chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

L7 - Bricks Are Heavy

Chronique

L7 Bricks Are Heavy
Profitant comme tant d’autres de l’énorme succès artistique et médiatique rencontré par ceux qui se sont rapidement imposés comme les plus grands ténors de la scène Rock Alternative autrement baptisée "Grunge" (Nirvana, Pearl Jam, Alice In Chains et Soundgarden), les Californiennes de L7 ne seront pas sans susciter l’intérêt des grandes maisons de disques qui, attirées par la promesse d’un profit facile, auront à n’en point douter passé quelques nuits blanches à éplucher les catalogues de Sub Pop et C/Z Records (deux labels incontournables de Seattle à qui l’on doit en grande partie la naissance de ce phénomène ayant marqué la première moitié des années 90) en quête d’une pépite capable de leur rapporter gros.
Le cas des turbulentes demoiselles de L7 est néanmoins un petit peu différent dans la mesure où Slash Records, fondé à Los Angeles en 1978 par Bob Biggs, est longtemps resté indépendant (on lui doit dans ses premières années les signatures de groupes tels que Fear, The Germs, X ou bien encore Violent Femmes) avant d’être rattaché dès 1996 au label London Records alors propriété d’Universal Music Group. Une structure à l’esprit résolument Punk mais jouissant néanmoins depuis le début des années 80 d’une distribution bien plus large que n’importe quel autre label indépendant grâce au réseau de Warner Bros. avec qui celui-ci était alors en contrat. Bref, l’endroit idéal pour un groupe aussi déglingué que L7 passé jusque-là entre les mains d’Epitaph et de Sub Pop Records et bien décidé lui aussi à conquérir le monde entier.

Après avoir collaboré avec Brett Gurewitz (Bad Religion, NOFX, Rancid, No Use For A Name, Samiam...) et Jack Endino (véritable figure emblématique de la scène alternative de Seattle ayant notamment travaillé pour des groupes tels que Green River, Soundgarden, Mudhoney, Skin Yard, Nirvana, Screaming Trees...), L7 va pour ce deuxième album faire le choix d’embarquer monsieur Butch Vig (Killdozer, Bastards, Tad, Nirvana, The Smashing Pumpkins, Garbage...). Enregistré entre Los Angeles et la petite ville de Madison, Wisconsin, Bricks Are Heavy jouit encore aujourd’hui d’une production particulièrement abrasive qui sied à la perfection à cette mixture offerte par les Californiennes. Un son âpre et brut qui retranscrit parfaitement l’énergie Punk de L7 tout comme son côté déglingué et bordélique.

Considéré à juste titre comme l’album le plus essentiel de la discographie des Californiennes, Bricks Are Heavy est effectivement un concentré du meilleur de L7, le témoin d’une époque aujourd’hui révolue et le fruit de circonstances propices à son intemporalité. Sorti en avril 1992, celui-ci marche à grandes enjambées dans les pas des deux précédentes réalisations de la formation et notamment de l’excellent Smell The Magic paru deux ans plus tôt. Turbulentes mais pas forcément téméraires, les quatre demoiselles n’ont en effet jamais eu l’intention de s’aventurer en terres inconnues et encore moins de changer leur fusil d’épaule. On va donc retrouver tout au long de ces trente-sept minutes tout ce qui faisait déjà le charme des Californiennes auparavant même si le groupe en a tout de même profité pour affiner un petit peu sa recette.

Située à la croisée des chemins entre Punk Rock (avec toujours ces petites touches de Rockabilly et de Surf Music dispensées le temps de quelques accords ou d’un bref solo), Metal et musique Pop (au sens noble du terme), la formule proposée par L7 a très vite été associée au mouvement "Grunge" de par son caractère un brin fourre-tout et son esthétique générale à la fois foutraque, bruyante et tape à l’œil. Si la production de Butch Vig n’est évidemment pas étrangère au succès de ce deuxième album (guitares bien épaisses, batterie dépouillée, beaucoup de grain...), il ne faudrait pas oublier non plus le caractère particulièrement instantané de ces compositions jamais bien compliquées mais surtout ô combien entêtantes. C’est là, en partie, que L7 réussit à tirer son épingle du jeu, grâce à des titres fédérateurs qui rentrent immédiatement dans la tête, à des refrains qui ne vous lâchent pas et continuent trente-deux ans plus tard de résonner dans un coin de votre caboche… Un caractère définitivement Pop qui rend la musique des filles particulièrement attachante et leur permet d’enchaîner les tubes avec succès. De "Wargasm" à "Pretend We’re Dead" en passant par "Everglade", "Slide", "One More Thing", "Monster", "Shitlist" ou bien encore "This Ain't Pleasure", Bricks Are Heavy enquille en effet les hymnes acerbes et féministes que l’on ne manquera pas de scander avec l’assurance d’être aussi convaincant que l’une de ces quatre demoiselles.
Moins "tout feu, tout flamme" que L7 ou Smell The Magic, Bricks Are Heavy est l’expression d’un groupe souhaitant quelque peu lever le pied et rendre son propos plus harmonieux sans bien évidemment trahir ni son identité ni ses racines. En effet, bien qu’ils conservent une dynamique évidente, on peut tout de même constater que les morceaux se font dans l’ensemble plus posés. On va ainsi retrouver davantage de ces mid-tempos entêtants sur lesquels dodeliner gentiment de la tête ("Wargasm", "Scrap", "Pretend We're Dead", "Diet Pill", "Everglade", "One More Thing"...) et moins de ces brûlots Punk déglingués menés pied au plancher ("Slide", "This Ain't Pleasure"). Une baisse de régime et d’intensité (même les solos se font désormais bien moins foutraques qu’auparavant) qui cependant ne lui est pas véritablement préjudiciable même si on imagine bien que certains pisse-vinaigres ont dû à l’époque crier au scandale... Car difficile malgré tout de ne pas tomber une fois de plus sous le charme de ces hymnes Punk / Alternatifs aussi délicieux qu’abrasifs ou de ces voix douces et féroces à la fois, nasillardes et revêches aussi...

Deuxième album aux atours un poil plus bordés que ses prédécesseurs, Bricks Are Heavy s’est rapidement imposé comme le meilleur album de L7. Un statut qui bien entendu n’est pas lié uniquement à ses qualités intrinsèques relativement nombreuses mais également au contexte dans lequel celui-ci est paru. Sorti quelques mois seulement après Nevermind, Ten ou bien encore Badmotorfinger, le deuxième album des Californiennes a en effet profité largement de l’intérêt porté par les médias mais également par le public à cette déferlante venue de Seattle. Matraqués ici en France (Best Of Trash) et un petit peu partout dans le monde (notamment sur MTV), ces trois singles que sont "Pretend We’re Dead", "Monster" et "Everglade" ont tous largement contribués à l’essor des Américaines dans les sphères dites "alternatives" en collant bien évidemment à l’esprit créatif du moment mais également en insufflant quelque chose de frais. Déjà parce que L7 est un groupe exclusivement féminin. Ensuite parce que ces femmes n'ont jamais hésité à prendre leur place et à faire du bruit pour y parvenir quitte à se faire remarquer et même un peu plus encore (je vous laisse regarder sur YouTube leur prestation « sanguinolente » à Reeding en 1992 ou bien encore leur passage la même année dans l’émission  The Word de Channel 4...). Aussi parce que leur musique, même si on peut lui apposer cette étiquette Grunge un brin fourre-tout, s’avère avec ses influences Punk évidentes bien différente de ce que tous ces autres groupes ont pu apporter à la même époque. Enfin parce que ces filles ont toujours su insuffler un vent de liberté, de légèreté et de folie déglinguée à leur musique là où beaucoup d’autres groupes préféraient dévoiler des visages soit plus sérieux, soit plus sombres, soit plus torturés... Bref, moins fédérateur et emblématique que ces albums cités plus haut, Bricks Are Heavy n’en reste pas moins un indispensable de l’époque et un disque qui encore aujourd’hui n’a rien perdu de sa superbe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
15/02/2024 18:38
Wé effectivement, j'avais pas regardé les dates, l'engouement était de toute façon là bien avant le film c'est net !
AxGxB citer
AxGxB
15/02/2024 18:33
note: 8.5/10
Sosthène a écrit : Le fait d'être sur la BO du film "Tueur-né" avec le titre "Shitlist" je crois a aussi dû pas mal aider à la hype...

C'est vrai, j'avais omis ce détails... Ceci dit, le film est sorti deux ans après cet album donc je ne suis pas si certain de la portée que cela a pu avoir... Enfin ça n'a pas du lui nuire, ça c'est certain Clin d'oeil
Sosthène citer
Sosthène
15/02/2024 18:05
Le fait d'être sur la BO du film "Tueur-né" avec le titre "Shitlist" je crois a aussi dû pas mal aider à la hype...

J'ai quand même toujours préféré les Babes in Toyland, dans cette veine grunge riot grrrrrrrl.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
L7
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  9.33/10
Webzines : (2)  7.42/10

plus d'infos sur
L7
L7
Grunge - 1985 - Etats-Unis
  

vidéos
Pretend We're Dead
Pretend We're Dead
L7

Extrait de "Bricks Are Heavy"
  
Everglade
Everglade
L7

Extrait de "Bricks Are Heavy"
  
Monster
Monster
L7

Extrait de "Bricks Are Heavy"
  

tracklist
01.   Wargasm  (02:40)
02.   Scrap  (02:53)
03.   Pretend We're Dead  (03:53)
04.   Diet Pill  (04:21)
05.   Everglade  (03:18)
06.   Slide  (03:37)
07.   One More Thing  (04:07)
08.   Mr. Integrity  (04:06)
09.   Monster  (02:56)
10.   Shitlist  (02:55)
11.   This Ain't Pleasure  (02:42)

Durée : 37:28

line up
parution
14 Avril 1992

voir aussi
L7
L7
L7

1988 - Epitaph Records
  
L7
L7
Smell The Magic (EP)

1990 - Sub Pop Records
  

Essayez aussi
Soul Blind
Soul Blind
Feel It All Around

2022 - Other People Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
The Devil Put Dinosaurs Here

2013 - Capitol Records
  
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Pisces Iscariot (Compil.)

1994 - Virgin Records
  
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Ultramega OK

1988 - SST Records
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique