chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
189 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Contre-Feux - La morsure

Chronique

Contre-Feux La morsure (EP)
Lorsque je me rends à Lyon, j’ai pris depuis quelques mois mes petites habitudes dans un bar de quartier qui s’appelle « La Torpille ». Outre le fait que l’équipe de serveurs est très sympa, je peux surtout y boire une NEIPA en pression de chez Orbital tout en y écoutant un tas de trucs punk rock et hardcore mélodiques. CONTRE-FEUX aurait certainement sa place dans leur programmation, bien que peut-être un poil plus énervé que ce qui passe habituellement dans la sono.

En 2020, FullSail vous avait dit tout le bien qu’il pensait alors de « Mort/Vivant », le premier LP et, sans être aussi dithyrambique, je n’irai certainement pas à l’encontre de ce jugement initial avec la sortie de « La morsure, un « cinq titres » qui me charme énormément. Déjà, parce que l’album s’ouvre sur quelques mots du géant Bukowski, moins parce qu’il se termine par une lecture de Virginie Despentes mais c’est une affaire de goût, n’y voyez nulle tentative de polémique de ma part. Mais bon, Bukowski et Despentes, ça serait comme accoler John Fante à Ovidie, je ne suis pas certain du mélange…

Cependant, faisons fi de ces basses considérations littéraires pour plutôt nous concentrer sur les compositions. Un peu emo, un peu hardcore, un peu punk, un peu garage rock, un peu pop, une rage mélodique ou des mélodies construites dans de la rage, on la sent bien la morsure, les dents sont très aiguisées (« Gibier le soir »). De plus, comme certains tempos sont assez rapides, nous pourrions même penser à une résurgence de shoegaze black metal mais, quitte à me répéter, j’insiste particulièrement sur le fait que les Bordelais n’ont pas peur des excès de violence et que, quitte à froisser des susceptibilités, je trouve le résultat bien plus plaisant que NATURE MORTE : plus « adulte », moins « pleurnichard », notamment du fait d’une belle dimension hardcore (un peu noisecore) dans chacun des titres.

L’autre point fort sera à chercher du côté du chant et des textes, en français évidemment : la plume est efficace sans tomber dans le piège de la poésie, hélas trop souvent risible, la voix s’affirme, percutante. J’aime également ces guitares claires, avec peu de distorsion audible, là encore on ressent toute la simplicité du jeu, ce désir de créer un chaos épuré (« Nos sourires et des flammes ») dont le beau n’est jamais absent.

En synthèse, si je mets de côté l’extrait de « Création d’un corps révolutionnaire » (j’ai aimé Despentes en 94 avec « Baise-moi », j’ai le bouquin avec sa pochette originale depuis censurée, il y avait des citations de rap et de SUICIDAL TENDENCIES, le problème c’est que j’avais déjà lu « Orange Mécanique », je comprends ce qu’elle peut représenter d’un point de vue idéologique mais sur un plan purement littéraire, c’est vraiment trop léger, d’un point de vue analytique également, cf. « King Kong Théorie »), « La morsure » a pour moi tout du parcours sans faute dans ce registre très particulier bien éloigné du metal. Grosse énergie, puissance mélodique indéniable, une certaine fureur à peine contenue, toujours à la limite d’exploser, aussi con que cela puisse paraître j’ai trouvé le disque touchant. Non, ce n’est pas un gros mot, être touché c’est à la fois ressentir une forme de tristesse, de mélancolie mais également absorber une dose d’espoir, de bonheur, le fameux baume au cœur. Par conséquent, belle performance de la part de ce quatuor très discret que je ne manquerai pas d’aller voir si jamais il passait à proximité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Contre-Feux
Emo Screamo Hardcore
2024 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Contre-Feux
Contre-Feux
Emo, Screamo - 2015 - France
  

formats
  • Digital / 03/05/2024 - Indépendant

tracklist
01.   L'ordre  (01:35)
02.   Gibier le soir  (01:28)
03.   La morsure  (03:09)
04.   Papier carbone  (03:05)
05.   Nos sourires et des flammes  (03:11)

Durée : 12:28

line up
parution
3 Mai 2024

voir aussi
Contre-Feux
Contre-Feux
Mort/Vivant

2020 - Autoproduction
  

Essayez aussi
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
The Rodeo Idiot Engine
The Rodeo Idiot Engine
Malaise

2015 - Throatruiner Records / Grains of Sand
  
Heart In Hand
Heart In Hand
A Beautiful White

2014 - Century Media Records
  
No Omega
No Omega
Occupants (EP)

2014 - Grains of Sand
  

Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Maudits
Précipice
Lire la chronique
Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique