chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Atrophy - Asylum

Chronique

Atrophy Asylum
L’histoire l’a souvent montré mais revenir aux affaires après plusieurs décennies d’arrêt est une prise de risques maximale voire même carrément casse-gueule, tant on a vu nombre de formations dans cette situation se planter en beauté en n’intéressant personne ou presque... ou au contraire réussir son coup en (re)captivant un auditoire qui avait oublié l’existence de celles-ci ou qui était totalement passé à côté à l’époque. C’est dans cette seconde option que l’on va classer ATROPHY, qui après avoir publié deux très bons albums entre 1988 et 1990 (« Socialized Hate » / « Violent By Nature ») avait ensuite totalement disparu de la circulation durant des lustres, avant de refaire parler de lui aujourd’hui... trente-quatre ans après son dernier long-format et après bien des remous en interne. Car si la machine a été relancée une première fois en 2015 (en présence du bassiste et batteur historiques) les choses se sont compliquées en 2020 avec l’interruption de sa tournée en cours pour cause de mise à l’arrêt total du monde dans une paranoïa totalement délirante, moment où le chanteur Brian Zimmerman a quitté ses acolytes pour continuer avec une nouvelle équipe. Si ses autres anciens compères ont fondé une entité parallèle le vocaliste a décidé de repartir à l’abordage sous cette même dénomination, entouré cette fois par quelques jeunots bien inspirés et des vieux briscards locaux ayant déjà un gros vécu musical (on a pu entendre ceux-ci notamment dans MASTER et MALEVOLENT CREATION)... et le moins que l’on puisse dire c’est que cette association va parfaitement fonctionner, tant ce « Asylum » est franchement réussi et a tout ce qu’il faut pour faire passer un bon moment en se vidant la tête.

Si musicalement tout cela sonne rétro le quintet a eu la bonne idée de ne pas s’enfermer à tout prix dans cette formule, vu que les neuf morceaux ont droit à une production moderne et puissante particulièrement chaude mais sans excès synthétiques car les membres souhaitaient conserver une vraie authenticité... portée par une écriture sans fioritures, mais absolument redoutable de bout en bout. En effet on va directement être pris à la gorge par toute l’énergie et le dynamisme qui se dégagent de cette galette où la technicité n’est jamais excessive, preuve en est l’ouverture intitulée « Punishment For All » qui se fait particulièrement burnée et remuante. Proposant ici la traditionnelle variété entre parties débridées et celles plus lentes propices au headbanging... ainsi qu’un bon vieux mid-tempo des familles (tout ça avec un parfait équilibre des forces en présence et un léger soupçon Hardcore hyper agréable), on n’est nullement surpris tant on sait instantanément où l’on met les pieds mais ça n’est pas grave de toute façon. On retrouve donc sur cette première plage tous les éléments typiques du Thrash américain des années 80-90 avec ce grain si reconnaissable et l’envie d’en découdre immédiate, que ce soit rythmiquement joué à fond la caisse comme avec la pédale de frein enfoncée... le tout avec un schéma d’écriture encore plus dépouillé. Ce dernier point est d’ailleurs à l’honneur sur l’impeccable « High Anxiety » à la montée en pression progressive (avant que les chevaux ne soient totalement lâchés), offrant à cette occasion un rendu sombre et oppressant qui ne se pose pas de questions... à l’instar de « Seeds Of Sorrow » agressif comme il faut, tout en se faisant remuant à souhait sur fond de grand-écart rythmique permanent.

Et comme pour confirmer qu’on est en présence d’un très bon disque les entraînants et excellents « Bleeding Out » et « American Dream » vont parfaitement faire le boulot, et donc convaincre sans peine les éventuels réticents et râleurs professionnels. Portée par un tempo enlevé presque en continu (et avec toujours l’envie de secouer la tête) cette doublette représente presque ce qui se fait de mieux sur cet opus, où l’on sent que les gars se font franchement plaisir en balançant la sauce avec des riffs bien aiguisés et du solo très classique mais envoyé de façon très rugissante, tout cela avec un sourire et un plaisir communicatifs. Ces ressentis vont encore être là sur la conclusion « Five Minutes ‘Til Suicide » qui va surprendre lors de son introduction avec ses arpèges doux et son lead mélodique (dont on a la sensation que ça a été piqué chez les SCORPIONS), avant que la machine ne se remettre en route via un groove de dingue qui apparaît sur les parties en mid-tempo imposantes. Et même si « Distortion » et « Close My Eyes » vont avoir un intérêt plus ténu à cause de longueurs inutiles et de passages répétés en boucle où l’on a du mal à se mettre dans l’ambiance, pour le reste on n’aura rien à reprocher à ses créateurs qui livrent une prestation sans fioritures mais qui a de quoi occuper l’esprit pour un bon moment.

Autant dire que revenir autant en force et en forme après un aussi long silence est un véritable miracle en soi, doublé d’une résurrection artistique qui montre que la scission entre le frontman et ses anciens camarades de jeu a été plus que bénéfique... à voir désormais si ceux-ci sous le nom de SCARS OF ATROPHY arriveront à faire aussi bien (vu l’Ep sorti en 2022 ça n’est pas encore gagné). Mais en attendant on appréciera chaque seconde ou presque de cet enregistrement qui ne s’éternise pas trop et offre une vraie leçon thrashisante tel que l’oncle Sam sait en jouer, prouvant ainsi que le style a toujours de beaux restes outre-Atlantique et qu’on peut facilement se déporter de ses grandes figures pour plonger un peu plus vers son passé et l’underground local. Celui-ci ayant effectivement vraiment de quoi satisfaire même les plus exigeants... preuve en est avec cette résurrection que personne n’avait vu venir et qui a tout ce qu’il faut pour faire mal sur scène, où les nuques les plus résistantes seront mises à rude épreuve sans qu’on n’y trouve rien à redire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atrophy
Thrash Metal
2024 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.04/10

plus d'infos sur
Atrophy
Atrophy
Thrash Metal - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Punishment For All
02.   High Anxiety
03.   Seeds Of Sorrow
04.   Distortion
05.   Bleeding Out
06.   American Dream
07.   Close My Eyes
08.   The Apostle
09.   Five Minutes 'Til Suicide

Durée : 44 minutes

line up
parution
15 Mars 2024

voir aussi
Atrophy
Atrophy
Violent By Nature

1990 - Roadrunner Records
  
Atrophy
Atrophy
Socialized Hate

1988 - Roadracer Records
  

Essayez aussi
Blackness
Blackness
Stimulation for the Beast

2010 - Manitou Music
  
Hellish Crossfire
Hellish Crossfire
Bloodrust Scythe

2010 - I Hate Records
  
Deathhammer
Deathhammer
Chained To Hell

2018 - Hells Headbangers Records
  
Mortal Vision
Mortal Vision
Mind Manipulation

2021 - Redefining Darkness Records
  
Denial
Denial
Antichrist President

1991 - Colossal Records
  

Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Maudits
Précipice
Lire la chronique
Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique