chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
136 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mutilated By Zombies - Scenes From The Afterlife

Chronique

Mutilated By Zombies Scenes From The Afterlife
Après un « Scripts Of Anguish » qui lui a permis de sortir un peu de l’anonymat où il évolue depuis ses débuts en 2008, le trio de l’Iowa aura mis cinq ans et demi avant de lui donner un successeur... une durée interminable où pourtant rien n’a changé en interne, aussi bien de la part des membres que du côté de son label indéfectible. Si du coup on avait totalement fini par oublier le combo et son Death Metal sombre et technique, on sera en revanche satisfait de le retrouver en grand forme avec une musique certes totalement balisée et sans surprises, mais qui sonne typiquement américaine avec les qualités et défauts que cela implique. Car si on est bien loin des ténors nationaux et qu’on évolue dans la deuxième division du genre, en revanche il faut saluer le boulot fait ici qui est professionnel jusqu’à l’ultime seconde, tout cela faisant ainsi de ce quatrième album sans doute le plus dense et homogène de la carrière de ses créateurs.

En effet sans être transcendantes ni ratées les trois précédentes livraisons avaient parfois tendance à un peu s’épuiser sur la durée tout en étant légèrement inégales du côté de l’écriture, ici rien de tout cela vu que notamment tout y est expédié en à peine trente-et-une minutes confortables et équilibrées, bien qu’on ait régulièrement la sensation d’écouter la même chose plus ou moins en boucle. Si au départ on va avoir du mal à être vraiment captivé par « Headcount Rising » qui part un peu dans tous les sens vu que rythmiquement ça ne cesse de jouer sur les cassures, ralentissements et accélérations permanentes... ça va quand même être efficace et surtout montrer que les mecs ne font pas que tabasser et bourriner en permanence. Un choix totalement assumé de leur part qui leur permet ainsi d’offrir une base plus opaque et sombre telle qu’on va l’entendre dès la plage suivante intitulée « Reciprocal Horror », où la lenteur va être mise en avant via des riffs et patterns typiquement influencés par INCANTATION, pour un rendu réussi à l’oreille qui confirme que c’est dans cette voie-là que la formation est la plus redoutable. D’ailleurs « Molten » qui arrive juste après ne va faire que confirmer ce sentiment, et ce malgré une variété plus conséquente (où quelques plans mid-tempo imparables font leur apparition) mais où le rendu fait mouche instantanément grâce à un dynamisme constant, et l’envie de headbanguer communicative. C’est d’ailleurs cet entrain et ce groove qui font véritablement l’attrait de ce disque, vu que malgré le côté prévisible et parfois linéaire (comme « Decontamination » pas mauvais en soi mais qui semble parfois interminable) l’envie d’en découdre fait largement oublier ce petit défaut parfois rédhibitoire.

Car une fois passé ce court moment de léger décrochage « Gutsplit » va remettre les pendules à l’heure avec ces accents tribaux et ces variations à foison portées par une véritable force de frappe, tant la fluidité est impeccable et où les passages massifs et pachydermiques mêlés aux brutales accélérations font mal aux cervicales, et se révèlent parfaits pour guerroyer dans la fosse tout comme chez soi, tant ça sert de bon gros défouloir sans prétention. Montrant ce qu’il y’a de mieux chez l’entité cette composition fait le lien avec celles qui vont suivre et en premier lieu avec l’impeccable et équilibrée « Eternal Hour », où la technicité montre encore d'un cran sans pour autant être dégoulinante et inécoutable… car ça reste quand même assez direct et sans excès. Si l’on passera outre l’inutile et court interlude (« Reincarnate ») en revanche on appréciera également le dense et direct « Severely Severed » où toute la palette de jeu est mise sur un pied d’égalité, avant que la conclusion intitulée « Behold The Demigod » ne vienne clôturer les débats de façon rampante et oppressante, vu que nulle trace d’excès de rapidité ne se fait entendre trop longtemps ici afin de privilégier un certain alourdissement, où l’auditeur continue d’être pris à la gorge dans cet océan tourmenté et tempétueux où aucune trace de lumière ou d’accalmie ne semble vouloir arriver avant l’ultime seconde de ce long-format.

Du coup malgré le fait qu’on aura vraiment du mal à faire émerger une plage de cet maelstrom dégoulinant et suintant d’opacité on ne fera pas la fine bouche devant cette réalisation qui procurera de belles sensations, même si pour ses auteurs il faudra clairement élever leur niveau pour espérer se démarquer de la concurrence et obtenir une promotion à l’échelon supérieur. S’il faudra parfois s’armer de ténacité pour se farcir l’ensemble d’une seule traite on ne fera pas de caprices tant c’est toujours agréable d’avoir une œuvre sincère et bas du front, où la production râpeuse fait plaisir à entendre sans que les musiciens ne tombent dans la branlette de manche. Parfaits en première partie des têtes d’affiches ceux-ci ont des arguments et le niveau pour chauffer les foules et leur faire passer un bon moment, ce qui n’est déjà pas mal même si ce « Scenes From The Afterlife » sera oublié illico dès qu’il sera terminé et qu’on ira rapidement réécouter d’autres enregistrements bien plus marquants et identifiables.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mutilated By Zombies
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  5.71/10

plus d'infos sur
Mutilated By Zombies
Mutilated By Zombies
Death Metal - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Headcount Rising
02.   Reciprocal Horror
03.   Molten
04.   Decontamination
05.   Gutsplit
06.   Eternal Hour
07.   Reincarnate
08.   Severely Severed
09.   Behold The Demigod

Durée : 31 minutes

line up
parution
8 Mars 2024

voir aussi
Mutilated By Zombies
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish

2018 - Redefining Darkness Records
  

Essayez aussi
Demilich
Demilich
Nespithe

1993 - Necropolis Records
  
Gorefest
Gorefest
La Muerte

2005 - Nuclear Blast Records
  
Divine Empire
Divine Empire
Methods of Execution

2005 - Century Media Records
  
Sinister
Sinister
Cross The Styx

1992 - Nuclear Blast Records
  
Sinister
Sinister
Syncretism

2017 - Massacre Records
  

Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
brokNface
Leave to Live (EP)
Lire la chronique
Mindz Eye
The Vision
Lire la chronique
Chainsword
Born Triumphant
Lire la chronique
Belore + Griffon
Lire le live report
Summoned to Suffer - European Tour May 2024
Demiurgon + Pessimist + Tal...
Lire le live report
Tenebro
L'Inizio Di Un Incubo
Lire la chronique
Alkhemia
Abraxas
Lire la chronique
Contre-Feux
La morsure (EP)
Lire la chronique
Assylum
Far Beyond Madness
Lire la chronique
Hagetisse
The Fountain of Fallen Stars
Lire la chronique
Karabiner
Unbeaten (EP)
Lire la chronique
Inquisition
Veneration of Medieval Myst...
Lire la chronique
Mons Veneris
Ascent into Draconian Abyss
Lire la chronique
Aborted
Vault Of Horrors
Lire la chronique
Cryptic Process + Inhumate + Putrefaction of Rotting Corpses (P.O.R.C.) + Serpillère + Pendrak
Lire le live report
INHUMATE - Clap de (presque) fin
Lire l'interview
Borgtårn
Sorte Makt
Lire la chronique
Atrophy
Asylum
Lire la chronique
Necrophobic
In The Twilight Grey
Lire la chronique