chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrophobic - The Nocturnal Silence

Chronique

Necrophobic The Nocturnal Silence
Formé à Stockholm en 1989 par le guitariste David Parland (qui formera Dark Funeral quatre ans plus tard sous le nom de Blackmoon) et le batteur Joakim Sterner, Necrophobic officiait dans un death metal mixture de Carcass, Morbid Angel et Napalm Death. Après deux demos et un EP The Call (1992), le groupe recrute un nouveau chanteur en la personne d’Anders Strokirk et signe très rapidement avec le label suédois Black Mark (bien connu des fans d’Edge Of Sanity ou de Bathory) pour enregistrer leur premier album. Vous me direz à quoi bon chroniquer une vieillerie pareille avec un artwork à classer parmi les plus hideux de tous les temps ? Sachez que lors de sa sortie, The Nocturnal Silence bien que très peu connu du public metalleux, avait fait l’effet d’une petite bombe, encensé par de nombreuses critiques élogieuses. Fini le death metal pur souche des débuts, la musique bien que très influencée death pioche désormais dans un black metal glacial faisant beaucoup penser à leurs grands camarades de Dissection.

Pas de réels temps morts sur The Nocturnal Silence, préparez bien la crème de massage pour le cou et prévenez vos voisins que vous risquez de mettre le volume assez fort. Entièrement composé par David Parland, cet album se veut clairement synonyme de caverne d’Ali Baba pour metalleux en manque de riffs tueurs ! Emmené par une excellente rythmique très death metal, la musique de Necrophobic ne cesse de jongler entre riffs death metal suédois (Dismember), death metal ricain (Morbid Angel), riffs thrash (Slayer), riffs black et lead dark metal purement typé Dissection. Ce qui se veut vraiment étonnant, c’est cette facilité à nous balancer des riffs de moults styles dans les esgourdes et çà sans tomber dans de la bouillie sonore. Dans toutes ces vagues de riffs, certains sont clairement à classer au panthéon des riffs metal, impossible de ne pas se repasser ce passage headbanguant à se casser la nuque ou ce petit riff (ou lead) entêtant qui ne pourra plus quitter vos cages à miel. Chaque titre à le droit à son solo des plus magnifiques généralement placé en milieu de piste et très vite suivi par un passage jouissif au possible !

L’autre force de The Nocturnal Silence c’est bien cette ambiance occulte et glaciale extrêmement bien rendue. La faute d’une part à des vers diaboliques crachés par Anders Strokirk, le bonhomme utilisant un chant death éraillé lorgnant vers des cris black. L’autre cause c’est la présence discrète d’un clavier appuyant merveilleusement ces passages sombres, ces derniers lancés par des riffs black ou des breaks monumentaux du maître David Parland. Absolument rien à jeter sur cet album malgré tout de même sur la fin des passages qui tendent à s’essouffler mais qui sont très vites rattrapés par ce solo ou ce riff fatal. Ainsi c’est avec la plus grande délectation qu’on écoutera on boucle des titres tels que « Awakening... », « Before The Dawn » (assurément le meilleur titre de l’album), « Unholy Prophecies » (mon dieu quelle intro !), « The Nocturnal Silence »…Impossible de faire une sélection de titres car tous possèdent ce petit quelque chose qui les démarque un à un. Pour faire la mauvaise langue, on aurait préféré le bassiste Tobias Sidegård au chant (qui remplacera Anders sur le prochain album), le gaillard possédant un chant particulier très accrocheur.

Désormais réédité par Hammerheart Records, The Nocturnal Silence voit son son prendre un énorme coup de fouet, gommant toutes les rides (un peu comme Cher ou Sheila : "A Spaceeeer"...) que pouvaient avoir cet album : pas de coup de vieux donc pour ce premier album de Necrophobic ! Que ce soient les aficionados du death metal ou du black, chacun devrait être aux anges car la balance entre les deux styles est parfaitement équilibrée. Si il vous manque un album de black/death dans votre discographie c’est bien celui-ci : une de ces perles du début des années 90, tout simplement.

DOSSIERS LIES

Black/Death Suédois : les indispensables
Black/Death Suédois : les indispensables
Juillet 2007
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
02/04/2009 17:44
note: 7.5/10
j'ai un peu de mal avec celui-là
Pas très mélodique, riff black bien true, assez répétitif...
Je vis insister mais les 3 derniers sont grave meilleurs à mon goût.
cglaume citer
cglaume
10/03/2007 01:03
note: 9/10
Argh, toute ma jeunesse evil ! Sourire
Mitch citer
Mitch
19/04/2006 23:14
note: 9/10
Krow a écrit : Paye ta pochette.

Paye ton skeud plutôt! m/
Krow citer
Krow
19/04/2006 22:16
Paye ta pochette.
citer
Invité surprise (invité)
06/02/2006 13:26
Très bonne découverte, je suis fan, faut continuer a chroniquer ce genre d'album pas forcément connu au lieu des dernières sorties "metalcore" ou "death melo" chroniquées partout ailleurs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrophobic
Black/Death
1993 - Hammerheart Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  8/10
Webzines : (6)  8.01/10

plus d'infos sur
Necrophobic
Necrophobic
Black/Death - 1989 - Suède
  

tracklist
01.   Awakening…
02.   Before The Dawn
03.   Unholy Prophecies
04.   The Nocturnal Silence
05.   Inborn Evil
06.   The Ancients Gate
07.   Sacrificial Rites
08.   Father Of Creation
09.   Where Sinners Burn

line up
parution
2 Août 1993

voir aussi
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Bloodhymns

2002 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Death To All

2009 - Regain Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Womb Of Lilithu

2013 - Season Of Mist
  
Necrophobic
Necrophobic
Darkside

1997 - Hammerheart Records
  

Essayez aussi
Kosmokrator
Kosmokrator
Through Ruin... Behold

2019 - Ván Records
  
Combustion Spontanée
Combustion Spontanée
Horraura

2006 - Autoproduction
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  
Wintersun
Wintersun
Wintersun

2004 - Nuclear Blast Records
  
Demonomancy
Demonomancy
Throne Of Demonic Proselytism

2013 - Nuclear War Now! Productions
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique