chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
177 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborted - Vault Of Horrors

Chronique

Aborted Vault Of Horrors
Ayant retrouvé des couleurs depuis l’excellent « Maniacult » le combo métronomique de l’infatigable Sven de Caluwé revient aujourd’hui aux affaires avec un nouveau chapitre dans sa besace... toujours sans surprises mais totalement réussi, et qui ne va pas dépareiller au sein d’une très dense discographie qui se maintient à un certain niveau depuis un peu plus d’une décennie. Ayant vu l’intégration du guitariste islandais Daníel Máni Konráðsson (OPHIDIAN I) puis le départ dans la foulée du passage en studio du bassiste Stefano Franceschini, l’entité n’a de ce point de vue-là rien changé à ses habitudes sans que cela ne nuise à la qualité de ce nouvel opus, riche une fois encore en invités divers (un sur chacun des morceaux ici présents). Il ne sera donc pas surprenant de retrouver exactement les mêmes éléments que d’habitude sans pour autant qu’on lui en tienne rigueur, tant elle fait exactement ce qu’on attend d’elle (et cela est amplement suffisant à notre bonheur auditif) en oscillant toujours avec sa facette moderne actuelle et un passé de plus en plus lointain mais qui transparaît néanmoins toujours par bribes.

Si ce douzième album va démarrer tranquillement avec « Dreadbringer » classique et varié... à défaut d’être transcendant, l’impact va gagner rapidement en puissance avec le court « Condemned To Rot » qui arrive juste après et offre un vrai panel rythmique où les choses vont à l’essentiel, et où la puissance ne faiblit jamais... tout comme le groove. D’ailleurs celui-ci va s’intensifier plus fortement dans la foulée via la redoutable doublette « Brotherhood Of Sleep » / « Death Cult » où le tempo va clairement ralentir, pour rester calé à cheval entre une lourdeur intense et du mid-tempo écrasant, le tout avec quelques plans syncopés et une envie de secouer la tête contagieuse et qui ne lâche pas l’auditeur sur toute la durée de ces deux titres. Mettant la vitesse un peu de côté la formation montre une fois encore qu’elle a le sens de l’efficacité quand elle lève le pied, et qu’elle n’est pas juste une machine à blaster en permanence. Car ici le rendu est imparable et jouissif avant que le matraquage en règle ne revienne immédiatement avec « Hellbound » au grand-écart massif (et légèrement futuriste dans son style), et surtout via le déchaîné « Insect Politics » qui en moins en deux minutes nous renvoie vers les grandes heures de « Goremageddon : The Saw And The Carnage Done » et « The Archaic Abattoir » (avec des faux-airs à « Hecatomb »), tout en ne laissant que désolation et cadavres après son passage express et explosif.

Du coup après cette déferlante de brutalité intensive « The Golgothan » tout en classicisme et alternance va presque décevoir malgré d’évidentes qualités, mais reste néanmoins d’un très bon niveau... constat partagé sur l’excellentissime « The Shape Of Hate » pêchu comme il faut et où toute la palette de passages débridés est ici dévoilée. Bénéficiant d’une grosse densité et de variations régulières cette composition signe le dernier moment fort de ce long-format, vu que le froid et futuriste « Naturom Demonto » va se contenter de réciter ses gammes avec brio mais sans pour autant se démarquer par rapport au reste. Un sentiment qui se retrouve sur la conclusion intitulée « Malevolent Haze » aux accents plus aériens et éthérés, mais qui n’amène rien de plus au final à un enregistrement réussi qui se place dans le haut du panier des pléthoriques réalisations du groupe, vu que quelques plages vont franchement cartonner en live.

Du coup les raisons de s’enthousiasmer sont nombreuses vu qu’on est en présence d’un très bon cru 2024 malgré sa fin un peu plus laborieuse, et où l’apport de tous les chanteurs se révèle être une bonne idée tant ils passent en total raccord avec la voix du frontman belge comme sur l’intégralité des compositions ici présentes, qui sont un vibrant hommage aux films d’horreur de notre jeunesse. En effet en jetant un œil sur la pochette on pourra apercevoir en bas à gauche une ancienne télévision et un magnétoscope vhs, avec entre autres en cassettes vidéo « Evil Dead », « Halloween » ou encore « Hellraiser ». Tout ça sent donc à mort la nostalgie des années 80... époque bénie aussi bien pour le Metal que le cinéma horrifique de série Z, et rien que pour ça on peut remercier ABORTED de perpétuer une certaine vision du gore depuis quasiment trois décennies, et d’avoir toujours su rebondir malgré les galères de personnel et la critique pas toujours (logiquement) tendre envers ce nom. Mais cela est derrière lui désormais vu qu’aujourd’hui il est plus fort que jamais, et semble également toujours aussi déterminé à répandre le chaos et le sang sur les scènes du monde entier, comme dans les cerveaux des auditeurs... sous le feu d’applaudissements nourris et mérités, et le pire dans tout ça c’est qu’on en redemande et pas qu’un peu !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborted
Brutal Death Moderne
2024 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.14/10

plus d'infos sur
Aborted
Aborted
Brutal Death Moderne - 1995 - Belgique
  

tracklist
01.   Dreadbringer
02.   Condemned To Rot
03.   Brotherhood Of Sleep
04.   Death Cult
05.   Hellbound
06.   Insect Politics
07.   The Golgothan
08.   The Shape Of Hate
09.   Naturom Demonto
10.   Malevolent Haze

Durée : 40 minutes

line up
parution
15 Mars 2024

voir aussi
Aborted
Aborted
La Grande Mascarade (EP)

2020 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
Termination Redux (EP)

2016 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Archaic Abattoir

2005 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Coronary Reconstruction (EP)

2010 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
The Purity of Perversion

1999 - Soulreaper Records
  

Essayez aussi
DarkRise
DarkRise
Circles Of Failure

2019 - Punishing Records
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Fearmonger

2020 - Century Media Records
  
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season Of Mist
  
Job For A Cowboy
Job For A Cowboy
Ruination

2009 - Metal Blade Records
  
Diluvian
Diluvian
Epidemic

2010 - Deepsend Records
  

Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Maudits
Précipice
Lire la chronique
Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique