chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dismo - The Achitect of Chaos

Chronique

Dismo The Achitect of Chaos
DISMO, si vous lisez Thrashocore depuis longtemps, vous en aviez alors peut-être entendu parler en 2005 lors de la sortie d’« Absurd », le deuxième LP des Français. Avant cela, il y avait eu « Dismorphoby » (2002) puis « Bulls & God » (2009), « Dismo » (2019) pour aboutir aujourd’hui à « The Architect of Chaos », soit le cinquième album de cette formation originaire de Fréjus. Par conséquent, sans faire office de vétérans, on peut quand même affirmer que les musiciens ont de la bouteille… Dont j’ai du mal à déchiffrer l’étiquette, relativement aux informations glanées ça et là. Metal Archives indique que les trois premiers skeuds sont parus en 2013 (c’est sans doute une erreur, ou alors des rééditions), sur le Bandcamp du groupe, seul Christophe La Rocca est mentionné, donc même pas DISMO, et c’est vrai que les vocaux me semblent peu coller à ceux de la jeune femme identifiée comme hurleuse en chef (mais si c’est vraiment elle, je suis bluffé). C’est également lui seul qui est en photo, il a le nom de son groupe tatoué sur l’avant-bras… One-man-band ou pas one-man-band ? Bref je n’y comprends que pouic. Une chose est sûre, le visuel de ce nouveau rejeton est aussi peu attractif que celui de ses ainés, il y a un côté photocopie de photocopie de photocopie qui ne rend pas service à l’idée générale, quant à elle plutôt intéressante.

Bref, il y a onze titres estampillés death metal à découvrir, avec un bon gros quarante-cinq minutes au compteur, il va falloir rester concentré et prendre ses précautions avant de lancer l’écoute car il n’y a rien de pire que de devoir s’interrompre pour aller pisser. Une fois passée la traditionnelle intro instrumentale (« Out of Space and Time »), l’album se clôturant évidemment sur une outro (« The Host »), l’auditeur se fait tout de suite enchaîner avec le massif « Astral Conjunction ». Nous y entendrons les influences marquées du MORBID ANGEL époque Steve Tucker, voire d’un IMMOLATION pour la pesanteur des riffs et c’est vrai que ce premier titre, à défaut d’être original, est parfaitement séduisant. En tous cas, il me met dans les parfaites dispositions pour pleinement apprécier la suite, qui me laissera hélas plus circonspect.

En effet, l’ensemble sonne assez décousu à mes oreilles : le fond est évidemment death, c’est en quelque sorte le fil directeur des compositions, mais entre les ralentissements plus deathcore saupoudrés de pig squeal, les vocaux parfois plus criards qui amènent une dimension davantage black death (« The Great Elders ») et les références aux grands noms de la scène américaine, c’est vrai que j’ai le plus grand mal à cerner la véritable personnalité de DISMO. Il y a une multiplicité d’identités qui œuvrent en sous-terrain, toutes colériques, et qui prennent tour à tour l’ascendant sur les autres. Sans dire que c’est une cacophonie, cela reste un peu déstabilisant.

Comme le disque est globalement bien carton, nous pourrions nous dire qu’après tout le contrat est rempli : deux ou trois coups de barre à mine dans la tronche, un coup de latte dans les côtes une fois que l’homme est à terre, rideau, direction les Urgences. Mais la violence ne suffit pas toujours à masquer une inspiration trop générique et ce même lorsque la production est bonne et que les instrumentistes (s’ils sont encore plusieurs ?) sont au niveau. De plus, le fait que les tempos soient variés (le très rapide et quasiment black metal « Birth of Blasphemy ») tend à éviter la monotonie, c’est un atout dans un genre où la longueur est rarement synonyme de variation. Cependant, à adresser trop de styles, la formation finit par me perdre alors que si elle s’était contentée de marcher sur les traces de l’ange morbide (« Astral Conjuration » ; « The End of an Age »), je pense que j’aurais largement préféré car c’est selon moi là qu’elle excelle le plus.

Pour tout de même bien clarifier mon propos, je ne cherche pas à dire que DISMO n’est pas une formation digne d’intérêt, loin de là, je ne doute d’ailleurs pas que ses prestations scéniques soient bien radicales, on sent qu’il y a de l’expérience et que les mecs maîtrisent les codes, c’est juste qu’encore une fois, au regard de tout ce qui se fait actuellement, je crains que « The Architect of Chaos » peine à se faire une place, même à l’ombre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismo
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dismo
Dismo
Death Metal - 2013 - France
  

formats
  • Digital / 10/02/2024 - Indépendant
  • CD / 10/02/2024 - France, Black, Death, Grind

tracklist
01.   Out of Time and Space  (01:10)
02.   Astral Conjonction  (04:00)
03.   The Room  (05:35)
04.   Beyond the Sea of the Ancients  (06:23)
05.   Beginning of the Substitute  (04:43)
06.   Psal-Maudire  (02:46)
07.   The Great Elders  (07:53)
08.   Lost in the Galleries  (04:18)
09.   Birth of Blasphemy  (04:54)
10.   The End of an Age  (04:05)
11.   The Host  (00:33)

Durée : 46:20

line up
parution
10 Février 2024

voir aussi
Dismo
Dismo
Absurd

2005 - Customcore Records
  

Essayez aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade Records
  
Celestial Sanctuary
Celestial Sanctuary
Soul Diminished

2021 - Redefining Darkness Records
  
Necrovation
Necrovation
Gloria Mortus (EP)

2010 - Blood Harvest Records
  
Autopsy
Autopsy
Ashes, Organs, Blood And Crypts

2023 - Peaceville Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique