chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abject Mentor - Abominaciones

Chronique

Abject Mentor Abominaciones
Si CATHARTIC est récemment venu nous rappeler que le Mexique avait encore de beaux restes en matière de Death Metal, il va falloir aussi compter désormais avec ABJECT MENTOR qui venant de Aguascalientes se place déjà comme une future tête d’affiche du style au sein de son pays. Formé en 2020 et ayant seulement à son actif une Démo et quelques singles le quatuor nous balance déjà un premier opus de haute volée qui dégouline de graisse et sent à plein nez les années 80-90, tout en n’ayant rien à envier aux nouveaux venus qui pullulent dans ce domaine du rétro de l’autre côté de la frontière. Si ce long-format a eu droit à une première vie suite à sa publication limitée et autoproduite, il va réellement sortir de l’anonymat via l’intégration de ses créateurs au catalogue d’Awakening Records, dont on connait le sens du marketing et la force de son rôle promotionnel. Il aurait été dommage que ce premier jet reste cantonné à l’underground le plus profond et sombre tant la qualité globale y est impeccable et lorgne facilement vers CEREBRAL ROT comme du côté du Morrisound Studio, où l’originalité est absente mais l’efficacité sans failles.

Et tout cela va exploser d’entrée au grand jour sur le massif et impeccable « Abominaciones » où la lourdeur d’un ASPHYX et OBITUARY vont côtoyer la graisse suintante des vétérans du Swedeath, tant tout ici est d’une humidité implacable portée par un tempo qui reste majoritairement bridé mais d’où émerge néanmoins quelques accélérations bienvenues pour densifier tout cela. Si tout cela reste totalement balisé et que la technique n’est pas forcément élaborée on se laisse néanmoins totalement emporter par cette écriture simple et affûtée d’où émerge un soupçon de lumière via l’apport d’un solo impeccable. En tout cas en ce début d’album les latinos ont décidé de miser sur leur côté pachydermique tant « Miasma » qui arrive dans la foulée reprend les mêmes éléments qu’entendus précédemment, tout en ajoutant un supplément de noirceur via un grand-écart entre vitesse et frein à main plus qu’accentué vu qu’on a presque des passages d’obédience Doom greffés à l’ensemble, et dont le rendu est particulièrement efficace. Et comme on ne change pas une formule qui fonctionne « Blasfemo » va encore accentuer le trait en se faisant encore plus écrasant (tel un poids-lourd ayant du mal à gravir une côte) bien calé entre quelques rasades débridées où une sensation oppressante est presque à son paroxysme, vu que tout est d’une noirceur absolue puant la mort et le cadavre par tous les pores. Pourtant au milieu de ce néant une certaine mélodie va émerger ainsi quelques passages bien remuants parfaits pour headbanguer, et offrir ainsi une plage très dense et variée, où la fluidité reste de mise sur cette production très crue et crachotante sonnant comme en live.

Si cette première partie de disque rendait grâce à sa facette la plus grasse et écrasante en revanche la seconde va miser sur les accélérations et l’entrain communicatif, et pour commencer place à « Abject Mentor » où les blasts et passages menés à cent à l’heure sont majoritaires et proposent une sacrée envie d’en découdre, tant ça dégomme tout sur son passage. Si tout est passé en revue du côté des tempos la rapidité est clairement montée d’un cran et cela va continuer sur la doublette « El Miedo Apegado A La Fé » / « Apóstol Del Mal », qui bien qu’étant presque un copier-coller au niveau des riffs comme la construction va montrer un groove incandescent et une allure qui ne ralentit jamais. Simplifiant ici son propos au maximum l’écriture va être encore plus dépouillée et lorgner du coup vers MASSACRE et MASTER pour la primitivité et l’entrain permanent vu que ça ne baisse jamais du côté de la cadence, même si une sensation de répétition et linéarité va poindre un peu le bout de son nez à ce moment-là. Néanmoins malgré ce sentiment logique de redondance et d’interchangeabilité on reste totalement imprégné par l’ambiance générale qui va encore gagner en radicalité sur le violent « Mala Vida » où le Punk est mis à l’honneur, sentant le pogo à l’ancienne sur fond de riffing primitif et mené à fond la caisse en ralentissant quasiment pas... tout ça avant que l’équilibré « Viaje Eterno » ne vienne finir un enregistrement totalement réussi et qui ne se pose pas de questions.

Car tout ici est authentique et rend un hommage appuyé aux pionniers qui sont largement récompensés de leurs efforts, vu que la formation offre au public une galette très agréable qui malgré un manque de titres mémorables et la sensation persistance que les gars jouent un peu dans la retenue, a des arguments intéressants à offrir. S’il leur faudra à l’avenir lâcher un peu les chevaux et diversifier un peu plus leur propos (pour espérer se démarquer de la redoutable concurrence internationale dans ce style en plein renouveau), on ne peut que saluer ce premier jet très abouti qui défile facilement sans sensation de lassitude, et comblera aisément le plus grand-nombre. Cela correspond en tout cas tout à fait à l’esprit de ce que propose le label chinois depuis quelques temps... preuve une fois encore de sa redoutable qualité de découvreur, et on ne peut de fait qu’encourager vivement le public à pencher une oreille dessus (voire les deux) car il y’a tout ici pour satisfaire le plus grand nombre, et ainsi offrir de bons et longs moments d’écoute sans fioritures mais à l’efficacité sans bornes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
17/02/2024 12:14
ça s'écoute plutôt bien ce truc ! La pochette est immonde et le petit mec qui tombe me fait plus rire qu'autre chose mais sinon c'est du tout bon :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abject Mentor
Death Metal
2023 - Awakening Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abject Mentor
Abject Mentor
Death Metal - 2020 - Mexique
  

tracklist
01.   Intro
02.   Abominaciones
03.   Miasma
04.   Blasfemo
05.   Abject Mentor
06.   El Miedo Apegado A La Fé
07.   Apóstol Del Mal
08.   Mala Vida
09.   Viaje Eterno

Durée : 37 minutes

line up
parution
25 Novembre 2023

Essayez aussi
Cadaveric Fumes / Skelethal
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies (Split 7")

2018 - Hells Headbangers Records
  
Deny The Urge
Deny The Urge
As Darkness Falls

2017 - G.U.C. (German Underground Crossection)
  
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder/Como Muertos (Split 12")

2012 - Apathia Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Live Cannibalism (Live)

2000 - Metal Blade Records
  
Rude
Rude
Remnants

2017 - F.D.A. Records
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique