chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
158 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Echoplain - In Bones

Chronique

Echoplain In Bones
Si vous vous intéressez de près ou de loin à la scène noise rock – noise core française, vous êtes forcément tombés un jour ou l’autre sur des groupes issus des labels Atypeek Music (CARNE ; DAVY JONES LOCKER ; ENABLERS ; HELOOGABALE ; KILL THE THRILL…) ou encore Zéro Egal Petit Intérieur (EMBOE ; A SHAPE ; SONS OF FRIDA, etc.), deux maisons pointues en matière de rock innovant, souvent bruitiste, parfois plus expérimental et toujours de qualité. Il n’est donc pas surprenant de retrouver ce deuxième album d’ECHOPLAIN en distribution chez ces deux écuries, avec l’appui supplémentaire d’Araki, de Day Off, de Kerviniou Records et enfin de Ged. Pure tradition DIY que de multiplier les intervenants afin de diviser les coûts, c’est bien légitime.

Le trio dont il est question aujourd’hui s’est d’abord fait connaître en 2019 avec un premier EP éponyme puis avait fortement marqué les esprits avec « Polaroid Malibu » (2021), un LP où se côtoyaient avec classe des influences telles que CONDENSE, GIRLS AGAINST BOYS (composé d’anciens FUGAZI et SOULSIDE) ou encore l’incontournable THE JESUS LIZARD. Pour tout dire, ce disque fut une franche réussite et j’avoue que j’attendais son successeur avec une certaine impatience, attente aujourd’hui récompensée par la parution d'« In Bones », soit huit titres pour renouer avec l’un des meilleurs trios noise de l’hexagone : Clément Matheron (basse), Stéphane Vion (batterie) et Emmanuel Bœuf (guitare, chant).

L’album débute fort avec le titre « Milla Jovovich » où l’on retrouve immédiatement tout ce que l’on pouvait apprécier dans ce groupe : une basse sèche très hardcore, une batterie sobre, aussi précise que puissante, une guitare où se croisent UNSANE et SONIC YOUTH, un chant à l’emporte-pièce, brut mais ne faisant pas non plus n’importe quoi, l’objectif n’étant pas de brailler bêtement dans un micro. Arrivé à ce stade de l’article, je me doute que j’ai déjà perdu bon nombre d’entre vous, probablement peu réceptifs à ce genre musical qui, pour ma part, a construit une bonne partie de mon éduction musicale. Dommage, car qu’est-ce qu’il bourre ce « In Bones » ! Les musiciens ont le don pour alterner des passages calmes dans l’esprit CHOKEBORE avec de purs instants bruyants, les Français étant alors quasiment intouchables selon moi dans ce registre. En effet, sur une assise rythmique ultra carrée, Emmanuel peut laisser libre cours à son instinct pour faire jaillir de son instrument des sonorités improbables, une tension folle (« Chicken Run »), le tout s’inscrivant encore une fois dans cette ambiance américaine des années 90, à la grande époque d’Amphetamine Reptile Records notamment.

C’est vrai que mes penchants naturels sont davantage séduits lorsqu’ECHOPLAIN maltraite le solfège et qu’il frappe durement dans le core (« You Won’t Find Me » et sa putain de ligne de basse), et ce même si les structures tendent alors peut-être parfois à se ressembler (« Milla Jovovich » ; « Disko Boy ») du fait de ces nombreuses rythmiques cassées, cassantes, hachées, syncopées. Mais même si j’ai un peu perdu de vue cette scène, de ce que j’ai pu écouter de-ci de-là, je ne vois guère d’équivalent à cette machine aussi chaotique que précise, jouant sur les oxymores, les contradictions stylistiques, parfois pleine de fureur intériorisée (« Jeffrey », avec en prime un gros son de fuzz, un régal lorsqu’on apprécie cet effet) ou pleinement assumée (« Bourrinou »). De toute façon, quelle que soit la formule adoptée, le trio est toujours dans la maîtrise de ses instruments, ce qui pour moi constitue une différence nette entre le con de base qui fait du bruit parce qu’il ne sait pas doser ses intentions, camouflant alors cela derrière une posture arty intello, et le mec qui, à force de travail, est parvenu à conceptualiser le bruit, à l’apprivoiser pour en faire exactement ce qu’il veut. C’est exactement cela, « In Bones », la démonstration que jouer du noise rock bien compris s’avère tout aussi complexe que pratiquer une musique dite « technique » car cela nécessite d’avoir l’intelligence de la dissonance, de savoir flirter avec la frontière du bordel ou du non-sens, de laisser la place à une part d’improvisation au sein d’un cadre normé, cela étant d’ailleurs peut-être mon seul regret : que ce LP ne propose pas plus de plages instrumentales bruitistes, un « Diamond Sea », même si je reconnais que le format court des huit compositions s’avère être le plus efficace, la concision sans laconisme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Echoplain
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Echoplain
Echoplain
Noise Rock Core - 2018 - France
  

formats
vidéos
Disko Boy
Disko Boy
Echoplain

Extrait de "In Bones"
  
Bourrinou (live)
Bourrinou (live)
Echoplain

Extrait de "In Bones"
  

tracklist
01.   Milla Jovovich  (03:05)
02.   Closer  (03:17)
03.   Chicken Run  (02:58)
04.   Push  (03:49)
05.   You Won't Find Me  (03:16)
06.   Disko Boy  (04:24)
07.   Jeffrey  (02:20)
08.   Bourrinou  (03:48)

Durée : 25:37

line up
parution
5 Avril 2024

Essayez aussi
KEN Mode
KEN Mode
Loved

2018 - Season Of Mist
  
Modern Pain
Modern Pain
Peace Delusions

2015 - Bridge Nine Records
  
Daggers
Daggers
Neon Noir Erotica

2020 - Throatruiner Records / Fer De Lance Records
  
Palehorse
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice

2010 - Eyesofsound
  
Kabul Golf Club
Kabul Golf Club
Le Bal Du Rat Mort (EP)

2012 - Uproar For Veneration
  

Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
brokNface
Leave to Live (EP)
Lire la chronique
Mindz Eye
The Vision
Lire la chronique
Chainsword
Born Triumphant
Lire la chronique
Belore + Griffon
Lire le live report
Summoned to Suffer - European Tour May 2024
Demiurgon + Pessimist + Tal...
Lire le live report
Tenebro
L'Inizio Di Un Incubo
Lire la chronique
Alkhemia
Abraxas
Lire la chronique
Contre-Feux
La morsure (EP)
Lire la chronique
Assylum
Far Beyond Madness
Lire la chronique
Hagetisse
The Fountain of Fallen Stars
Lire la chronique
Karabiner
Unbeaten (EP)
Lire la chronique
Inquisition
Veneration of Medieval Myst...
Lire la chronique
Mons Veneris
Ascent into Draconian Abyss
Lire la chronique
Aborted
Vault Of Horrors
Lire la chronique
Cryptic Process + Inhumate + Putrefaction of Rotting Corpses (P.O.R.C.) + Serpillère + Pendrak
Lire le live report
INHUMATE - Clap de (presque) fin
Lire l'interview
Borgtårn
Sorte Makt
Lire la chronique
Atrophy
Asylum
Lire la chronique
Necrophobic
In The Twilight Grey
Lire la chronique