chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Serpent Corpse - Blood Sabbath

Chronique

Serpent Corpse Blood Sabbath
Si le Canada voit depuis quelques temps nombre d’incendies impressionnants détruire son territoire il faut aussi rajouter à cela l’émergence d’une nouvelle scène Death Metal impressionnante, et bien décidée à brûler les planches en répandant la bonne parole musicale. Car ces dernières années le pays a notamment vu l’arrivée des furieux anglophones de DETHEROUS et ABJECTION mais aussi désormais des francophones de SERPENT CORPSE, qui livrent ici un premier album sacrément virulent et crasseux au possible aux influences old-school affirmées et assumées. Formé en 2020 autour de l’actif Chris Lacroix le quatuor n’a pas perdu de temps pour faire parler de lui après une première Démo remarquée et publiée quelques mois après ses débuts, et dont cet opus est la suite logique mais bien supérieure en qualité comme en maturité. Si évidemment musicalement le combo ne prétend pas réinventer la roue il va durant presque quarante minutes livrer un disque impeccable et balisé, mais qui ne va pas se contenter de reprendre l’œuvre Suédoise des ENTOMBED, DISMEMBER, GRAVE et consorts. Car même si tout ça sent également BOLT THROWER comme OBITUARY à plein nez il va aussi ajouter des influences Punk dignes d’AUTOPSY et même un soupçon de Thrash, histoire de donner plus de densité à un enregistrement terriblement 80’s et qui mérite clairement le détour.

Si l’on pourra lui reprocher une certaine redondance au fur et à mesure de l’avancée dans l’écoute il n’en reste pas moins que tout y est homogène et efficace, comme va le démontrer l’impeccable et équilibré « Electric Eye » où règne en maître l’ombre de la formation de Coventry en offrant des parties rampantes et dynamiques en alternance avec des moments rapides et médium, ponctués d’un court solo idéal pour tout densifier et montrer la qualité du rendu des Montréalais. Offrant tout un panel de lourdeur ceux-ci vont se faire plus froids et oppressants sur « Nemesis » particulièrement suffocant où la lenteur se fait ouvertement présente et dévoilant ici l’ombre des frères Tardy quand l’entité lève le pied de façon insolente. En effet ce ressenti va perdurer en continu et en premier lieu sur « Let The Rats Feed » qui s’enchaîne juste derrière, et se fait tout sombre et putride sur fond de rythmique bridée de la part de la batterie comme des guitares lourdes et grassouillettes dignes de la paire Allen West/Trevor Peres (comme cela sera le cas plus loin sur les tout aussi humides et suintants « Swallowed Whole By The Abyss » / « Dreams Of Crows »). Si « Land Of Rot And Misfortune » va conserver les mêmes bases on va en revanche être surpris d’y entendre du riffing totalement pompé sur la fin de « Seek And Destroy » de METALLICA, mais qui ne fait pas tache au final... à l’instar des relents piqués chez Chris Reifert sur le virulent « Crucifixion Shrine » au résultat violent et redoutable, qui ne fait pas de quartiers en jouant sur une facette plus enlevée et expéditive.

Si la conclusion intitulée « Blood Sabbath » ne va rien amener de plus à l’ensemble et s’éterniser inutilement on n’en tiendra pas rigueur à ses géniteurs tant ces quasiment quarante minutes passent facilement le cap des écoutes, donnant de l’énergie et une furieuse envie d’en découdre comme de remuer la tête vu que l’ensemble possède un groove communicatif qui rattrape largement le côté répétitif et monolithique de l’ensemble. Si l’avenir du groupe semble aujourd’hui incertain suite au départ du chanteur et du batteur dans la foulée du passage en studio, il serait dommage pour lui de s’arrêter après si peu de temps tant c’est rempli de belles promesses pour la suite, à voir donc si les deux partants seront remplacés et surtout si la paire de gratteux restants arrivera à maintenir cette excellente copie dans le futur. Bardé de bonnes choses et défilant à vive allure ce premier jet est un vrai plaisir nostalgique pour les oreilles, sonnant comme à la grande époque même si à l’avenir un soupçon de variété serait bienvenu pour éviter un certain ronronnement (ajouté à plus de passages à haute vitesse qui sont certes réussis mais trop rares). Mais tout ça n’est que de l’ordre du détail et on hâte de voir ce que l’avenir réserve pour les Québécois, qui prouvent que la Belle Province n’est pas seulement une terre de Black de haute tenue et que d’autres styles peuvent y cohabiter en avec la même force et attractivité globale que le Metal noir, signe d’une vitalité de tous les instants dont personne ne se plaindra. En espérant désormais que la bande ne rejoindra pas la cohorte de noms connus et underground qui ont raccroché les gants après un seul et unique long-format aguicheur et de haute-volée, et dont on regrette encore aujourd’hui la disparition...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Serpent Corpse
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Serpent Corpse
Serpent Corpse
Death Metal - 2020 - Canada
  

tracklist
01.   Spell Of The Eternal Serpent  (01:06)
02.   Electric Eye  (03:00)
03.   Nemesis  (04:17)
04.   Let The Rats Feed  (04:41)
05.   Land Of Rot And Misfortune  (06:08)
06.   Crucifixion Shrine  (02:42)
07.   Swallowed Whole By The Abyss  (03:50)
08.   Dreams Of Crows  (05:25)
09.   Blood Sabbath  (07:29)

Durée : 38:38

line up
parution
5 Juillet 2023

Essayez aussi
Memoriam
Memoriam
For The Fallen

2017 - Nuclear Blast Records
  
Graven Maul
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)

2018 - Redefining Darkness Records
  
Phthisis
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)

2020 - Autoproduction
  
Cancer
Cancer
Death Shall Rise (Rééd.)

2014 - Cyclone Empire Records
  
Deathswarm
Deathswarm
Forward Into Oblivion

2021 - F.D.A. Records
  

C.O.F.F.I.N.
Australia Stops
Lire la chronique
Night In Gales
The Black Stream
Lire la chronique
Bergrizen
Die Falle
Lire la chronique
EMBRACE YOUR PUNISHMENT pour l'album "Made of Stone"
Lire l'interview
Omission
Disciples Of Ravens Vengeance
Lire la chronique
Sever
At Midnight, by Torch Light
Lire la chronique
VoidCeremony
Threads Of Unknowing
Lire la chronique
Elffor
The Black Sentinel
Lire la chronique
Tol Morwen
Rise of the Fury (EP)
Lire la chronique
Cosmic Forest
My Eyes Cold as the Darkest...
Lire la chronique
Tenebro
Ultime Grida Dalla Giungla
Lire la chronique
Endseeker
Global Worming
Lire la chronique
Sunmancer
Nothing Ever Happens (EP)
Lire la chronique
Paint It Black
Famine (EP)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Weakest Is The Flesh
Lire la chronique
Uada
Crepuscule Natura
Lire la chronique
Shadowspawn
Blasphemica
Lire la chronique
Shining
Shining
Lire la chronique
Cirith Ungol
Dark Parade
Lire la chronique
Strigoi
Bathed in a Black Sun (EP)
Lire la chronique
Slope
Street Heat
Lire la chronique
Abominated
Traumatic Putrefaction
Lire la chronique
Contorted
Deities of Uncreation (EP)
Lire la chronique
Sombre Héritage
Inter Duo Mundi
Lire la chronique
Funeral Weapons Tour 2023
Hyrgal + Miasmes + Räum
Lire le live report
Sinister
Diabolical Summoning
Lire la chronique
Triagone
Sem Papyrvs (EP)
Lire la chronique
Chiaroscvro
Renégation
Lire la chronique
Magnitude
Of Days Renewed...
Lire la chronique
Pénitence Onirique
Nature Morte
Lire la chronique