du goût ? Ou peut être changer celle du groupe, chose déjà entreprise par la première campagne de photos promotionnelles réalisée pour cet album où nos suédois préférés ont du faire les méchants pour coller à l'image du label. Mais heureusement, Opeth reste Opeth musicalement, continuant sur la lancée de leur précédent album "Deliverance" ("Damnation" étant à part).

Et mine de rien, ce huitième album voit arriver bon nombre de changements pour le groupe. Outre leur changement de label sur lequel je ne reviendrai plus (mais Roadrunner putain non, tout mais pas ça...), le groupe accueille pour la première fois de son histoire, un cinquième membre en la personne de Per Wiberg (Arch Enemy, Spiritual Beggars), claviériste de son état qui a notamment participé à la tournée "Damnation". Les suédois ont également changé de studio pour enregistrer ce "Ghost Reveries", délaissant les cultissimes Studios Fredman pour les studios Fascination Street. Et pour nous prouver encore plus leur volonté de changer de son, ce n'est plus Steven Wilson mais Jens Bogren qui s'est occupé d'eux.

Je suis un gros fan d'Opeth, de "Orchid" au grandiose "Blackwater Park" mais j'avais été vraiment déçu par "Deliverance". Il faut dire qu'après un album aussi parfait que "Blackwater Park", il est bien difficile de lui donner un successeur. Mais les suédois avaient marqué un fort désir d'aller de l'avant, de changer l'ambiance boisée de leurs albums pour quelque chose de plus intimiste et contrasté. Prétextant une dualité violence/douceur avec "Damnation", le groupe avait misé sur une musique plus directe, plus simple, plus efficace mais globalement moins enivrante et profonde avec toutefois de très bons titres comme "Deliverance" ou "Master's Apprentices". C'est pourquoi j'attendais beaucoup de ce huitième album.

La découverte de "Ghost Reveries" n'a été qu'une alternance de sentiments d'angoisse et d'impatience. Tout d'abord, l'écoute du premier extrait disponible "The Grand Conjuration" ne m'avait pas spécialement emballé de part son côté très bourrin et pas vraiment représentatif de la dualité du style des suédois. Roadrunner a eu ensuite l'ingénieuse idée de nous présenter le morceau d'ouverture "Ghost Of Perdition" et je dois dire que cela m'a beaucoup rassuré. Puis vint l'heure de l'achat (l'avantage avec Roadrunner au moins, c'est que ça sort à la date prévue) et la découverte de l'artwork assez inabituel pour le groupe : excepté le magnifique devant, le reste manque un peu de goût, se rapprochant plus d'un album de Cradle Of Filth que d'un album d'Opeth. De même, les premières impressions à l'écoute de l'album entier ne furent pas très convaincante mais tout le monde sait qu'un album d'Opeth se découvre au fur et à mesure et ça n'est sûrement pas celui-ci qui viendra à l'encontre de cette règle...

Et une fois de plus, le combo a frappé un grand coup. Richesse, puissance, émotions, ... il ne manque rien à tout ce que l'on peut attendre d'un album d'Opeth. La bande à Mikael n'a pas cédé une nouvelle fois à la facilité d'un "Deliverance" pour nous offrir ce qu'elle a de plus grand sans toutefois revenir en arrière, au contraire. "Ghost Reveries" est une façon de découvrir leur musique sous un nouvel angle. Sans renier ses origines et son style si particulier, le groupe expérimente, teste de nouvelles sonorités, se lance de nouveaux défis comme intégrer des claviers à sa musique. Et parce qu'un homme averti en vaut deux, sachez que "Ghost Reveries" est loin d'être l'album le plus accessible de leur discographie de part sa complexité et sa densité.

Je ne sais pas si c'est en réaction à "Damnation", mais Opeth nous revient cette fois-ci plus hargneux que jamais. Comme le laissait présager les extraits disponibles avant la sortie, le groupe insiste bien sur le côté death de sa musique, nous délivrant bon nombre de riffs violents absolument géniaux, parfois malsains et souvent totalement headbanguants à se décapiter soi-même. On y retrouve un Mikael déchaîné qui nous sort sa voix la plus caverneuse pour mener cette débauche de rage, dangereusement communicative. L'exemple parfait n'est autre que "The Grand Conjuration", sans aucun doute leur titre le plus direct et violent composé à ce jour, où le groupe prend un malin plaisir à redécouvrir ses instincts primaires. Et les solos putain de merde !!! Ils n'ont jamais été aussi bons que sur cet album : un très bon point.

Mais les suédois n'ont pas pour autant mis de côté leur douceur que l'on retrouve enfin distillée au milieu de ce chaos. Le combo est revenu à ses légendaires arpèges et parties acoustiques qui ne sont pas sans rappeler la beauté de celles d'un "Blackwater Park" et "Still Life". Une fois de plus, le chant de Mikael se révèle un vecteur d'émotions, sa voix claire et pure transcendant chaque passage sur lequel il fait une apparition. Le chant clair est d'ailleurs plus utilisé sur des passages électriques rendant les compositions moins manichéennes qu'auparavant. J'ai par contre un peu de mal avec les acoustiques de leurs derniers albums qui n'ont plus la saveur d'antan. Je trouve que les "Atonement", "Hours Of Wealth" et autres "Isolation Years" typées "Damnation" n'ajoutent plus rien à la beauté d'un album comme celui-ci, là où un "Benighted" ou un "Patterns In The Ivy" simple et intimiste faisait tout son charme. Enfin c'est personnel.

A l'annonce de l'arrivée de Per Wiberg dans les rangs du combo suédois, je craignais le pire quant à l'utilisation plus intensive de claviers dans leur musique. Opeth nous démontre ici qu'il peut enrichir sa musique d'un nouvel instrument tout en préservant son identité car leur musique demeure résolument égale à elle-même. Les claviers sont d'ailleurs souvent assez discrets, venant tantôt renforcer la profondeur des morceaux, tantôt atténuer leur violence ou tout simplement sublimer certains passages qui prennent alors une puissance émotionnelle étonnante. Toutefois, le groupe en a un peu trop usé certaines fois, avec maladresse de mon point de vue comme sur l'intro de "Baneath The Mire" vraiment pas terrible ou sur certains passages de "The Baying Of The Hounds".

Au final, la seule réelle chose que l'on pourrait reprocher à Opeth, c'est de n'être que lui-même. Le groupe fait plaisir à ses adorateurs, nous délivrant une nouvelle fois un album somptueux, touchant et puissant, à la profondeur et au feeling extraordinaire comme peu de formations aujourd'hui peuvent en faire. On y retrouve les ambiances si propre au groupe, chargées de tristesse, de nostalgie et aussi cette rage qui les animent depuis leurs débuts. Mais si comme moi vous connaissez bien la discographie des suédois, vous n'y découvrirez rien de nouveau car le style du groupe n'a pas bougé. De ses mélodies diffusent à ses extrémités contrôlées en passant par ses quelques expérimentations, on pourrait se demander si "Ghost Reveries" n'est pas simplement un album destiné à remettre le groupe sur le droit chemin après la douloureuse expérience "Deliverance"/"Damnation".

Mais peut-on réellement reprocher à Opeth de ne sortir que de magnifiques albums ? Je ne crois pas. "Ghost Reveries" est tout simplement, un nouveau témoignage du talent du groupe, un groupe qui avance doucement et qui continue d'inscrire tranquillement de nouveaux chef-d'oeuvres à sa discographie et il n'y a qu'à écouter "Ghost Of Perdition", "The Baying Of The Hounds" ou encore "Harlequin Forest" pour s'en convaincre. Tout comme pour "Deliverance", les néophytes apprécieront sûrement plus que les "die-hard" fans comme moi, mais chacun y trouvera son compte pour peu qu'on lui laisse une chance. Je n'aurai qu'une dernière chose à ajouter : encore merci les gars.

DOSSIERS LIES

Opeth 2005
Opeth 2005
Décembre 2005
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

colin.lmbrt citer
colin.lmbrt
06/11/2018 14:18
note: 9/10
Excellent album comme toujours, une dimension vraiment rock prog sur celui ci
Invité citer
Dead pas loggé
19/11/2010 08:07
Moi aussi je l'ai redécouvert récemment et je partage ton avis. Pour moi, c'est la suite logique de blackwater park, bien plus inspiré que deliverance / damnation et watershed. Et comme je le disais dans ma chronique de watershed, Lopez manque cruellement a opeth, c'est clair. Et puis reverie / harlequin forest quoi Hail
NightSoul citer
NightSoul
18/11/2010 23:44
note: 8.5/10
Je me suis réécouté cet album récemment et je dois dire que cet album est vraiment magnifique. Je n'avais pas accroché au début aux nouvelles expérimentations du groupe aux claviers (même si je trouvais l'album très bon) et avec le recul (5 ans !!!) je trouve cet album juste fabuleux, bien partagé entre violence et douceur, riffs death et arpèges mélancoliques auxquels les claviers contribuent admirablement.
L'enchaînement Ghost Of Perdition, The Baying Of The Hounds et Beneath The Mire est juste énorme !!!
Akerfeldt nous gratifie de sa meilleure prestation au chant clair et son chant death est toujours aussi hargneux. Mention spécial à la batterie, tout à fait magnifique tant dans le jeu aussi bien subtil et recherché que rentre dedans et varié ainsi que dans le son chaud et brillant (à la différence de Watershed que je trouve moins inspirée sur les passages calmes et un son lourd surtout à la caisse claire, batteur de death oblige surement). Martin Lopez manque quand même grandement au groupe, axenrot est plus "Metal" certes mais moins original et recherché que son prédecesseur.

Bref un excellent album, le dernier dans le style du groupe avec la nouvelle orientation plus rock prog 70's dont les passages calmes ont grandement perdu en charme et en émotion.
Ander citer
Ander
26/09/2006 23:26
note: 8.5/10
Petite déception, je trouve qu' il manque de cohérence, les riffs sont pas aussi bon qu' avant, voir moyens (The Grand Conjuration, chanson qui écourtée comme dans le clip, y gagne), les claviers apportent un gros plus à l' ambiance c' est clair mais j' ai l' impression qu' ils remplissent l' espace sonore pour combler un manque d' inspiration des riffs...

Akerfeldt est toujours aussi excellent (il chante autant en chant clair qu' en chant death maitenant) mais ses meilleurs lignes sont sur MYYH pour moi.

Ha par contre rien à "dire" au niveau des soli, même si je suis pas énormément fan de ceux d' Opeth ceux de cet album sont vraiment très bien faits (mention spéciale à celui de TGC)!
Dead citer
Dead
13/03/2006 8:43
note: 8/10
Quelques mois plus tard, je m'en suis bien lassé de cet album. Trop accrocheur au premier abord et puis ça retombe un peu...
Krow citer
Krow
12/03/2006 22:05
J'suis entrain de le découvrir, et je me demande si je ne le préfère pas à Blackwater Park, qui n'arrive pas à m'accrocher sur la longueur. D'autant plus que j'aime me plonger dans la profondeur des compositions, je m'y sens au chaud.

Edit : Reverie-Harlequin Forest est somptueuse.
Ander citer
Ander
22/11/2005 23:03
note: 8.5/10
Elle sort quand la version Digipack? Ghost Of Perdition est proprement magique! Oo *bave*
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
08/11/2005 12:39
note: 8.5/10
Magnifique.... hâte d'aller les voir !!
Gothenburg citer
Gothenburg
09/09/2005 14:29
tres bon album jaccroche bien a celui la
Holy citer
Holy
04/09/2005 18:25
Je trouve cet album très moyen. Je suis déçu et c'est bien la première fois avec un album dOpeth.
Grimoald citer
Grimoald
03/09/2005 13:56
note: 7.5/10
Je le trouve de mieux en mieux cet album. C'est loin d'être le meilleur qu'ai sorti le groupe, mais y a quand même des trucs géniaux.
KIP KILLIGAN citer
KIP KILLIGAN
03/09/2005 12:43
ça fait peu de temps que je connais donc je sais pas quoi ça vaut avant. Mais j'aime bien comme musique de chevet.
Sinon j'adore la pochette du nouveau album.
Dead citer
Dead
03/09/2005 12:24
note: 8/10
J'ai oublié de préciser que c'était sorti le 30 aout et que si vous souhaitiez écouter quelques extraits, l'E-card de l'album était toujours dispo ici.
Dead citer
Dead
03/09/2005 12:22
note: 8/10
Trey a écrit : Roadrunner... label américain?? C'est pas plutôt hollandais?

Bin il me semble pas puisque leur adresse se trouve à NY. Mais bon, je peux me tromper Sourire
citer
Trey (invité)
03/09/2005 12:19
Roadrunner... label américain?? C'est pas plutôt hollandais?
Ander citer
Ander
03/09/2005 12:00
note: 8.5/10
Moi qui attendait une infame daube et à une note qui avoisinerait plutôt les 6, 7 sur 10.... 00 Ca donne envie de se procurer en tout cas, ta chronique. J' envisagerais de me l' acehter une fois les anciens albums en ma possession. ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opeth
Metal progressif extrême
2005 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (41)  8.27/10
Webzines : (36)  8.6/10

plus d'infos sur
Opeth
Opeth
Heavy / Prog - 1990 - Suède
  

vidéos
The Grand Conjuration (edit)
The Grand Conjuration (edit)
Opeth

Extrait de "Ghost Reveries"
  

tracklist
01.   Ghost Of Perdition
02.   The Baying Of The Hounds
03.   Beneath The Mire
04.   Atonement
05.   Reverie/Harlequin Forest
06.   Hours Of Wealth
07.   The Grand Conjuration
08.   Isolation Years

Durée totale : 66:45

line up
voir aussi
Opeth
Opeth
Pale Communion

2014 - Roadrunner Records
  
Opeth
Opeth
The Roundhouse Tapes (DVD)

2008 - Peaceville Records
  
Opeth
Opeth
Still Life

1999 - Peaceville Records
  
Opeth
Opeth
Orchid

1995 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
My Arms, Your Hearse

1998 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Anciients
Anciients
Heart of Oak

2013 - Season Of Mist
  
Nahemah
Nahemah
A New Constellation

2009 - Lifeforce Records
  
Akercocke
Akercocke
Renaissance in Extremis

2017 - Peaceville Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Great Misdirect

2009 - Victory Records
  
Seneca
Seneca
Reflections

2009 - Lifeforce Records
  

Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview
Satan
Cruel Magic
Lire la chronique
LADLO Fest 10th Year Anniversary - Jour 2
Au-Dessus + Déluge + Hyrgal...
Lire le live report