chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Forgotten Tomb - Springtime Depression

Chronique

Forgotten Tomb Springtime Depression
Formé en 1999 en Italie autour de la personne de Herr Morbid, Fogotten Tomb livre un dark/black des plus dépressif et suicidaire. Après avoir sorti en 2000 « Songs To Leave », un album qui dès sa sortie a fait figure de référence en matière de black suicidaire, Herr morbid, seul aux manettes du groupe, reviens avec ce nouvel album.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est tout de même un putain de disque pour peu qu’on aime ce style ! Springtime Depression est une ode entière au suicide et à l’autodestruction! Les textes sont tres sombres et on sent rien qu’a les lire que Herr Morbid ne vise qu’une chose : nous foutre en dépression (bon d’accord, on comprend pas trop ce qu’il raconte dans les chansons, mais le livret ça sert un peu à ça).

L’album commence ainsi sur Todestrieb, morceau trèèèès lent qui montre toute la noirceur de la musique de Forgotten Tomb. On a toutefois la surprise de voir débarquer une magnifique partie en arpèges au milieu du morceau, ce qui donne une profondeur insoupçonnée à la chanson et accentue encore plus la mélancolie qui s’en dégage. L’album contient tout de même des chansons bien baston, c’est tout de même du black quand même. On peut d’ailleurs noter que c’est Wedebrand, ex-Shinning (la aussi référence en ce qui concerne le black froid et malsain) qui frappe toujours juste donnant un tempo soit ultra lent, soit des blasts très rapides, mais sa frappe donne quoi qu’il arrive une touche sombre bien sentie. La surprise vient aussi du morceau titre, qui est en fait un morceau acoustique superbement mélancolique et qui est d’ailleurs peut être le morceau le plus triste du disque, la présence seule des guitares donnant des frissons dans tous le corps, ce morceau de près de 5 minutes est peut être le point culminant de l’album tant la dépression et la mélancolie y sont amplifiés de par l’absence de chant ou de batterie.

La deuxième chanson, Scars commence elle relativement mid-tempo pour s’accélérer dans les refrains faisant une montée en puissance qui prend littéralement à la gorge. Tout l’album est d’ailleurs construits en majorité sur des chansons mid-tempo , mais même sur une chanson comme Daylight Obsession qui doit être la plus rapide du disque, cette atmosphère lugubre et morbide reste. La durée des chansons avoisine en moyenne les 8 minutes pour chaque chansons si on excepte le morceau titre, ce qui permet à Herr Morbid d’étaler toute la noirceur de son âme, cela permet aussi à l’auditeur de se plonger dans la musique pour sombrer plus facilement dans la dépression, ce qui est le but premier de la musique de Forgotten Tomb évidemment.

On pourrait aussi parler de la production du disque. Sachez qu’il a tout de même été enregistré au Studios Abyss en Suède par Tommy Tägtgren (Le frère de Peter d'Hypocrisy). On peut ainsi remarquer que le disque est doté d’un son excellent, ultra carré et qui sonne foutrement bien. Mais même si la prod est très bonne, le son reste quand même assez raw, à savoir qu’il a cette touche crade, effrayante et sombre si chère au true black. Comme quoi on peut enregistrer dans un bon studio et avoir un super son et en même temps garder le son bien necro… pas besoin d’enregistrer dans sa cave avec un dictaphone.

Ce Springtime Depression est donc une très bonne surprise, c’est un bon album alliant black, dark et doom qui, même si Songs To Leave est certes meilleur, garde toutefois un attrait suffisant pour que l’on s’y penche plus en profondeur… pour un peu que l’on soit friand de cette musique qui est tout de même un genre à part (le black suicidaire) dans un genre lui aussi à part (le black metal).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Holy citer
Holy
15/10/2004
depuis quelques jours, j'écoute le Springtime Depression tous les soirs avant de m'endormir et je dois dire que la seule piece qui retienne completement mon attention est Scars. pour le reste c'est sans plus...

Aussi je regrette que Herr Morbid ai décidé d'adopter un chant black plus typique(à la DT), j'aimais beaucoup plus son chant limite hystérique que l'on pouvait entendre sur STL (et à quelques reprises sur le dernier, LBG)

un album qu'il fait bon d'écouter de temps en temps, mais loin d'être le meilleur du groupe, c'est certain!
Holy citer
Holy
12/10/2004
je n'avais pas lu cette nouvelle version de ta chronique avant que je poste celle de STL et je m'aperçoit qu'on utilise les même qualificatifs en ce qui à trait à la musique de Forgotten Tomb! je vois donc qu,on est d'accord sur bien des point! Sourire

aller, après le Songs To Leave je me repasse le Springtime Depression pour voir.
Jayraw citer
Jayraw
06/10/2004
note: 7/10
J'ai legerement modifié la chronique si jamais ça vous interesse.
elle est... un peu moins homo dirons nous en etant unpoliticaly correct hahaha.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Forgotten Tomb
Dark/Black dépressif
2003 - Adipocere Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (8)  8.31/10
Webzines : (18)  7.74/10

plus d'infos sur
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Black / doom - 1999 - Italie
  

tracklist
01.   Todstrieb
02.   Scars
03.   Daylight Obsession
04.   Springtime Depression
05.   Colourless Despondency
06.   Subway Apathy

line up
voir aussi
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Love's Burial Ground

2004 - Adipocere Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
...And Don't Deliver Us From Evil

2012 - Agonia Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Obscura Arcana Mortis (MCD)

2000 - Treblinka Productions
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing

2017 - Agonia Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Songs To Leave

2002 - Selbstmord Services
  

Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique
Posthumous Regurgitation
Glorification Of Medical Ma...
Lire la chronique
Halphas
The Infernal Path into Obli...
Lire la chronique
Kickback
Forever War
Lire la chronique
Rivers Like Veins
Z iskier srebrnych orszaków
Lire la chronique