chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Jours Pâles - Dissolution

Chronique

Jours Pâles Dissolution
Si, esthétiquement parlant, JOURS PÂLES change radicalement de style à chacune de ses sorties et nous propose sur ce « Dissolution » une pochette qui fonctionnerait à merveille en couverture d’un roman d’horreur ou en affiche de film, la musique, elle, poursuit inlassablement sa marche sur les chemins de l’excellence. Ainsi, après une « Eclosion » prometteuse puis des « Tensions » qui avaient installé la formation parallèle de Spellbound comme l’une des valeurs sûres du catalogue des Acteurs de l’Ombre mais également plus largement de la scène black metal hexagonale, voilà donc neuf nouvelles compositions à savourer après deux ans d’attente.

Je le reconnais sans peine, les premières écoutes m’ont causé quelques difficultés. En effet, les titres sont denses, musicalement déjà mais oralement surtout. Le chant occupe une place prépondérante, dans un registre gueulé que j’ai bien du mal à décrire en mot mais qui me fait parfois penser à des vocalistes tels que Famine ou encore Toxik H : des techniques de braillards hyper efficaces mais qui peuvent parfois saturer l’auditeur. Seulement, ce n’est pas tout. Il y a d’abord l’adjonction, épisodique, d’une voix féminine (sur « Les lueurs d’autoroutes » par exemple, puis sur « Dissolution »), bien dispensable de mon point de vue car faisant basculer le groupe dans des atmosphères shoegaze qui ne sont pas celles où les musiciens s’expriment le mieux.

Enfin, je l’ai dit, il y a la densité musicale. Parce que ça tartine, énormément. Alors, certes, le travail d’écriture notamment des parties de guitares est assez impressionnant, que ce soit tant au niveau des tessitures (l’écart entre la finesse d’« Une mer aux couleurs désunions » et la puissance de « Réseaux venins » ou de « Limérence ») que concernant la variété de rythmiques utilisées, et comme la basse a également des lignes complexes, indépendantes de la batterie, tout cela mit bout-à-bout m’amène à avoir parfois des difficultés de lecture de l’ensemble. Dit autrement, « Dissolution » est un disque on ne peut plus exigeant qui nécessite une grande concentration pour ne pas manquer une seule miette. D’ailleurs, il n’y a pas de miettes, les quarante-cinq minutes font dans le « zéro déchet », il n’y a pas un seul élément qui ne soit utile.

Evidemment, nous sommes là face à un LP doté d’une intelligence d’écriture rare et, en la matière, l’album rivalise avec les « Éclats » d’ORAKLE, même si JOURS PÂLES est d’avantage ancré dans la violence. On retrouve la même exigence, le même souci d’inventivité, cette volonté d’écrire un black metal qui sort des sentiers battus tout en en respectant les codes noirs.

Il reste qu’en sortie d’écoute, je demeure sur un sentiment partagé. D’un côté, je suis bien conscient que nous croisons là une pièce rare, hautement qualitative et exécutée par des musiciens d’exception et, par certains aspects, je la préfère au dernier AORLHAC. Mais son côté massif m’empêche d’identifier des instants saillants, des pics jubilatoires. Vous me direz qu’il faut être gonflé pour reprocher à « Dissolution » d’être toujours parfait, c’est juste qu’il s’avère un peu trop linéaire dans cette perfection. Le triptyque introductif « Taciturne », « La reine de mes peines » (oscar de la meilleure chanson), « Noire impériale » est impressionnant, il impose une ambiance de grandeur souveraine à côté de laquelle « Les lueurs d’autoroutes » fait pâle figure, pour les raisons évoquées précédemment. Evidemment, le « Réseaux venins » qui s’en suit recolle avec la force initiale mais quelque chose s’est brisée entre temps, d’autant que l’interlude « Une mer aux couleurs de désunions » qui lui succède refait chuter l’intensité. Il aurait fait une introduction splendide, placé ici je trouve qu’il rompt l’harmonie. Et si « Limérence », « Dissolution » et « Terminal nocturne » sont de très bonnes compositions, je n’y vois plus le grandiose initial, il y a beaucoup de moments davantage atmosphériques et ce que l’on gagne en richesse, on le perd en impact frontal.

Evidemment, cela n’enlève rien au fait qu’il s’agisse d’un des albums hexagonaux de l’année, j’en viens même à la conclusion que le problème vient de moi, en aucun cas de cette sortie qui irradie littéralement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jours Pâles
Black Metal 3.0
2024 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Jours Pâles
Jours Pâles
Black Metal 3.0 - 2020 - France
  

formats
vidéos
La reine de mes peines
La reine de mes peines
Jours Pâles

Extrait de "Dissolution"
  

tracklist
01.   Taciturne  (04:58)
02.   La reine de mes peines (Des wagons de détresses)  (07:06)
03.   Noire impériale  (06:19)
04.   Les lueurs d'autoroutes  (04:04)
05.   Réseaux venins  (04:11)
06.   Une mer aux couleurs désunions  (02:19)
07.   Limérence  (05:41)
08.   Dissolution  (06:30)
09.   Terminal nocturne  (04:24)

Durée : 45:32

line up
parution
10 Mai 2024

voir aussi
Jours Pâles
Jours Pâles
Eclosion

2021 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Jours Pâles
Jours Pâles
Tensions

2022 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Essayez aussi
Kroda
Kroda
GinnungaGap GinnungaGaldr GinnungaKaos

2015 - Purity Through Fire
  
Mork
Mork
Dypet

2023 - Peaceville Records
  
Mäleficentt
Mäleficentt
Night Of The Crimson Stars

2019 - Åon Records
  
Nehëmah
Nehëmah
Requiem Tenebrae

2004 - Oaken Shield
  
מזמור (Mizmor) / Thou
מזמור (Mizmor) / Thou
Myopia (Coll.)

2022 - Gilead Media
  

Kerasfóra
Six Nights Beyond The Serpe...
Lire la chronique
Seiden
Ryûkyû Reisen Shinkô (EP) (...
Lire la chronique
Complot!
Victimes innocentes (d'une ...
Lire la chronique
Todesstoss
Das Liebweh​-​Dekret
Lire la chronique
Tzompantli
Beating The Drums Of Ancest...
Lire la chronique
Replacire
The Center That Cannot Hold
Lire la chronique
Scurrilous
Necromantik Self Devourment...
Lire la chronique
Ahab
The Coral Tombs
Lire la chronique
Incipient Chaos
Incipient Chaos
Lire la chronique
Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique