chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Near Death Experience - Brief is the Light

Chronique

Near Death Experience Brief is the Light
Comme je suis vieux, lorsqu’on me parle d’un groupe qui s’appelle NEAR DEATH EXPERIENCE, je pense immédiatement à celui qui était présent sur la compilation « Brutale Generation ». Je fais peut-être partie des rares qui avaient apprécié « Second Vibe », il reste que j’ai été durablement marqué par cette participation. Mais il n’est pas du tout question de cela aujourd’hui puisque cet homonyme vient de Nantes, n’existe que depuis 2022 et vient donc de sortir son premier album, « Brief is the Light », faisant suite à un EP du même nom (2021). Quant au style, là encore nous sommes dans l’incomparable puisque le duo évolue dans le gothic doom metal, un genre pour lequel je n’ai que peu d’affection, je le reconnais.

L’ouverture instrumentale « And Then There Was Silence » me plonge dans l’univers d’ANATHEMA, époque « Alternative 4 » peut-être, puis tout s’éclaire avec l’arrivée des premières compositions chantées : là, nous entrons plutôt dans des univers proches de THE GATHERING (l’influence la plus nette selon moi), des Français (aujourd’hui disparus) de THE LAST EMBRACE par certains aspects plus progressifs, mais également de MY DYING BRIDE voire le AVA INFERI de « Burdens ».

Je sais, cela fait beaucoup de références. C’est juste que j’essaie par des moyens détournés de vous faire comprendre que nos Nantais ne sont pas vraiment dans la pleurniche et que les aspects doom (mélodique) dominent les relents guimauves du gothic. Ces dix compositions sont donc plutôt plaisantes à l’oreille, avec notamment le chant d’Anne Soazig Coëdel (une bretonne ou je n’y connais rien) toujours juste dans ses intonations, mélodieux et ne cherchant jamais à outrepasser ses limites, tant dans les graves que dans les aigus.

L’écueil, à mon sens, est plutôt à rechercher du côté des compositions trop similaires dans leurs structures, leurs durées (cinq minutes), leurs tempos, sans riffs suffisamment marquants et une voix finalement trop présente. Dans ce genre musical, j’aurais apprécié davantage de passages purement instrumentaux, de respirations car même si, je le répète, la prestation de la vocaliste est réussie (son accent anglais est très correct, c’est un atout), ses lignes vocales sont encore trop souvent proches si bien que tout fini par se ressembler. Le musicien qui l’accompagne (Mathieu Bonfardin) étant seul pour assurer tous les instruments, en dépit de son talent, il manque peut-être un peu de l’inventivité qu’apporteraient des musiciens dédiés à chaque instrument. Ce n’est qu’un avis.

Pour finir, qu’est-ce que je retiens de « Brief is the Light », si ce n’est qu’il s’agit d’un premier pas très prometteur ? Malheureusement, pas encore assez de choses pour m’enflammer. J’ai apprécié le climat en clair-obscur, la discrétion des claviers et la prépondérance de rythmiques bien doom metal, la qualité du chant (aspect primordial dans ce genre) mais la trop grande linéarité de l’album a fini par me perdre, voire me lasser. Je mettrais donc ce LP dans la catégorie des espoirs de la scène, en espérant que la discographie future me fera regretter mes propos peut-être insuffisamment enthousiastes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Near Death Experience
Doom Gothic Metal
2024 - M&O Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Near Death Experience
Near Death Experience
Doom Gothic Metal - 2022 - France
  

formats
  • Digital / 04/01/2024 - Indépendant
  • CD / 12/04/2024 - M&O Music

tracklist
01.   And Then There Was Silence  (02:03)
02.   No Tomorrow  (05:38)
03.   Brief Is the Light  (06:02)
04.   As Life Fades  (05:00)
05.   Stolen Seasons  (04:04)
06.   Her Wounded Soul  (05:38)
07.   A Voice in the Dark  (05:15)
08.   The Neverending Journey  (05:50)
09.   Dreaming of Oblivion  (05:40)
10.   And I Return to Nothingness  (02:27)

Durée : 47:37

line up
parution
4 Janvier 2024

Essayez aussi
Paradise Lost
Paradise Lost
Gothic

1991 - Peaceville Records
  
Ava Inferi
Ava Inferi
Burdens

2006 - Season Of Mist
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Obsidian

2020 - Nuclear Blast Records
  
Les Enfants de Dagon
Les Enfants de Dagon
De Profundis

2022 - Sliptrick Records
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique