chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hemorrhoid - Raw Materials Of Decay

Chronique

Hemorrhoid Raw Materials Of Decay
Avec un nom comme celui-ci peu de doutes subsistent quant au degré de finesse dont vont faire preuve ici ces jeunes américains. Actifs depuis 2021 mais révélés aux yeux du monde l’année dernière avec la sortie chez Extremely Rotten Productions d’une seconde démo intitulée bêtement Demo ’23, Hemorrhoid nous arrive tout droit de Portland et est composé de trois garçons ayant largement fait parler d’eux ailleurs. On retrouve en effet messieurs Seth Traver (Cemetery Lust, Nekro Drunkz, Torture Rack...) au chant et à la guitare, Vincent Van Dell (Apraxic, Witch Vomit) à la basse et Dylan Laviolette (Headsplit Records, Cemetery Lust, Hacksaw, Nekro Drunkz...) au chant et à la batterie. Un line-up qui ne prétend pas arracher un quelconque prix Nobel mais dont l’expérience promet de pouvoir se caler sous la dent quelques compositions bien sales et faisandées.

Raw Materials Of Decay est donc le premier album d’Hemorrhoid. Un disque paru en mars dernier sur Headsplit Records et qui s’apprête à bénéficier à la fin du mois d’une sortie plus globale grâce au soutien du label danois Extremely Rotten Productions. Composé de quinze titres aussi imagés que "Hemorrhoidal Removal Surgery", "Rancid Rectal Rupture" et "Dante’s Fecal Inferno" (ce dernier étant d’ailleurs tiré de la précédente démo des Américains), celui-ci se voit torché (le choix des bons mots) en moins de vingt-cinq minutes. Une belle diarrhée auditive illustrée avec tout autant de subtilité par un Grant Hatfield aka Filth Effigie (Chasmdweller, Noxis, Malgöth...) qui a bien saisi le propos de ses compatriotes.

Si ce genre de production "pipi caca" peut parfois revêtir un côté tristement anecdotique, elle n’en demeurent pas moins diablement efficaces lorsqu’elles s’avèrent aussi bien troussées. Certes, rien de ce que propose Hemorrhoid sur ce premier album ne relève du génie ni même d’une quelconque quête d’originalité mais peu importe puisque l’essentiel est bel et bien là. Outre une concision dans le propos concrétisée par des morceaux plutôt courts (seuls quatre titres affichés à plus de deux minutes et pas une de plus) et de savoureuses séances de blasts mais aussi de toupa toupa, Raw Materials Of Decay est également truffé de riffs à trois notes jamais bien compliqués mais dont l’efficacité immédiate suffit amplement à compenser l’absence flagrante d’originalité.

Bref, une formule vieille comme le monde qui n’a rien de bien nouveau à offrir mais qui devrait pourtant continuer de réjouir les amateurs de ce genre de saloperies putrides et dégoulinantes. Aussi, en dépit de ce qui sonne comme un album vu et entendu des milliers de fois auparavant, tout est définitivement carré chez Hemorrhoid. De ces riffs de babouins exécutés à toute berzingue ("Ultimate Commode Of Chaos & Carnage", "Moderate To Severe Plaque Psoriasis", "Stool Borne Illness", "Dante's Fecal Inferno", "Esophageal Rupture"...) à ces accélérations aussi jouissives que redoutables ("Exogenous Intestinal Blockage" à 0:32, le démarrage en fanfare de l’excellent "Ultimate Commode Of Chaos & Carnage", "A Dozen Suppurating Masses" à 0:58, "Dante's Fecal Inferno" à 0:08, "Liquified In A Caustic Sludge" à 0:58...) en passant par ces quelques ralentissements et autre séquences moins soutenues mais au groove bien collant (les premiers instants de "Exogenous Intestinal Blockage", "Moderate To Severe Plaque Psoriasis" à 0:52, la première partie bien chaloupée de "Sliced And Tucked", "Ectopic Scrambling", "Festering Blood Pit" à 1:19) sans oublier naturellement toute ces belles gerboulades vocales quelque part entre gargouillis suspects, fuites buccales et autres growls de fonds de cuvettes, rien ne manque à l’appel. Un cahier des charges scrupuleusement respecté qui offre effectivement peu de place à la nouveauté mais qui a le mérite d’être d’une efficacité à toute épreuve.

Produit par l’infatigable Charlie Koryn (Ascended Dead, Autophagy, Dipygus, Hulder, Torture Rack, VoidCeremony et j’en passe) et Noah Buchanan (200 Stab Wounds, Inoculation, Midnight, Noxis, Sadistic Force...), Raw Materials Of Decay jouit qui plus est d’une production assez crue qui naturellement colle à merveille avec la formule d’Hemorrhoid. Un son plutôt organique avec des guitares particulièrement abrasives qui bourdonnent, une batterie dépouillée et naturelle, une basse ultra saturée et des voix parfaitement audibles (je n’ai pas dit compréhensibles). Bref, une production taillée pour le job qui rend service aux compositions des Américains sans jamais chercher à trop en faire.

Après une précédente démo particulièrement engageante mais passée plutôt inaperçue, Raw Materials Of Decay devrait permettre à Hemorrhoid de trouver son public. Certes, un tel patronyme pourrait en dissuader plus d’un d’y jeter une oreille attentive mais entre cette illustration réussie, ces couleurs plutôt engageantes et surtout ces quinze compositions diablement efficaces, il n’y a pas à "tortiller du cul pour chier droit", ce premier album botte effectivement des culs bien comme il faut… Je tire donc ma révérence sur ces expressions particulièrement subtiles et vous invite une fois de plus à vous pencher sur le cas de ces trois Américains qui méritent, vous l’aurez compris, toute votre attention.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hemorrhoid
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hemorrhoid
Hemorrhoid
Death / Grind - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Hemorrhoidal Removal Surgery (Intro)  (01:20)
02.   Exogenous Intestinal Blockage  (01:48)
03.   Ultimate Commode Of Chaos & Carnage  (01:11)
04.   Moderate To Severe Plaque Psoriasis  (01:22)
05.   Rancid Rectal Rupture  (01:21)
06.   A Dozen Suppurating Masses  (02:02)
07.   Stool Borne Illness  (01:00)
08.   Sliced And Tucked  (02:31)
09.   Raw Materials Of Decay  (02:43)
10.   Dante's Fecal Inferno  (01:01)
11.   Liquified In A Caustic Sludge  (02:01)
12.   Esophageal Rupture  (01:22)
13.   Ectopic Scrambling  (01:49)
14.   Festering Blood Pit  (01:53)
15.   Cacophony Of Bloody Lactation  (01:27)

Durée : 24:51

line up
parution
15 Mars 2024

Essayez aussi
Misery Index
Misery Index
Rituals of Power

2019 - Season Of Mist
  
Moiscus
Moiscus
Idiomorphic Practices (EP)

2023 - Headsplit Records
  
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Split 7")

2022 - Desiccated Productions
  
Napalm Death
Napalm Death
Time Waits For No Slave

2009 - Century Media Records
  
Haut&Court
Haut&Court
Troffea

2015 - Basement Apes / Swarm Of Nails / Eardrum Terrorism / Troffea Records / Wooaaargh / Grains of Sand
  

Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique