chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Porcupine Tree - Deadwing

Chronique

Porcupine Tree Deadwing
Comme beaucoup de metalleux je suppose, j'ai connu Porcupine Tree par l'intermédiaire d'Opeth, vous savez le petit groupe d'émo suédois qui fait des chansons longues. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Porcupine Tree est le groupe de Steven Wilson, homme de musique assurément qui en plus de ses fonctions d'auteur, de compositeur et d'interprète, s'adonne à la production comme ce fut le cas pour les fameux "Blackwater Park" et "Deliverance/Damnation" d'Opeth. Toutefois, rien à voir ici avec le death progressif des suédois puisque nos anglais évoluent dans un style plus tourné vers le rock progressif dont "Deadwing" représente le dixième opus (et oui déjà). En temps normal, ça n'est pas forcément le genre de musique que j'écoute ; ce sont finalement les diverses chroniques élogieuses lues ici et là, et le fait qu'il s'agisse de leur album le plus influencé par la musique d'Opeth qui m'a décidé à franchir le cap.

Après avoir été plutôt séduit par les extraits disponibles sur leur site, je ne vous cache pas avoir été finalement assez déçu au premier abord, notamment par un bon nombre de titres que je trouvais assez moyens. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, "Deadwing" est bien plus riche qu'il n'y parait. On croit avoir tout saisi en quelques écoutes et il arrive encore à vous surprendre des dizaines plus tard. C'est d'ailleurs après un bon nombre d'écoutes que j'ai commencé à réellement l'apprécier dans sa globalité.

Musicalement, on pourrait voir le style Porcupine Tree 2005 comme une sorte de rock progressif influencé par les groupes des années 70, avec toutefois une touche très actuelle. D'un côté, l'utilisation des claviers, les lignes de chant, le croisement des voix, les leads et la manière d'amener les compositions rappellent les pionniers du genre, avec notamment un Steven Wilson éblouissant par la qualité de sa prestation vocale. D'un autre côté, l'intégration de passages plus "extrêmes" et le son, notamment celui des guitares sur les passages plus violents, sonnent très actuels. Le mélange est surprenant mais non moins intéressant et surtout envoûtant... Car là est son intérêt bien évidemment. Même si je suis convaincu qu'il aurait pu être encore mieux, on reste sans voix devant la puissance, le feeling et la richesse de titres comme "Deadwing", "Arriving Somewhere (but not here)" ou "Start Of Something Beautiful". On frise parfois la perfection tant l'harmonie, la justesse qui émanent de certains passages vous prennent aux tripes et vous emportent. Reste selon moi quelques morceaux un peu en deçà des capacités du groupes comme "Halo" ou "Mellotron Scratch", pas mauvais mais guère transcendants.

Pour pousser la comparaison Opeth/Porcupine Tree un peu plus loin encore, on pourrait dire que Steven Wilson c'est un peu le Mikael Akerfeldt de Porcupine Tree dans le sens où il compose tout (ou presque), aussi bien les paroles que la musique. Son pote Mikael est d'ailleurs venu prêter sa voix sur 3 titres ("Deadwing", "Lazarus" et "Arriving Somewhere (but not here)"). Même si la musique de ces deux groupes sont assez différentes, c'est en découvrant le travail de chacun d'eux qu'on se rend compte ce qu'ils se sont mutuellement apportés. En ce qui concerne "Deadwing", c'est surtout sur les parties saturées que l'on ressent la présence d'Opeth, cette manière bien à eux de trouver des riffs simples et entraînants, aux tonalités très particulières.

J'en conviens, "Deadwing" n'est pas le genre d'albums à être chroniqué sur Thrashocore mais il aurait été dommage de ne pas évoquer ce groupe qui ne s'adresse vraiment pas qu'à un public de non metalleux. Entamant la discographie des anglais au dernier stade de son évolution, je serais bien incapable de le comparer au fameux "In Absentia". Je peux simplement vous dire que celui-ci est reposant, beau, touchant et qu'il s'écoute sans modération.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

choochoo citer
choochoo
20/02/2021 23:54
note: 9.5/10
Porcupine tree montre un songwritting plus abouti et clivant sur celui-ci. une maitrise du propos plus intimiste aussi. un gros travail sur le duo bass/batterie qui fait écho à beaucoup de groupe provenant de la scène prog ayant négocié le virage plus "accessible ".
un grand album
Northern Wolf citer
Northern Wolf
09/06/2009 23:11
note: 9/10
Grandiose ! Magnifique album de progressif, très riche et varié. Pas celui que je préfère du groupe, mais j'ai débuté avec celui-ci et il me laisse un belle surprise et un énorme souvenir. Ne passez pas à côté de cet merveille.
Arn0ld citer
Arn0ld
24/08/2007 15:47
note: 9/10
Dead a écrit : Krow a écrit : Et, je demande ton avis, ne trouves tu pas que le riff de Open Car est à placé directement dans ce que pourrait composer Tom Morello ?

Bin je n'ai pas fait le rapprochement. Faudra que je la réécoute...


Ah, j'y ai pensé aussi ! C'est clair qu'on dirait un riff de Rage Against The Machine.

Très bon album au passage, mais j'accroche moins qu'à In abstentia pour l'instant...
Seb57 citer
Seb57
20/08/2007 17:06
note: 8.5/10
C'est avec cet album que j'ai decouvert Porcupine malgré qu'un pote fan arretait pas de me parler d'eux.
Franchement, j'ai mis un peu de temps à apprecier l'album mais au final, ces gars la proposent un rock metallisé plutot convaincant et tres progressif, j'ai apprecié aussi la participation de Mick Akerfeldt sur cet album vu que je suis fan d'Opeth.
En tout belle decouverte avec ce groupe.
(et dire qu'il y a encore plein d'albums geniaux avant celui ci ...)
C4rmo citer
C4rmo
24/01/2006 7:22
note: 9/10
Album enorme. Point.
Dead citer
Dead
18/01/2006 8:39
note: 8/10
Krow a écrit : Et, je demande ton avis, ne trouves tu pas que le riff de Open Car est à placé directement dans ce que pourrait composer Tom Morello ?

Bin je n'ai pas fait le rapprochement. Faudra que je la réécoute...
Krow citer
Krow
17/01/2006 18:45
Très bon album, qui demande un certain temps d'adaptation.

Mellotron Scratch est certes à un niveau moindre du reste, mais le passage vers la fin où Steven chante de sa voix la plus fragile est vraiment magnifique. Et, je demande ton avis, ne trouves tu pas que le riff de Open Car est à placé directement dans ce que pourrait composer Tom Morello ?
citer
meshujira (invité)
17/01/2006 11:34
Dans le même genre que PT il y a les excellents Riverside, 2 albums et 1 ep de grande qualité à leur actif. "Deadwing" est un bien bel album.
Dead citer
Dead
17/01/2006 8:55
note: 8/10
Un player est dispo sur leur site pour découvrir des extraits de l'album Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Porcupine Tree
Rock progressif
2005 - Lava Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (15)  8.77/10
Webzines : (23)  8.56/10

plus d'infos sur
Porcupine Tree
Porcupine Tree
Rock/metal progressif - 1987 † 2010 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Deadwing
02.   Shallow
03.   Lazarus
04.   Halo
05.   Arriving Somewhere (but not here)
06.   Mellotron Scratch
07.   Open Car
08.   Start Of Something Beautiful
09.   Glass Arm Shattering

Durée totale : 59:40

line up
voir aussi
Porcupine Tree
Porcupine Tree
In Absentia

2002 - Lava Records
  
Porcupine Tree
Porcupine Tree
The Incident

2009 - Roadrunner Records
  
Porcupine Tree
Porcupine Tree
Fear Of A Blank Planet

2007 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Amartia
Amartia
Delicately

2009 - Gofannon Records
  
Antimatter
Antimatter
Welcome to the Machine / Too Late (EP)

2016 - Music in Stone
  
Riverside
Riverside
Second Life Syndrome

2005 - InsideOut Music
  
The Neal Morse Band
The Neal Morse Band
The Grand Experiment

2015 - InsideOut Music
  
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
A Year With No Summer

2016 - Season Of Mist
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique