chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
170 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dead Flesh - Dehumanise

Chronique

Dead Flesh Dehumanise (EP)
C’est important de préciser « UK » dans les URL des réseaux sociaux car, des DEAD FLESH, il y en a aux moins trois qui sont déjà référencés : un Américain, un Russe et un Danois (sont dans un avion…). Ici, ce sont donc des Anglais qui viennent nous servir un nouveau brouet de deathcore atteint par ce petit chromosome supplémentaire qui pousse le groupe à se taper indéfiniment la tête contre les murs du genre bien étroit qu’il a choisi d’explorer.

A leur décharge, je reconnaîtrais tout de même que les mecs évoluent dans une sphère de brutalité plutôt appréciable, avec de gros refrains efficaces (« Bodies Upon Bodies »), et qu’ils ne nous infligent pas des passages en voix claires ou autres saloperies du même tonneau. Est-ce que j’abuse en disant que c’est même peut-être trop dense ? Trop chargé ? Tout du moins pour moi, je ne supporte plus tellement les vocaux criards de ce genre musical et là, pas de bol, ils sont récurrents… Idem au niveau des rythmiques, nous sommes sur des plans très binaires en dépit de contre-temps à foison, encore une fois les riffs à deux cases de guitares ça va bien cinq minutes, j’ai parfois l’impression d’être pris pour un neuneu lorsque j’écoute ce genre de musique. Qui tombe encore en pamoison simplement pour un chanteur qui éructe et un guitariste qui sait bien régler son ampli ?

Finalement, j’ai même tendance à préférer le groupe lorsqu’il s’aventure sur des terres plus djent, à l’image de certains passages de « Swallowing Nails » ou de « Dead Flesh ». Je pense alors évidemment à MESHUGGAH mais avec ce côté vraiment agaçant d’être à côté d’un molosse qui t’aboiera dans les oreilles tant qu’il n’aura pas eu sa ration de viande. En vérité, je commence à arriver à saturation de ce genre de formations, radicalement violentes sur la forme mais où nulle émotion autre qu’« on en a gros ! » ne se dégage. Oui, comme tout le monde les gars, on en a tous plein le cul de ce monde, l’Angleterre me semblant sur bien des aspects encore plus à la ramasse que la France, c’est dire l’exploit. Alors les musiciens ont des choses à dire sur la société, la dépression, peut-être qu’ils lisent Michel Clouscard ou Christopher Lasch, peut-être qu’ils ne sont pas sur ce courant de pensée, j’avoue, je m’en fiche un peu.

Par conséquent je serais bien inspiré d’arrêter ce petit jeu de dupe ou alors de chercher à réellement positiver mon approche. En effet, DEAD FLESH fait l’effort de nous vouloir uniquement du mal via un deathcore foncièrement brutal à base de vocaux gutturaux et de breakdown alternés avec du blast. Par conséquent, je n’ai aucun doute sur le fait que les engliches parviennent à se tailler la part du lion sur une scène où le mérite se juge à l’occasion au nombre de tatouages ou au tour de biceps. Eux, ils se pointent avec un « Dehumanise » impressionnant comme le paquet de Manuel Ferrara, une protubérance taillée pour les jeans slims et, de ce que j’ai retenu de mes multiples écoutes, c’est largement au-dessus des formations citées par le communiqué de presse : SUICIDE SILENCE, CHELSEA GRIN, FIT FOR AN AUTOPSY, etc.

Finalement, tout n’est qu’une question de sensibilité. Pourquoi j’écoute du brutal death et pas du rap ? Pourquoi le deathcore me lasse alors que j’aime le death et le hardcore ? Pourquoi Mona Lisa sourit ? La théorie des Ancient Aliens est-elle vraie ? Allez, encore une formation qui viendra très certainement grossir les bacs des disquaires, elle a de nombreuses qualités certes, mais aucune qui ne m’arrache l’ombre d’un frisson, je laisse donc ça aux spécialistes du genre. 7 pour la violence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Flesh
Deathcore
2024 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dead Flesh
Dead Flesh
Deathcore - 2022 - Royaume-Uni
  

formats
tracklist
01.   Born Intro The Meat Grinder  (03:38)
02.   Sick  (04:10)
03.   Bodies Upon Bodies  (03:44)
04.   Swallowing Nails  (04:12)
05.   Dead Flesh '04:13)

Durée : 19:17

parution
28 Avril 2024

Essayez aussi
Whitechapel
Whitechapel
Our Endless War

2014 - Metal Blade Records
  
Martyr Defiled
Martyr Defiled
Young Gods

2017 - Autoproduction
  
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Hate

2012 - Halfcut Records
  
Whitechapel
Whitechapel
The Valley

2019 - Metal Blade Records
  
Whitechapel
Whitechapel
This Is Exile

2008 - Metal Blade Records
  

Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Maudits
Précipice
Lire la chronique
Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique