chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Benighted - Identisick

Chronique

Benighted Identisick
S'il y a un album qui était très attendu sur la scène brutale française c'était bien celui-ci. Il y a 3 ans, Benighted mettait la scène extrême à genoux avec « Insane Cephalic Production », son 3ème album, une perle de brutalité maitrisée. Avec cet album Benighted amorçait alors un changement de style, délaissant quelque peu son côté black (cf « Psychose ») pour accentuer le trait death et surtout injecter une bonne dose de groove à leur musique. Il en résultait un album d'une puissance assez phénoménale, une musique brutale mais jamais ennuyeuse. Grâce à cet « I.C.P.», Benighted s'est définitivement fait un nom pour tous les amateurs de sensations musicales fortes!
Voilà pourquoi cet « Identisick » était tant attendu! Et on imagine la pression qui peut peser sur les épaules d'un groupe au moment d'accoucher du successeur de L'album qui leur a ouvert les portes de la reconnaissance. Et les pauvres auditeurs que nous sommes de stresser en attendant le-dit album, ayant en tête les nombreux groupes s'étant cassé la gueule au moment où l'on attendait le plus d'eux ! (je ne citerai aucun nom…). J'ai moi-même été contraint d'augmenter ma consommation quotidienne de bières pour compenser la perte de ventre que le stress et l'anorexie engendrés par l'attente de cet album avaient provoqué chez moi.

Trêve de galéjades voyons donc ce que ce nouvel opus a dans le ventre!
Tout d'abord, pour avoir une vision d'ensemble, disons qu'il continue fidèlement sur la lancée d' « I.C.P. ». Les fans de ce dernier ne devraient donc pas être trop décontenancés. Les influences black ont ici quasiment disparu (sauf peut-être ce passage de 2'00 à 2'10 sur « Identisick » ou quelques légers relents sur « The twins ») et Julien n'utilise plus ce côté de sa voix. Pour ce qui est de la production il n'y a vraiment rien à redire tant elle frôle la perfection : le son des guitares est énorme, la batterie parfaitement mixée (avec une double pédale peut-être un peu plus en retrait que sur « I.C.P. »), une basse bien présente…bref tout est réuni pour servir la puissance des compos du groupe. Une prod puissante, lourde et tranchante comme un scalpel! Le tout ayant été enregistré aux studios Kohlekeller en Allemagne.

L'album démarre en trombe avec la géniale « Nemesis » et dès les premières secondes on est plongé dans l'ambiance : gros blast, grosse voix… et ces riffs purement jouissifs et groovy comme c'est pas permis! Même ma grand-mère headbanguerait là-dessus!… Je dois avouer que l'entame de cet album est vraiment vraiment parfaite ; et par entame j'entends les 3 premiers morceaux qui ne souffrent d'aucun défaut. Tous regorgent de blasts à foison, de riffs thrashisants excellents (sur « Nemesis » à 1'00 puis 2'38 ; sur « Collapse » à 1'04 et 2'50) et de mosh parts redoutables (sur « Nemesis » à 1'54 ; sur « Collapse » de 0'53 à 1'15…), bref je ne vais pas non plus disséquer toutes les chansons il y aurait bien trop de boulot! « Identisick » enchaîne avec son début très thrashy et son petit solo tout à fait sympatrique (première chanson où Julien chante en français). Un titre à l'image de l'album : bourré de changements de rythme et de riffs, avec ces vocaux impeccables (et même quelques sing alongs sur la fin…) qui donnent immanquablement envie d'onduler son petit corps musclé.
Attention, je ne mets pas ces 3 morceaux à part parce qu'ils seraient les meilleurs de l'album mais tout simplement parce que ce sont eux qui nous introduisent à ce nouvel album et il est vrai que j'ai été assez scotché! Pour autant le reste de l'album n'en est pas moins bon.
« Sex addicted » poursuit l'aventure avec un invité de marque en la personne de Leif de Dew Scented, nous offrant un duo vocal convaincant, et on aura même le droit à un petit break…flamenco! « Mourning affliction » m'obligera une fois de plus à utiliser les termes « groove » et « mosh » dans cette chronique (ce passage à 2'27 qui est purement fait pour briser le plus de cervicales possibles) et à souligner l'énorme grunt de fin ; tandis que « The twins » nous offrira quelques relents un peu blackisants mais rien à voir avec ce que le groupe faisait il y a quelques années. S'ensuivent « Ransack the soul » (quelle voix au début!), « Blind to the world » et son petit solo bien senti, « Spiritual manslaughter » (2ème titre chanté en français) et « Iscarioth » qui clôt l'album en beauté avec ses gimmicks de guitare excellents sur le refrain, une chanson qui amène un peu de mélodie dans ce monde de brutes (attention c'est pas du suédois non plus… ;-) ).
Mais Benighted s'est rappelé à ce bon vieil adage « Quand y'en a plus y'en a encore! » en nous proposant gentiment une magnifique reprise des maîtres Napalm death avec « Suffer the children » (un des grands classiques des anglais, issu de mon album fétiche « Harmony corruption ») avec leur compatriote Kris de Kronos en invité. Autant vous dire que cette reprise botte le cul mes amis!

Le groupe a vraiment travaillé ses compos pour éviter toute lassitude de l'auditeur, et c'est réussi! Les chansons sont bourrées de riffs différents, de changements de rythme incessants passant par toutes les formes imaginables. C'est cela qui donne son côté si « groovy » à la musique de Benighted. Jamais une chanson ne se résume à un blast de 3 minutes ou à une accumulation de blasts. Les titres sont variés, aérés et l'on ne sait jamais ce qui peut se cacher au détour d'un refrain…un blast? Une mosh part? un plan bien thrash?
Chapeau bas également au hurleur en chef Julien Truchan qui martyrise ses cordes vocales comme un aliéné, assurant des voix ultra gutturales sans pour autant donner dans le porcinet enragé (une sorte de mix entre Beheaded et Prostitute Disfigurement), des voix criées tout aussi efficaces et surtout mariant les deux à merveille. N'oublions pas Fred Fayolle qui livre une vraie démonstration de martelage de fûts en bonne et dûe forme qui est pour beaucoup dans ce groove énorme qui ressort de l'album.

Pour les paroles, Benighted erre toujours dans les couloirs de cet hôpital psychiatrique où les tourments de l'âme humaine sont mis à nus (recherche de son identité, personnalité multiple etc…). Ce qui n'empêche pas d'égratigner nos sociétés modernes à travers la religion (« Spiritual manslaughter ») ou les progrès scientifiques à outrance (« Blind to the world »).

Ajoutez à cela un artwork très travaillé et soigné, vous obtenez un album auquel on ne peut objectiver que très peu de défauts…ben oui, lesquels d'ailleurs?




N.B. : le tout est agrémenté pour les premiers servis d'un DVD regroupant un clip de la chanson « Nemesis » extrait des sessions d'enregistrement et des extraits live de Mâcon et du Killer Fest (où l'on peut entendre « Spiritual manslaughter » extrait de ce nouvel album ainsi qu'un « Suffer the children » en duo avec Svencho et qui se termine avec la moitié de la salle sur scène en un beau bordel de chevelus!). On peut alors se rendre compte de la furie qui se dégage d'un concert de Benighted (même si le son est parfois un peu fouilli).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

DR.Jkl citer
DR.Jkl
09/06/2010 21:57
note: 8/10
Réécouté récemment, ça le fait toujours autant, Sex-Addicted en tête.
Keyser citer
Keyser
08/04/2006 13:10
note: 8/10
Un album vraiment excellent. Y'a tout dedans: la brutalité, l'inspiration, le groove, la prod qui pète, et aussi et surtout une approche artistique sans barrière: et hop que je te pose un break dansant acoustique, et hop que je te sors un riff death mélo...la voix aussi est excellente, bien variée, le chant porcin rajoute encore plus de groove à la zic. Bref une grosse claque!
Chri$ citer
Chri$
19/02/2006 10:50
note: 9/10
le seul regret que je pourrais avoir sur cet album concerne le son de caisse claire, qui est moins "claquant" que sur ICP...sinon c encore un album magristral, comme tu le dis les 3 premiers titres sont absolument parfait, et ensuite y'a tjs un riff, une mosh part, une ligne vocale guturale (j'adore les growls de Julien, vraiment un chanteur d'exception) qui marque à chaque fois..je le met au meme niveau que le Decapitated, ds un style un peu différent certes, mais un autre prétendant pr le bilan 2006!
Backstaber citer
Backstaber
06/02/2006 19:29
Wai pareil !
Keyser citer
Keyser
06/02/2006 12:20
note: 8/10
Bien envie de me l'acheter celui-là!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Benighted
Brutal death groovy
2006 - Adipocere Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (25)  8.52/10
Webzines : (22)  8.05/10

plus d'infos sur
Benighted
Benighted
Brutal Death - 1998 - France
  

vidéos
Nemesis
Nemesis
Benighted

Extrait de "Identisick"
  

tracklist
01.   Nemesis
02.   Collapse
03.   Identisick
04.   Sex-addicted
05.   Mourning Affliction
06.   The Twins
07.   Ransack The Soul
08.   Blind To The World
09.   Spiritual Manslaughter
10.   Iscarioth
Bonus track : Suffer The Children (cover Napalm Death)

line up
voir aussi
Benighted
Benighted
ICP
(Insane Cephalic Production)

2004 - Adipocere Records
  
Benighted
Benighted
Dogs Always Bite Harder than Their Master (EP)

2018 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Necrobreed

2017 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Carnivore Sublime

2014 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Brutalive the Sick (Live)

2015 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Mucopus
Mucopus
Mulch?!?

2005 - Amputated Vein Records
  
Resection
Resection
Zenith

2006 - Unmatched Brutality
  

Album de l'année
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique