chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkspace - Dark Space -II

Chronique

Darkspace Dark Space -II
Jusqu’à présent, je ne considérais qu’un seul groupe comme étant intouchable. Incapable de mettre en boîte un disque que l’on pourrait simplement qualifier de « passable ». Comme quoi, tout arrive - et ma première grosse déception de l'année, par la même occasion.

Je n’arrive pas à expliquer cette grosse gamelle, même en revenant sur le parcours de Darkspace – tu vois les étapes du deuil ? J’ai peu ou prou suivi le même cheminement. Une carrière sans faute, laissée en suspens après la sortie du très bon »Dark Space III I », en 2014 (un poil trop généreusement noté, j’en conviens), et retour au silence… Relatif. Émaillé tant par des prestations live de plus en plus discutables que par quelques petits "coups d’éclat". D’abord, la rupture avec Avantgarde Music, consommée en 2021. J’imagine que le groupe la voulait relativement discrète – d’autant que la communication avec leur public n’a jamais été leur priorité, que ce soit sur scène ou sur les internets. C’était sans compter sur Roberto Mammarella, se fendant, dans la foulée, d’un long communiqué, salé à point, beau bouquet garni retraçant querelles internes, problèmes d’égo, et j’en passe. Qui raconte la vérité ? Je n’en sais rien, pas plus que je n’en ai quelque chose à foutre, dans l’absolu. Je me sentais bien plus concerné (et peiné) par le départ de Zorgh, bassiste historique de la formation, présente depuis les débuts – et dont le regard hypnotique, glacial, en a retourné plus d’un sur scène. Bref.

Une signature chez Season of Mist et quelques repress hors-de-prix plus tard, vint enfin l’heure d’annoncer un successeur au dernier full-length du trio Suisse, qui souffle ses dix bougies cette année. Un sacré laps de temps, même pour Darkspace. Je bouillonnais. A la fois plus que saucé de pouvoir découvrir la suite des aventures de ce qui est, et restera à jamais, mon groupe de Black Metal favori – mais également un poil inquiet. Cette longue période de chômage et l’arrivée d’Yhs à la basse auront-elles terni la magie du groupe ? Efface ce vieux sourire en coin : oui, c’est bien de ça qu’il s’agit, de magie. Darkspace est un groupe unique, définitif, initiateur et maître d’un genre tout entier – pour paraphraser, une fois de plus, Laurent Michelland : « La construction d’un monde sans parois, dont on ne s’évade pas. » Et dans le cas présent, j’aurais préféré une sortie de secours.

Il faudrait, en théorie, 258 jours pour rejoindre la planète Mars, depuis la Terre – c’est pas moi qui le dit, c’est Matt Damon. Ça te paraît longuet ? A moi aussi. Et c’est un peu le ressenti des quarante-sept minutes de «Dark Space -II ».

« Dans l’espace, personne ne vous entendra vous faire chier ». Je n’ai pas trouvé meilleur aphorisme pour résumer cet unique et interminable titre (arrêtez de faire ça, sérieux), bien indigne du pedigree de ses géniteurs. Le Nostromo en panne sèche (à moins que ce ne soit l’inspiration ?), l’Event Horizon recyclé en navire de croisière pour riches septuagénaires obèses, l’USS Ishimura qui patine ? Un peu des trois, mon capitaine. La désagréable impression d’être condamné à tourner en rond dans la file d’attente de Space Mountain – au moins, dans cette dernière, les moutards qui chialent assurent l’animation. Exit le planétarium transformé en kaléidoscope, les corps célestes glaciaux qui lèchent les parois de la fusée… Les montagnes russes folles, qui faisaient les plus belles heures de la discographie de Darkspace, ont été remplacées par le petit train touristique du centre-ville de Saint-Flour. Tu saisis un peu l’ambiance ? On ne chevauche plus les anneaux de Saturne : on s’en tresse une corde pour se pendre d’ennui.

« Dark -2.-2 » est une introduction qui ne décolle jamais – Si j’étais taquin, je dirais qu’on attend 47 minutes que ça démarre, avant d’être soulagé par le fade-out des douze dernières secondes. On y croit, pourtant, Darkspace étant coutumier des plages ambiantes qui s’éternisent, pour mieux nous saisir à revers une fois que la machine s’emballe. C’est bien pour cette raison qu’on persévère, en attendant désespérément, et naïvement, un signal, un riff, une saillie qui viendrait nous sortir de la torpeur. La balayette, la pelle, l’étiquette… Tu connais le dicton. Dix ans de réflexion pour accoucher d’un tempo drastiquement ralenti, de kicks électro rachitiques, de claviers maigrelets, sur lesquels nos trois compères tartinent des riffs réchauffés, laborieux, quelconques, bien loin des accélérations foudroyantes qui faisaient les plus belles heures du troisième opus – qui s’impose, définitivement, comme leur sommet absolu. Le titre n’est pas à mettre intégralement à la poubelle, hein. Mais noyer dix minutes juste correctes dans trente-sept de remplissage éhonté pour pouvoir appeler ça un "album", c'est un peu triste. Vraiment, ce nouvel opus souffre autant du manque d'idées fortes (et nouvelles) que de la comparaison avec ses aînés, du premier au quatrième. L'épisode de trop ?

Bien sûr, l’on pourra arguer, vu l’intitulé « -II », que ce nouvel album des Suisses est à prendre comme une transition avant « Dark Space III II », qui verra probablement Darkspace revenir à sa formule, celle dont il est géniteur et maître – et qui nous séduit tous intégralement. J'espère, en tout cas. Pour l'heure, et après de multiples écoutes (qui a crié "purge" dans le fond de la salle ?) de cette nouvelle offrande du trio, j'ai peine à trouver quelque chose qui, à défaut de me faire bander comme les full-length précédents, me fasse au moins esquisser un sourire, ou ne me procure ne serait-ce que le début d'une chatouille au bas-ventre. Surtout après dix longues années d'attente. Certains crieront certainement au génie, je ne peux que faire part de mon immense déception - c'est comme ça, les vrais chagrins d'amour donnent toujours lieu à des réactions épidermiques. Sur ce, je vous laisse avec ce nouveau-né en surcuisson, je vais réécouter le troisième en repensant, non sans émotion, à leur mémorable prestation à l'Helvete Underground.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
15/02/2024 19:06
Ce sont les "-" que je pige pas... Je suis allé sur leur bandcamp, j'ai rien pané ! En plus l'album que tu chroniques ici, y a 3 titres de 5 minutes sur le site, c'est pas clair putain :-D
Sagamore citer
Sagamore
15/02/2024 18:24
note: 2/10
Au contraire, écoutez-le, messieurs, et faites vous votre propre avis ! Attention à ne pas piquer du nez, par contre...

La numérotation est assez "logique", du moins jusqu'à ce "-II", vu que le "-I" était une démo, et que ce "-II" est a considérer comme un full-length. Pour les artworks, si j'avoue beaucoup aimer les nouvelles pochettes des repress, je suis très client des originaux, pochettes intégralement noires avec un simple petit visuel dans le livret, et la fameuse tête d'alien a l'intérieur. Ça fait partie du charme du groupe, venu d'ailleurs.
Sosthène citer
Sosthène
15/02/2024 18:18
Je vais écouter également, évidemment :-) Mais moi ce qui m'agace le plus chez Darkspace, c'est que je ne comprends plus rien au système de numérotation des albums et des titres, sans compter que tous les artworks se ressemblent, j'avoue que le concept me devient de plus en plus hermétique.
Yz citer
Yz
15/02/2024 17:39
« Dans l’espace, personne ne vous entendra vous faire chier »

Ça m'a fait rire du coup je vais tenter une écoute :|

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkspace
Space Mountain du pauvre
2024 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 2/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (4)  9/10

plus d'infos sur
Darkspace
Darkspace
Space Mountain du pauvre - 1999 - Suisse
  

tracklist
01.   Dark -2.-2  (47:12)

Durée : 47:12

line up
parution
16 Février 2024

voir aussi
Darkspace
Darkspace
Dark Space II

2005 - Haunter Of The Dark
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space III

2008 - Avantgarde Music
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space III I

2014 - Avantgarde Music
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space I

2003 - Haunter Of The Dark
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique