chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Omission - Disciples Of Ravens Vengeance

Chronique

Omission Disciples Of Ravens Vengeance
Eternel second couteau de la scène espagnole depuis plus de vingt ans le combo mené par l’inusable Miguel Hernanz Sebares continue encore et toujours ses activités sans trace de perte de motivation, et ce malgré un intérêt plus que limité de la part du public et de changements permanents de personnel. Car depuis sa dernière livraison en 2021 celui-ci a encore entièrement renouvelé ses troupes autour de lui... une constante, vu qu’il y a déjà eu auparavant presque une quinzaine de musiciens qui se sont succédés à ses côtés. A voir donc si les nouveaux venus vont tenir le choc sur la durée ou aller voir rapidement ailleurs, l’avenir le dira... mais en attendant la formule musicale reste la même, à savoir à un Blackened Thrash crade et rudimentaire qui ne se pose pas de questions et propose des morceaux primitifs et enlevés, où la simplicité reste la norme quels que soient les obstacles rencontrés... mais qui restent aussi totalement chiants et bancals.

Et comme d’habitude c’est cela qui va clairement ressortir tout du long de cette écoute où l’on va s’ennuyer ferme et même franchement s’emmerder tant ça sonne parfois clairement amateur, ce qui est inacceptable après autant d’années d’expérience dans un registre si rudimentaire. Car dès le départ « Hatred Circles » va montrer ses lacunes malgré des changements de tempos constants tant c’est ultra-répétitif et redondant et l’on a vite envie de passer à autre chose, mais malheureusement la suite ne va pas être d’un meilleur niveau vu que « Shrouded Alive » va être bordélique et se terminer comme un cheveu sur la soupe, donnant la sensation que les mecs ont été coupés en plein dans leur élan. D’ailleurs à l’instar de ses précédentes réalisations le combo va donner tout du long la désagréable impression d’avoir écrit ce disque au moment d’entrer en studio calé entre deux bières et exécuté directement sans répétition préalable, et ce même quand l’ensemble montre un léger mieux à défaut d’être mémorable comme c’est le cas de « Roulette ». Car avec son démarrage tribal et ses accents épiques sur du mid-tempo entraînant on voit que les gars sont capables d’être un peu intéressants (normal en même temps, c'est une reprise de Bruce Springsteen), même si tout cela reste malgré tout plus que limité vu que la monotonie revient presque instantanément (n'est pas le Boss qui veut !), et ce même quand ils jouent plus sur la carte des variations comme sur « Slow And Crooked » ennuyeux au possible.

Pourtant alors que le débridé « Burn The Cross » défoule comme il faut et où on se surprend à sortir de la léthargie dans laquelle on semblait être condamné, tout ça ne va qu’être en fait un léger baroud d’honneur tant « Conspiracy From Murks » ne sera qu’une vaste boucle répétée à l’infini où les cassures arrivent sans qu’on s’y attende en cassant la rare dynamique générale. D’ailleurs si l’on croyait avoir eu droit au pire celui-ci va finalement arriver sur l’interminable instrumental « It’s Better To Burn Out » qui durant onze (!) minutes va tenter des choses sans y parvenir, donnant clairement le sentiment de n’être qu’un vaste bœuf improvisé et mis en boîte pour meubler et rajouter du temps musical à cet enregistrement insupportable. Offrant un démarrage acoustique typiquement ibérique il va complètement partir en vrille en sonnant n’importe comment et n’ayant nulle part où s’accrocher, tellement c’est mauvais et incohérent tout en filant un mal de crâne qui ne fait que s’amplifier depuis la première seconde de ce long-format tout juste bon pour les bacs à disquaires ou pour caler une table ou un meuble, vu qu’il n’y a absolument rien à sauver là-dessus.

Si l’on n’en n'est pas un niveau de nullité absolue on n’en est quand même pas très loin, car outre une écriture franchement apathique l’exécution est du même acabit entre les riffs simplissimes joués indéfiniment sans imagination et un frappeur qui se contente du minimum syndical, et qui donne l’impression lui aussi de s’emmerder au plus haut point. Du coup on est en droit de se demander comment une deuxième division comme Xtreem Music a signé une entité pareille (qui a écumé les labels de troisième et quatrième niveau) hormis le fait qu’ils soient tous les deux compatriotes, tant ça n’est pas lui faire de la publicité que d’avoir ça sur son catalogue qui va plus lui nuire qu’autre chose. Mais bon des fois la logique des choses nous dépasse un peu... et c’est ce qui se produit ici et nul doute qu’après tant de temps d’existence il ne faut plus rien espérer quant à une éventuelle amélioration dans le futur... hormis peut-être un miracle et un cierge à Saint-Jacques de Compostelle, et encore !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Omission
Blackened Thrash Metal
2023 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Omission
Omission
Blackened Thrash Metal - 2002 - Espagne
  

tracklist
01.   Rabid Aggression
02.   Hatred Circles
03.   Shrouded Alive
04.   Roulette (Bruce Springsteen cover)
05.   Slow And Crooked
06.   Burn The Cross
07.   Conspiracy From Murks
08.   It's Better To Burn Out
09.   ...Than To Fade Away

Durée : 36 minutes

line up
parution
24 Octobre 2023

Essayez plutôt
Infirmity
Infirmity
Descendants of Sodom

2019 - Lost Apparitions Records
  
Hellfuck
Hellfuck
Diabolic Slaughter

2022 - Godz Ov War Productions
  
Front
Front
Antichrist Militia (EP)

2020 - Iron Bonehead Productions
  
Wraith
Wraith
Undo The Chains

2021 - Redefining Darkness Records
  
Sodom
Sodom
Expurse Of Sodomy (MCD)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  

Indicible + March of Scylla + Splice
Lire le live report
No Return
Self Mutilation
Lire la chronique
Cystic
Palace Of Shadows
Lire la chronique
TINA TURNER FRAISEUR
Lire l'interview
En Finir...
Résigné (EP)
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique