chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Knoll - As Spoken

Chronique

Knoll As Spoken
« Funeral Grind ». Simple, basique, efficace – évocateur en Diable. Finalement, en relisant mon papier, je me dis que c’est au groupe lui-même que l’on doit la meilleure description de « As Spoken ». Quel intérêt de développer quand deux mots résument à merveille un disque ?

En plus, mes confrères anglophones se sont déjà largement chargés de chanter les louanges de ce troisième album de Knoll, à peine trois ans après le premier, « Interstice », et un peu moins de deux ans après « Metempiric ». Rythme effréné, que ce soit en termes de parutions et de tournée, les jeunes Tennesséens (oui, c’est le gentilé en vigueur) passant plus de temps sur les routes d’Amérique et d’Europe qu’auprès de leurs compagnes. Il faut bien ça, lorsque l’on fait le choix d’être complètement indépendant, de gérer le booking, le pressage, le merch, sans intermédiaire, et pouvoir en (sur)vivre. Jamie Eubanks, frontman de la troupe, semble en tout cas savourer cette vie passée au cul du van, ces semaines sans sommeil, ces journées en studio sans voir la lumière du jour : « dropped out of college to play Grindcore, no regrets », comme il le dit si bien.

Sans surprises vu la note qui le sanctionne, je vais me joindre à l’atelier « tressage de lauriers » : « As Spoken » est une dinguerie, un sacré palier franchi, un aboutissement, et l’album de la consécration - Même si cette formule toute faite est abominable, elle a le mérite d’être claire. Après deux albums déjà hautement recommandables, mais pas des plus personnels, Knoll trouve sa patte, sa production, son univers, quitte enfin son statut de sosie officiel/clone officieux de Full Of Hell - même si la formule me convenait plutôt pas mal, la bande de Dylan Walker peinant de plus en plus à me convaincre. Et il le fait de la plus belle des manières : nous étions (très) nombreux à attendre ce nouvel opus de la formation, et autant à être persuadés qu’il ne pourrait qu’être bon, suivant a minima le sillon creusé par ses grands frères. Le quintet surpasse absolument toutes mes (nos ?) espérances en produisant un disque à la fois ambitieux (40 minutes, tout de même) et cohérent, musicalement… Comme visuellement.

Sérieusement, le disque serait presque à prendre comme une œuvre multimédia : la pochette sibylline (réalisée par le groupe) les clips (réalisés par Jamie) accompagnant « Unto Viewing », « Portrait », « Mereward » et le morceau-titre, tout concourt à plonger l’auditeur dans cette ambiance Victorienne, entre figures exsangues qui rotent la poussière et vision d’horreur surréaliste à la « Begotten ». Knoll s’est donné les moyens de ses ambitions, et c’est réussi, indéniablement. « As Spoken » s’impose d’ores et déjà comme l'un des albums de l’année, et, naturellement, comme le point culminant d'une discographie assez irréprochable.

« Funeral Grind » : on y revient, comme une évidence. Dix petites secondes d’un souffle menaçant avant d’être plongé, sans ménagement, dans un tesseract scabreux. Ce titre d’ouverture est d’ailleurs un excellent résumé de ce que les onze titres de l’opus dissimulent – du Grindcore complètement dément, empruntant tant au Death Metal qu’à la Noise, fruit d’une union bâtarde entre un Full of Hell en forme olympique et un Portal, moins abstrait, mais plus licencieux que jamais (flagrant sur l’excellent « Wept Fountain »). Knoll devient vicieusement intelligent : tout ce qui pouvait sembler avoir été glissé au forceps sur les sorties précédentes coule ici de source, (contre-)naturellement. La trompette, jouée par Ryan Cook, apporte une touche surréaliste qui participe à l’atmosphère fiévreuse (« Revile of Light ») ; les nappes bruitistes empruntent moins à la Noise qu’au Dark Ambient (la fin glaçante de « Unto Viewing »), poursuite du cauchemar éveillé plutôt que respirations bienvenues – ou agressions sonores gratuites. Aux titres qui cavalent tête baissée succèdent des compositions lourdes, lentes processions aux riffs chancelants, qui en viendraient même à être plus convaincantes que les grands-galops pour lesquels nous avions signé – la doublette « Offering » (et son double charleston vaporeux) / « Mereward » (et ses bends de cordes déments) est proprement sidérante, de la même manière que "Shall It Be", qui clôt les hostilités. Si les brèves explosions sur lit de blast beats sont toujours les bienvenues (« Fettered Oath » est une sacrée leçon en la matière), c’est lorsque Knoll prend le temps de développer son propos qu’il est le plus convaincant. « Portrait », titre le plus long de ce nouvel opus, est ainsi le meilleur. Lente procession de flagellants capuchés (bah tiens, le groupe tournait ce début d’année avec Thantifaxath…), pesant comme une veillée funèbre, menaçant comme jamais.

J'en parlais déjà dans mes papiers précédents, si Knoll est une somme d'individus extrêmement talentueux, appliqués dans l'horreur (mention spéciale au jeu de batterie de Jack Anderson, qui gagne en finesse comme en assurance), le combo ne serait rien sans l'incroyable intervention de son frontman. Les reptations vocales de Jamie Eubanks se font, sur "As Spoken", plus inhumaines que jamais - le voir sur scène doit être une sacrée expérience. Vociférations étranglées, grondements sourds, chuchotements fiévreux, hurlements hystériques... Strepsils en sueur, clairement.

« Funeral Grind », une fois de plus, pour conclure cette bafouille. Ou plutôt, "Endless toil / Inhuman goal", les deux derniers versets du disque. Parce qu'ils le résument à la perfection : à force de tournées, d'expérimentations, de travail et surtout de passion (au propre comme au figuré), Knoll signe ce qui s'impose comme une sortie majeure de cette année - et comme son meilleur disque, mais ça, tu l'auras deviné. Gageons que cet "As Spoken" finisse d'affirmer le groupe en tant que tête d'affiche, et non plus comme un simple opener.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
22/02/2024 13:17
OK !
D'ailleurs, on la retrouve à la fin de "Fettered Oath" et l'effet "cuivres perdus dans un marasme de guitares" est vraiment intéressant.
Sagamore citer
Sagamore
22/02/2024 10:23
note: 9/10
C'est bien une trompette, si j'en crois MA et les photos live du combo Clin d'oeil
MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
22/02/2024 13:15
"Trompette" ? Ou peut-être un sax ? Mais peut-être fais-je erreur.
"Portait" est en effet une pure tuerie. Ces vocaux déchirés sur le final...
Et, en effet, le travail de batterie est solide. Rien pour ces variations rythmiques à la grosse caisse sur "Mereward" par exemple.
Sosthène citer
Sosthène
20/02/2024 18:56
"Strepsils en sueur, clairement" :-D Punchline de l'année !

Ce que j'ai écouté grâce à toi déboite, je ne connaissais pas c'est très très vénère !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Knoll
Funeral Grind
2024 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Knoll
Knoll
Funeral Grind - Etats-Unis
  

tracklist
01.   As Spoken  (05:23)
02.   Offering  (02:19)
03.   Wept Fountain  (02:40)
04.   Revile of Light  (06:04)
05.   Mereward  (05:21)
06.   Guardian Bind  (02:06)
07.   Unto Viewing  (02:32)
08.   Portrait  (05:27)
09.   Utterance  (03:13)
10.   Fettered Oath  (01:35)
11.   Shall It Be  (03:50)

Durée : 40:30

line up
parution
26 Janvier 2024

voir aussi
Knoll / Autolith
Knoll / Autolith
Knoll / Autolith (Split 12")

2021 - Autoproduction
  
Knoll
Knoll
Interstice

2021 - Autoproduction
  
Knoll
Knoll
Metempiric

2022 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Clinging To The Trees Of A Forest Fire / Nesseria
Clinging To The Trees Of A Forest Fire / Nesseria
Split (Split 12")

2011 - Throatruiner Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Scorn

2013 - Throatruiner Records / Mordgrimm Records
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique