chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Old Man's Child - In Defiance Of Existence

Chronique

Old Man's Child In Defiance Of Existence
Quand j’entendais toutes les critiques que l’on pouvait dire sur Old Man’s Child, on ne peut pas dire que ce groupe donne envie qu’on l’écoute (et l’écoute d’albums tels que Ill-natured corrobore ces critiques). Cependant je voulais me faire mon propre avis et c’est à la sortie de ce déjà cinquième album que je me penche sur le cas de la bande à Galder. Rien que l’écoute du premier titre m’incita à acheter l’album, chose que je suis loin de regretter après aujourd’hui une bonne grosse centaine d’écoute…

In Defience Of Existence est loin d’être un album original… mais le black metal symphonique « grand public » pratiqué ici est fait avec une tel maîtrise, une telle intensité un tel sens de la mélodie qu’on ne peux que s’incliner. On est ici stylistiquement assez proche de Dimmu Borgir période Puritanical Euphoric Misanthropia, en moins grandiose, tout de même. C’est Nicholas qui est derrière les fûts, inutile de préciser que ça tabasse bien comme il faut. Les guitares sont surtout là pour tenir la rythmique, parfois quelque lead et soli pour soutenir les mélodies de claviers. Le tout est très accrocheur, très efficace…

Les rythmiques varient beaucoup, allant des blasts aux rythmiques thrash en passant par le mid tempo. L’album est assez court, moins de 40 minutes, les structures sont très simple et à peu près les même sur tous les titres.

La plupart du temps très sombre et malsaine (Felonies Of The Chrisitan Art –putain de solo, Black Seeds On Virgin Soil, le morceau-titre), l’album sais également se gorger d’ambiances plus claires et aérienne, comme sur les deux monstres de Agony Of The Fallen Grace (quel refrain !...) et The Underworld Domain (précédé d’un interlude très folk et très sympa).

On a donc là un album pas révolutionnaire, mais peut-être le meilleur de la disco d’Old Man’s Child avec Revelation 666 ; In Defiance sais aussi bien se faire accrocheur et glauque que planant et super mélodique.

Au final In Defience Of Existance est un bon album, mais à reserver aux inconditionnels du black symphonique, à moins de l’acheter au bon moment et dans les bonnes circonstances.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Troll Traya citer
Troll Traya
05/04/2021 18:09
note: 8.5/10
J'ai toujours trouvé que ce disque avait une vrai personnalité, derrière cette façade de Dimmu Borgir du pauvre qu'on lui à toujours attribué. Pour tout dire, contrairement à bien des albums de Black Sympho, j'y retrouve une vrai vibe BM. Mais encore une fois, il s'agit juste d'une question de ressenti, et c'est donc subjectif.
NightSoul citer
NightSoul
20/04/2011 11:58
note: 8.5/10
Nick Barker est juste l'un des batteurs les plus talentueux, original et bourré de feeling que j'ai pu entendre en metal extrême avec Fotis Benardo ou encore Martin Lopez pour ne citer qu'eux.
Invité citer
Bob
20/04/2011 11:35
D'accord avec Chris, album purement studio qui est un peu trop propre pour être très intéressant. Perso je trouve la voix absolument insupportable. Les mélodies sont pas mal mais pas très accrocheuses non plus. OMC est plutôt un truc expérimental, un petit plaisir de Galder, mais ça ne va pas plus loin, ça reste très très face (mais c'est le cas pour tous les albums, pas celui-ci en particulier).

MAIS (il y a un mais, et de taille), on a droit à Barker à la batterie, et alors là les enfants, ça justifie l'écoute de l'album, et la ré-écoute, et la ré-ré-écoute. A l'aise à tous les tempos, il nous balance des innovations musicales à chaque seconde, et arrive à faire de la brutalité quelque chose de musicalement génial, ce qui est loin d'être évident pour la majorité des machines à cogner du métal "extrême", qui travaillent la musculation + que leur jeu. Il suffit d'écouter l'intro de "Black seeds on virgin soil" pour se prendre une bonne grosse claque dans la tête : le jeu de cymbales est juste incroyable, impossible à retranscrire, allié à quelques passages de toms et de double dosés à la perfection... et c'est comme ça tout le long du CD.


Donc OMC est un "groupe" inutile, secondaire, mais cet album en particulier se démarque des autres grâce aux parties de batterie magistrales, à écouter avec un bon casque et beaucoup d'humilité !
Chri$ citer
Chri$
30/12/2005 22:08
du black super aseptisé, sans vraiment d'émotions trouve-je... pour les fans en manque de Dimmu Borgir, sinon passez votre chemin!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Old Man's Child
Black symphonique
2003 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (10)  6.99/10

plus d'infos sur
Old Man's Child
Old Man's Child
Black new age - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Felonies Of The Christian Art
02.   Agony Of Fallen Grace
03.   Black Seeds On Virgin Soil
04.   In Defiance Of Existance
05.   Sacrifice Of Vengeance
06.   The Soul Receiver
07.   In Quest Of Enigmatic Dreams
08.   The Underworld Domain
09.   Live Deprived

line up
voir aussi
Old Man's Child
Old Man's Child
Vermin

2005 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Abstrusa Unde
Abstrusa Unde
Introspection

2011 - Autoproduction
  
Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Enthrone Darkness Triumphant

1997 - Nuclear Blast Records
  
Gehenna
Gehenna
Seen Through The Veils Of Darkness
(The Second Spell)

1995 - Cacophonous Records
  
Astaroth
Astaroth
Organic Perpetual Hatework

2005 - CCP Records
  
Anorexia Nervosa
Anorexia Nervosa
New Obscurantis Order

2001 - Osmose Productions
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast