chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
169 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mörk Gryning - Mörk Gryning

Chronique

Mörk Gryning Mörk Gryning
Peu de temps après la sortie de l’excellent et déroutant Pieces Of Primal Expressionism, Kimera, deuxième pilier de Mörk Gryning quittait le navire dans le plus grand chagrin des fans. Le 14 janvier 2005, une autre nouvelle tombait : Goth Gorgon n’était plus motivé pour faire du metal et annonçait le split de Mörk Gryning après 12 ans d’existence, laissant aux fans quatre titres prévus pour le prochain album. Nouveau coup de théâtre 7 mois plus tard (mince je suis perdu là), Goth Gorgon reforme le groupe (sans Kimera) et signe chez Black Lodge pour un ultime album (apparemment sous la pression des fans). Vous arrivez à suivre ? Rien que de prononcer Mörk Gryning, j’en ai la bosse au pantalon…Attendez vous donc à une chronique subjective d’un fan pur et dur (quoi prétentieux ?!). Après quatre albums sans fautes et de très haut niveau allant du pur dark metal en passant par un black/death symphonique et avant-gardiste, Mörk Gryning « is back » ! C’est donc avec la main tremblotante que j’appuie sur « play » pour le dernier opus des maîtres Suédois…

Avant toute chose, il est nécessaire d’examiner les titres disponibles sur Mörk Gryning. Au menu donc : 3 nouveaux titres (+ une introduction), 4 titres de leur demo posthume et une reprise d’At The Gates (« Neverwhere » de The Red In The Sky Is Ours) présente sur le très bon tribute Slaughterous Souls. Beaucoup s’inquiétait sur la qualité de Mörk Gryning sans le pilier Kimera mais avec cet album leurs inquiétudes vont vite tomber…En effet Goth Gorgon était le compositeur principal du groupe, pas de soucis à se faire donc, on a bien affaire à du Mörk Gryning. Cette fois le groupe retourne à ses origines et offre à son black/death moderne, une musique beaucoup plus directe avec les indénombrables leads aigus « made by Dark Dawn » si chers aux fans. Goth Gorgon chante désormais seul (il épaulait Kimera) mais son chant black n’a vraiment rien à envier à celui de son ami d’enfance et devrait enlever le miel régnant depuis plus de deux mois dans vos oreilles ! « Ingen Dyrkan » lancera les hostilités : batterie intense, moult vagues de riffs, voix criarde très écorchée et refrains aux leads à ne plus sortir de vos esgourdes. Avec ce premier titre à décoiffer mémé et à vous donner la larme à l’oeil, je confirme c’est bien du Mörk Gryning pur jus. L’érection retombera cependant assez vite car les deux prochains titres ne sont pas du tout du même calibre, des titres beaucoup moins fouillés, assez décousus, sans points d’accroches où seuls les breaks valent le détour…

La scission après « Into Oblivion » se veut plus que distincte, on sent les longs mois de décalage (+ de 6 mois tout de même) entre les deux périodes de composition. Comme tout bon fan, les quatre titres présents sur la demo (disponible gratuitement pendant quelque temps) ont été écoutés en boucle par mes grandes oreilles ; ceux repris sur ce nouvel album sont exactement les mêmes, seul le mixage change. Pas de surprise pour les fans : ces quatre titres restent du grand crû de Mörk Gryning. Pour vous chers lecteurs « The Aurora »: alternance de blasts, d’hurlements inhumains et de mélodies accrocheuses, vous mettra rapidement dans le bain suédois. Le style fusionnel entre l’époque Pieces Of Primal Expressionism et l’époque pré-Maëlstrom Chaos offre un rendu époustouflant, jonglant entre passages atmosphériques expérimentaux (aux nappes discrètes de claviers) au dark/black d’en temps (écoutez donc « Disguise My Parting », tout droit sorti de Tusen år har gått !) Seulement voilà, il manque un petit quelque chose pour arriver à l’orgasme des précédents albums, peut-être l’absence de Kimera….Comme dernier titre, çà touche le haut de gamme. On se rappelle que sur Return Fire, Mörk Gryning avait fait un hommage à Slayer avec la reprise de « Necrophiliac ». Sur cet album d’adieu, le plus bel hommage aux dieux At The Gates avec « Neverwhere ». Rarement les reprises surpassent ou égalent l’original, avec cette reprise Mörk Gryning incorpore son style et efface la production mollassonne et le chant approximatif de Tompa. Le résultat est bluffant au possible : une perle !

Le dernier album de Mörk Gryning se termine après un trip electro en fin de piste. On se retrouve au final avec un album bien trop uniforme avec des titres trop radicalement différents. La première partie de l’album, elle, se veut assez dispensable (malgré le bon mais pas non plus extraordinaire « Ingen Dyrkan ») et fait penser que cet album se veut plus un coup marketing pour Goth Gorgon (des problèmes d’argent ?) qu’un album d’adieux pour les fans…Un goût amer restera dans la bouche de l’auditeur car çà sent un peu le « foutage de gueule », du style « on balance notre demo et on compose vite fait trois titres pour combler tout çà »….Reste que les titres de l’ancienne demo sont tous très bons et ne pourront que faire pleurer les amateurs du groupe. La présence de Kimera aurait pu donner un album final digne des 12 années du groupe…C’est dommage. De par ces circonstances, ce dernier album ne peut que nous faire regretter Mörk Gryning et ajouter ses cendres au panthéon du metal suédois. Rest In Peace.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
21/11/2005 0:19
visiblement ils se sont pas foulés...c dommage de finir sur un album moyen, après un "Pieces of Primal Expressionism" aussi impressionnant...
Mitch citer
Mitch
20/11/2005 19:33
note: 7.5/10
Dans les bacs.
Discography done. RIP.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mörk Gryning
Dark/Black/Death moderne
2005 - Black Lodge Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (2)  5.5/10

plus d'infos sur
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Dark/Black/Death moderne - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   Lazarus Rising
02.   Ingen Dyrkan
03.   The Sun
04.   Into Oblivion
05.   The Aurora
06.   Pure
07.   All Discarded
08.   Disguise My Parting
09.   Neverwhere (reprise At The Gates)

line up
voir aussi
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Live At Kraken (Live)

2018 - Black Lodge Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Return Fire

1997 - No Fashion Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Tusen År Har Gått

1995 - No Fashion Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Pieces Of Primal Expressionism

2003 - No Fashion Records
  

Essayez aussi
The Crown
The Crown
Eternal Death

1997 - Black Sun Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Bloodhymns

2002 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  

Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique