chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Electric Wizard - We Live

Chronique

Electric Wizard We Live
Il y a des albums qui vous laissent une marque indélébile à la première écoute. Je me rappellerai sans doute longtemps de la première fois où j’ai écouté ce monstrueux pavé. C’était un des ces après-midi d’été brûlant, le genre de journée qui vous fait suer par tout les pores comme c’en est pas permis. Je connaissais déjà Electric Wizard avec l’excellent Dopethrone. Je remarque que quelque chose a changé, le groupe s’appelle maintenant The Electric Wizard, le line-up n’a plus l’air d’être le même et la pochette est très suggestive quant au contenu du cd. Ni une, ni deux je craque et je prend l’objet pour l’écouter dans la voiture sur le chemin (heureusement pour moi, je n’avais pas encore le permis et je pouvais me vautrer à l’arrière tout en écoutant le cd). Et là, c’est LA baffe, je ne saurai jamais si c’est la chaleur insoutenable régnant dans la voiture (garée en plein soleil durant tout l’après-midi) ou si c’est cet immonde bouillie visqueuse qui se déverse dans mes oreilles pendant presque une heure. Anéanti, c’est l’état dans lequel je ressors après m’être enfilé ce bol de plomb.

Après vous avoir raconté ma vie, pendant quelques lignes, venons-en au fait. Comme précisé plus haut, le magicien electrique a subi quelques mutations. En effet le line-up est complètement remanié. 2 ans après la sortie de Let Us Pray, c’est le temps de voir partir le bassiste Tim Bagshaw ainsi que le batteur Mark Greening. On parle alors de split mais il n’en est rien est c’est le 28 juin 2004 que sort le cinquième album de The Electric Wizard (oui avec The c’est encore mieux qu’avant). Le groupe officie donc sous la forme d’un quatuor avec l’indéboulonnable leader chanteur/guitariste Jus Oborn et le bassiste Rob Al-Issa, accompagné par la guitariste Liz Buckingham (13, Sourvein) et de Justin Greaves (Teeth Of Lions Rules The Divine, Iron Monkey) à la batterie. Le groupe est signé sur Rise Above, label fondé par le chanteur de Cathedral, Lee Dorrian. Les présentations étant faites, il est temps d’attaquer les choses sérieuses.

Le début, fait de grincements et suivi d’un larsen affreux laisse présager la pire des scénarios. On sent déjà quelque chose de louche et d’assez 70’s. Louche, assurément. 70’s, loin de là. Dès le premier riff on est cloué au sol, une guitare impériale et gavée de plomb appuyée par une basse ronde et aussi grasse que ma chevelure après un concert de grindcore. La production est impeccable, tous les instruments sont parfaitement audibles. Changement de taille, ceux qui ont apprécié le chant sursaturé de Dopethrone vont être surpris, la voix est clair, désespérée et haineuse. Le chant est en décalage avec la puissance dégagée par la tribu des 4 sorciers anglais ce qui donne une aura impressionnante à chaque titre. Le premier titre suinte l’occultisme. Découpé en deux parties, une « invocation » et un « rituel », cette chanson sent la crasse, le marais visqueux entouré de têtes de boucs ricanants. Le morceau vous laisse ramper dans la vase, chaque coup de toms vous enfonçant un peu plus.

L’écoute au casque permet de savourer le travail de la seconde guitare, pas si audible que ça avec une écoute classique. Les grincements et autres effets hallucinogènes ou tout droit sortis du train fantôme sont réellement excellents et rendent les riffs encore plus noirs. Ça pour être noir, c’est noir. Pire que du pétrole, plus sale qu’un homme des cavernes, plus lourd qu’un 35 tonnes lancé à pleine vitesse, la musique de The Electric Wizard se ressent, et prend le temps de se déverser le long de vos conduits auditifs comme le plus infect des liquides visqueux. La machine à brouiller ne laisse que peu de répit, le temps d’un sample de vieux film (techniques souvent utilisées auparavant par la formation) et on enchaîne avec le titre éponyme. On sent l’influence du Cathedral époque Forest Of Equilibrium mais avec ce je ne sais quoi de plus malsain et suffocant (oui, oui, c’est possible). Le refrain est hypnotique, plaintif appuyé par cette guitare déversant ses notes grasses et poussiéreuses. Un break, comme si ce n’était pas déjà assez écrasant pour arriver sur une fin apocalyptique, anéantissant toute forme quelconque de sentiment de joie ou de plénitude (rien que ça). La fin grince, craque et laisse un épais nuage de poussière derrière elle.

Arrive une chanson magnifiquement sale (!!). « Flower Of Evil » porte très bien son nom, une fleur c’est beau, mais l’enfer, ça sent le souffre et c’est pas beau. C’est exactement ce qui se passe tout au long de ces presque 8 minutes. Le riff d’entrée, sursaturé, est majestueux et vous fait pénétrer dans ces fameux champs de fleurs du mal. C’est nauséabond, toujours aussi lourd et sale mais c’est une fois de plus très prenant. Une légère accélération pour déboucher sur un blast-beat foudroyant. Non je plaisante, le batteur se déchaîne, et martèle ses toms tandis que la guitare vous fracasse le crâne pour vois plonger dans le plus profond des comas. Jus Oborn est déchirant, son chant fait penser à une âme perdue sans vie. Bref, tout cet assemblage est d’une beauté hypnotique assez redoutable. On enchaîne sur un morceau quasi stoner, très rythmé. C’est le plus « rapide » de l’album et c’est une merveille pour peu que l’on soit sur son chopper, cheveux au vent sur la route 66. Sauf que la suite du morceau est nettement moins réjouissante. Tout n’est pas aussi « perfect » que ça le laissait présager (le point d’interrogation dans la chanson) et le morceau s’achève dans la dévastation et la tristesse, toujours aussi lourde et implacable. Suit « The Sun Has Turned To Black » véritable messe noire, monument de poussière, nauséabond, au rythme lancinant.

Mais tout ceci n’est rien comparé au grand final de We Live. Vous connaissiez déjà le quart d’heure américain, et bien The Electric Wizard a fait son quart d’heure de musique hallucinogène. Un immense pavé du nom de « Saturn’s Children ». L’intro est longue est progressive, les toms écrasants arrivent dans un crescendo très réussi et là c’est la fin. Une ambiance pouvant faire passer Incantation pour un groupe de nonnes en séminaire à Lourdes. Bien entendu c’est encore plus pachydermique mais la ressemblance est assez frappante. Le riff est plus hypnotique, le break (comme si il y avait encore besoin de freiner la machine) est M-O-N-U-M-E-N-T-A-L. Je me souviens encore de moi, suant à grosse goutte à l’arrière de la voiture et me demandant comment 4 personnes pouvaient faire une musique aussi envahissante et crasseuse (cette plante à drôle de feuille peut-être ?). La machine à brouiller les esprits repart toujours plus puissante, la lourdeur est hallucinante et hallucinogène, chaque note est comme un coup de masse entre les deux oreilles. Funèbre, macabre et divinement inspiré le final est redoutable, la seconde guitare se lamente, mâtiné de grincements et autres larsens le tout mené par un chant à coup sur sous une substance peu recommandable. Le morceau se finit, on a tout reçu en plein dans la tronche mais on a rien compris à ce qui nous arrivait. On ressort lessivé, anéanti. Il est temps de se ruer sur la première boite d’aspirine venue.

Même si l’effet n’est pas immédiat chez tout le monde, la musique de ce maléfique quatuor anglais n’est pas recommandée pour la joie de vivre. Je n’ai que rarement entendu une musique dégageant une telle aura. La désolation, la saleté, et tout ce qu’il y a de plus noir et de plus sombre sont incarnés dans ces 55 minutes de doom monstrueusement crasseux. C’est aussi agréable que d’avaler une tartine de goudron encore chaud, de nager dans une mare de gravier mais c’est exactement ça. Ce disque laisse une trace indélébile pour peu que l’on aime cette ambiance enfumée et hallucinogène, parfaitement décrite par la pochette. Si vous n’aimez pas le doom, passez votre chemin, les autres peuvent tenter une écoute, au risque de perdre leur âme au détour d’un riff écrasant. Je n’ose à peine imaginer ce que peut donner un disque tel que We Live dans un état second et je préfère ne pas y penser car cela fait déjà très mal. Un grand disque de l’année 2004. Un grand disque de doom. Un grand disque tout court.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Karamazov
10/11/2011 22:04
"Saturn's Children" est effectivement assez énorme.
gulo gulo citer
gulo gulo
13/02/2011 11:17
note: 9/10
le meilleur album, facile
DR.Jkl citer
DR.Jkl
16/05/2006 23:12
note: 8.5/10
Excellente chro pour un excellent album Sourire
Pour rester dans le pimpant, personne de motivé pour une chro d'EyeHateGod?
lkea citer
lkea
02/11/2005 0:19
note: 9.5/10
le morceau "we live" est excellent!
un futur achat!
master of puppets citer
master of puppets
26/10/2005 0:02
note: 8.5/10
Enorme album pour un groupe merveilleux !
En live c'est de la boulette également !

Gothenburg citer
Gothenburg
24/10/2005 23:06
ayé g lu t'as chro monfieur scum ^^ non le fameux "c'est koi ca" été une réaction due a l'écoute du mp3 ! c'est vraiment pas mal.
citer
Maniac
24/10/2005 22:16
Il me manque plus que celui là (enfin, à ma connaissance en tout cas...). On me l'a décrit comme plus "mélancolique" que les précédents, je suis pressé d'écouter ça.
_Taranis_ citer
_Taranis_
24/10/2005 22:04
Ouais enfin faut pas exagérer non plus, c'est pas non plus ultra sale et ultra malsain. D'ailleurs, la prod sur cet album est la meilleure qu'ils aient jamais eu.
Pour en revenir à ce We Live, c'est un énorme pavé de doom metal, c'est haineux, c'est poisseux, c'est grandiloquent, c'est Electric Wizard quoi : Du doom cosmique et cramé idéal pour haïr son prochain.

The Sun Has Turned To Black a un je-ne-sais-quoi de fin du monde particulièrement énorme.

Un superbe album, comme tout les Electric Wizard quoi.
dawatch citer
dawatch
24/10/2005 21:52
bien resumé scum, et bonne chro. bien imagée.
cet album est d'un malsain peu commun et créé vraiment une atmosphere etrange autour de son ecoute. un disque a ecouter 1h avant son suicide (si l'on tient les 55 minutes de l'album), qui n'en sera que plus joyeux alors. du bonheur, 9/10 pour moi
Scum citer
Scum
24/10/2005 19:33
note: 9.5/10
Dans les deux cas tu le sentiras passer Clin d'oeil
Krow citer
Krow
24/10/2005 19:23
Depuis le temps que j'entend parlé de ce groupe, je crois que ça va être le moment ou jamais de me pencher dessus (et non pas sur la savonette).
Scum citer
Scum
24/10/2005 18:50
note: 9.5/10
En voila un commentaire interessant et constructif. Tu sais l'assemblage de lettre au-dessus, ben tu peux le lire. Si tu sais lire bien sur.
Gothenburg citer
Gothenburg
24/10/2005 18:40
c koi ca

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Electric Wizard
Stoner/doooom hallucinogène
2004 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (15)  8.7/10
Webzines : (20)  7.91/10

plus d'infos sur
Electric Wizard
Electric Wizard
Psychedelic Doom / Rock - 1993 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Eko Eko Azarak (I. Invocation II. Ritual)
02.   We Live
03.   Flower Of Evil a.k.a. Malfiore
04.   Another Perfect Day?
05.   The Sun Has Turned To Black
06.   Saturn's Children

Durée totale : 55'41

line up
voir aussi
Electric Wizard
Electric Wizard
Come my fanatics....

1997 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Black Masses

2010 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Witchcult Today

2007 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Dopethrone

2000 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Time to Die

2014 - Spinefarm Records / Witchfinder Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique