chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
178 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Heresiarch - Edifice

Chronique

Heresiarch Edifice
Je ne sais pas si avec l’âge ma mémoire commence à me jouer des tours mais j’en étais bêtement resté à Death Ordinance paru en 2017 et basta... Sauf qu’entre temps les Néo-Zélandais ne se sont pas particulièrement tournés les pouces. En effet, on leur doit depuis plusieurs autres sorties comme un single paru peu de temps après ce premier album, une compilation de démos et de EPs sortie en 2019 sous l’égide du label français Krucyator Productions, un split en compagnie de Serpent Athirst, Genocide Shrines et Trepanation (2019) puis un autre avec Antediluvian (2020). Bref, j’ai donc encore largement de quoi faire si je souhaite un jour céder à mes manies complétistes…

En attendant, on va s’intéresser aujourd’hui à Edifice, deuxième album d’Heresiarch paru le mois dernier chez les artificiers d’Iron Bonehead Productions. Pour le coup (et même si c’est déjà le cas depuis belle lurette), c’est un groupe quelque peu remanié que l’on va retrouver puisque depuis 2017, J.B. (ex-Diocletian, basse) et Nick Oakes (Stälker, batterie) ont tous les deux quitté le navire au profit de W.B. (basse) et H.G. (batterie). Enregistré et mixé par Amrtharaj Singarajah (Exordium Mors) et Cameron James Sinclair (ex-Diocletian, ex-Witchrist, ex-Heresiarch...) puis masterisé par Luke Finlay, ce nouvel album a été illustré par Stefan Todorović plus connu sous le pseudonyme de Khaos Diktator Design. Le Serbe livre pour l’occasion une oeuvre sobre mais absolument impitoyable à l’image de son patronyme mais aussi et surtout de ce Black / Death sombre et belliqueux dispensé tout au long de ces quarante et une minutes.

Car si sept longues années ont effectivement passé depuis ma dernière chronique d’Heresiarch et qu’entre temps le groupe a également vu une partie de ses effectifs se faire la malle, il n’en reste pas moins ce monstre terrifiant et imposant qu’il était déjà à l’époque. En effet, on s’en doutait, mais les Néo-Zélandais ne se sont clairement pas assagis avec le temps. D’ailleurs, contrairement à son prédécesseur qui prenait le temps de monter en pression avant de prendre les armes, c’est ici sans attendre que le groupe mène son premier assaut. Une entrée en matière particulièrement redoutable qui ne laisse aucun doute planer sur les intentions bellicistes d’Heresiarch durant ces quarante et une minutes.
Porté par une production massive qui une fois de plus offre aux auditeurs une parfaite lisibilité de l’ensemble, Edifice voit les Néo-Zélandais naviguer entre séquences particulièrement soutenues menées pour l’essentiel à coups de riffs parpaings monolithiques et de blasts punitifs ("Forged Doctrine", "Noose Above The Abyss", la première partie de "Gloryless Execution", "Swarming Blight", le surprenant "Mystic And Chaos" exécuté en moins d’une minute, l’intransigeant "Militate Pyrrhic Collapse" qui clôture l’album de manière bien viril) et à l’inverse des passages beaucoup plus lourds et pesants desquels émanent des ambiances martiales pour le moins suffocantes ("Manifest Odium", "Noose Above The Abyss" à 2:12, la deuxième moitié de "Gloryless Execution", la première partie de "A World Lit Only By Fire" puis plus loin à 3:16 et 4:50, l’instrumental "Hubris And Decline"...). Un goût pour la nuance qui permet ainsi à l’auditeur de garder la tête hors de l’eau et à Heresiarch de cultiver un semblant de relief. Une approche peut-être moins frontale et exigeante que d’autres groupes auxquels celui-ci reste assimilé (on pense notamment à Diocletian, Revenge, Conqueror et toute la clique) mais dont la diversité demeure pourtant l’un des gros points forts.

Au-delà de cette dualité dynamique et malgré le caractère particulièrement massif de ce nouvel album, Heresiarch continue également d’entretenir certaines petites subtilités qui le caractérisent et qui participent à renforcer le sentiment d’intensité qui se dégage de ce Black / Death belliqueux. À l’instar des quelques formations évoquées un petit peu plus haut, les quelques apports mélodiques amenés ici par les Néo-Zélandais se traduisent essentiellement par des solos chaotiques et bruyants ("Forged Doctrine" à 2:13, "Tides Of Regression" à 5:54, "Swarming Blight" à 0:24, "Militate Pyrrhic Collapse" à 4:24), par quelques coups de vibrato sinistres et menaçants ("Gloryless Execution" à 1:30, "Tides Of Regression" à 3:17...) et, plus surprenant, par des leads presque contemplatifs évoquant avec une certaine amertume la mort et la désolation (l’instrumental "Hubris And Decline"). Enfin, comme c’était déjà le cas précédemment, on appréciera également ces voix multiples qui se font entendre tout au long de ces dix nouvelles compositions. Growl, cris et éructations diverses et variées… Un panel vocal bigarré et complémentaire qui participe à l’hystérie collective et au chaos qui règne tout au long de ce nouvel album...

Bref, vous l’aurez compris, si ce retour d’Heresiarch s’est fait particulièrement attendre, nul doute qu’il devrait satisfaire la plupart des énergumènes adeptes de ce genre de Black / Death pas fin ni original pour un sou mais alors diablement efficace. Certes, cette formule s’avère toujours aussi limitée mais les Néo-Zélandais continuent d’aborder la chose d’une manière relativement personnelle avec notamment beaucoup de changements dynamiques et un intérêt reconduit et surtout sincère pour ces parties bien plus lourdes et pesantes. Parfaitement lisible, plutôt varié et particulièrement imposant et belliqueux, Edifice est une nouvelle réussite à ajouter à la liste d’Heresiarch. Un disque dur et viril qui par la force, la domination et la peur impose respect et déférence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
21/05/2024 14:20
Une énorme branlée ce nouveau Heresiarch.
C'est en passe de devenir la meilleure sortie du groupe pour moi (préfèrant l'ep Hammer au premier album)

Il me rappelle énormément War of All against all dans ce qu'il dégage : Impitoyable, en alternant avec brio les fulgurances les plus sauvages avec d'autres extrêmement massifs d'un poids énorme.
Et quelle pochette de dingue.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/05/2024 11:51
note: 8/10
Si ça reste toujours dans la droite ligne de ses prédécesseurs cette nouvelle sortie du combo est encore une fois de grande qualité, entre ses moments lourds et orageux à la noirceur absolue et ces déferlements de haine il y'en a pour tous les goûts. Et en plus il se révèle de plus en plus profond à chacune des écoutes... bref j'adhère totalement ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heresiarch
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Heresiarch
Heresiarch
Death Metal - 2008 - Nouvelle-Zélande
  

tracklist
01.   Forged Doctrine  (04:46)
02.   Manifest Odium  (02:13)
03.   Noose Above The Abyss  (04:36)
04.   Gloryless Execution  (03:07)
05.   Tides Of Regression  (06:31)
06.   A World Lit Only By Fire  (06:45)
07.   Swarming Blight  (02:28)
08.   Mystic And Chaos  (00:45)
09.   Hubris And Decline  (02:54)
10.   Militate Pyrrhic Collapse  (07:23)

Durée : 41:28

line up
parution
12 Avril 2024

voir aussi
Heresiarch
Heresiarch
Death Ordinance

2017 - Dark Descent Records
  
Heresiarch
Heresiarch
Hammer Of Intransigence (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Heresiarch
Heresiarch
Wælwulf (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Helslave
Helslave
From The Sulphur Depths

2021 - Pulverised Records
  
Volturyon
Volturyon
Blood Cure

2008 - Obscure Domain Productions
  
Vorum
Vorum
Poisoned Void

2013 - Woodcut Records
  
Blood Spore / Coagulate / Soul Devourment / Gutvoid
Blood Spore / Coagulate / Soul Devourment / Gutvoid
Four Dimensions Of Auditory Terror (Split-CD)

2021 - Blood Harvest Records / Rotted Life Records / Sewer Rot Records / Black Hole Productions
  
Puteraeon
Puteraeon
Cult Cthulhu

2012 - Cyclone Empire Records
  

Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Maudits
Précipice
Lire la chronique
Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique