chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dagoba - What Hell Is About

Chronique

Dagoba What Hell Is About
Dagoba avait mis pas mal de monde dans sa poche à la sortie de son 1er album éponyme il y a 3 ans. Forts d'une signature avec le label Season of Mist et d'une collaboration avec LE producteur en vogue, Tue Madsen, les Marseillais reviennent cette année avec un What Hell Is About ambitieux.

Le Danois est donc passé par là et ça s'entend. Le son vous colle au mur dès les 1ères secondes du brutal mini title-track d'ouverture. Les gros riffs saccadés à la double prennent alors tout leur sens. Mais à force de produire tout le monde, Madsen standardise les groupes, qui finissent par sonner tous pareil. Alors oui la prod est énorme mais à un tel point que ça en devient surproduit, je préférais celle du 1er album, plus froide, plus sincère.

Musicalement parlant, Dagoba a suivi une évolution logique: les compos, toujours dans une veine power métal in-your-face (Machine Head, Fear Factory et Pantera restent les grosses influences du combo méditérranéen), sont plus travaillées et plus techniques. Tout le monde a progressé, notamment le guitariste Izakar, dont l'utilisation plus fréquente d'harmoniques artificielles (sifflantes) donnent davantage de valeur à ses riffs. Shawter, lui, a gagné en puissance vocale et en assurance, n'hésitant pas à chanter plus souvent en voix claire tout en gardant une certaine aggressivité, comme sait si bien le faire Robb Flynn (Machine Head). En résultent d'excellents refrains comme sur "Cancer", "Livin' Dead" ou "The White Guy (Suicide)". Franky s'en donne aussi à coeur joie, surtout au niveau de la double, principale arme de Dagoba. Il n'y a finalement que Werther le bassiste qui reste dans l'ombre.

La base des titres restent ces gros riffs saccadés appuyés par une double pédale dévastatrice. Mais Dagoba sait accélérer le tempo et quand il le fait, croyez-moi qu'il ne fait pas semblant. Brutalité et efficacité sont alors les maîtres mots. Seulement les Français ont aussi choisi de donner une certaine ambiance à leurs morceaux, par l'incorporation beaucoup plus importante que sur Dagoba de samples en tout genres et de passages atmosphériques/symphoniques aux claviers. On a aussi le droit à 2 interludes, l'une ("The Things Apart") peu utile, sombre avec un brouhaha de voix samplées, l'autre ("042104") jouée en acoustique, déjà plus intéressante. Alors c'est bien de vouloir créer une ambiance mais là c'est tellement bourré d'effets que ça en devient gavant. Je trouve en plus que l'ambiance sinistre qu'a voulu donner Dagoba à son album ne fonctionne pas, on ne rentre pas dedans. L'impact, l'efficacité des titres s'en trouve tronqué et c'est bien dommage. J'avoue que je n'aime pas les claviers donc ça n'aide pas à apprécier mais quand même!

Afin de prendre son envol sur le plan international, Dagoba a également eu l'idée, en plus d'embaucher Madsen, d'inviter une célébrité: Simen Hestnæs (aka Vortex), la voix claire de Dimmu Borgir et d'Arcturus. Et là je dois dire que c'est un choix judicieux car les 2 titres où le Norvégien apparait, "It's All About Time" et "The White Guy (Suicide)" sont les meilleurs de What Hell Is About! Le refrain de "It's All About Time", magnifiquement interprété par un Vortex à la voix aussi puissante qu'émotive sur laquelle des gros blasts viennent injecter une dose de violence ultra jouissive s'avère carrément l'éclair de génie de cet album!

Même si je garde une petite préférence pour le 1er opus, à la prod moins tape-à-l'oeil et au style plus épuré, il est clair que dans la catégorie gros son/efficacité, Dagoba a fait très fort. Il n'y aurait pas eu tout ces artifices superflus, la note aurait été encore meilleure. La musique de Dagoba n'a rien d'original ni d'exceptionnel mais elle bourre. Et nous, à Thrashocore, on aime bien quand ça bourre!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

citer
Jonathan
24/10/2006 20:03
Je trouve cet album très abouti, du bourrin à l'état pur et bien produit... enjoy !
J'espère qu'ils continueront sur cette voix.

En plus je vous raconte pas ce que ça donne en concert j'y étais il y a deux semaines, ça déboite tout simplement.
Tim citer
Tim
18/03/2006 13:54
A Guy :
Clair un bon parpaing ca fait du bien mais il fait vraiment trops monolitique cette album...
Les riffs sont pas toujours interressants et ca manque un peu d'originalité par moment, mais bon je vais pas non plus chipoter c'est quand meme un bon album...
Bon allez je m'en vais réécouter Aborted !!!
citer
GUY 3 (invité)
12/03/2006 19:26
"tim" un bon parpaing dans la gueule ca fait toujours du bien non ?? moi perso j'ai pas trop accrocher jprefere de loin le 1er kej trouve + RENTRE DEDAN


mais jleur souhaite bonne chance pour le tour avec sepultura et in flames !!!
Evil_Nick citer
Evil_Nick
12/03/2006 18:02
Il a l'air pas trop mal le titre en écoute. J'en ai 2 autres sur des samplers que j'ai pas encore écouté mais ça ne saurait tarder. D'après ta chro, le disque semble bon donc je vais peut-être me l'acheter d'ici le 3 avril histoire d'ê dans l'ambiance pour le concert. Je les ai déjà vu en concert juste après la sortie du s/t. Y'avait de l'énergie. J'avais bien apprécié le set même si je n'avais pas encore leur album à cette époque. Je crois que j'apprécierai mieux le prochain concert.
Machine citer
Machine
12/03/2006 18:02
note: 8.5/10
Pour moi l'album est supérieur au précédent notamment au niveau du songwriting. Il vaut largement un 8,5 sinon ils passent au Ninkas Kao le 25 mars à Lyon pour ceux que ça intéresse.
Alexis citer
Alexis
12/03/2006 14:27
Dagoba, j'aime bien mais ça me saoule rapidement... Il paraitrait qu'un live c'est énorme, faudrait que je vois ça un jour.
deathride citer
deathride
10/03/2006 17:55
A enfin une chronique sur Dagoba "What Hell Is About" .
Avant je n'étais pas amateur du groupe mais avec cette album je suis tombé sur le charme du à son qui propose (merci à Tue Madsen). Gros riffs de guitare, batterie avec double pédale à gogo et un chant similaire à Robb Flynn de Machine Head. L'album mélange bien des mélodies avec du gros son métallique. What Hell Is About est vraiment un petit chef d'oeuvre à écouter et se défouler dessus.
Je dirais que Dagoba sur ce nouveau skeud nous propose du Cyber Power Death mélodique qui aurait mangé du Fear Factory, Machine Head, Mnemic...
PS le duo avec Vortex exellent !!
Gothenburg citer
Gothenburg
10/03/2006 17:26
J’adore les parties au clavier, elle apporte une touche musical en plus au groupe. Et ce passage à la fin de the man 'you're not est tout simplement excellente.
Ander citer
Ander
10/03/2006 17:02
J' avais vu un clip de Dagoba, le nom de la chanson me revient pas mais j' avais pas accocher...

Là c' est frachement mieux (je "parle" juste pour l' extrait), les samples sont bien utilsés, le chant est bon, les riffs, la batterie aussi bref, le morceau en écoute est sacrément accrocheur!
Tim citer
Tim
10/03/2006 14:12
Et moi aussi je suis d'accord avec vous, y'a rien de tres original mais ca bourrine bien et c'est bien produit donc moi je dit 7/20.
Dommage que ca manque de solos tous ca histoire d'épurer un peu le disque qui fait limite parpaing dans la geule par moment...
$am citer
$am
10/03/2006 13:48
Je suis d'accord avec toi pour les claviers, la fin de The man you're not est grotesque. Et Vortex tue au niveau de la voix, mais bon ça on savait déjà.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dagoba
Power Métal
2006 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (18)  7.67/10
Webzines : (20)  7.37/10

plus d'infos sur
Dagoba
Dagoba
Cyber Power Moderne - 1997 - France
  

écoutez
tracklist
01.   What Hell Is About...
02.   Die Tomorrow (...What If You Should?)
03.   The Fall Of Men
04.   The Man You're Not
05.   Cancer
06.   It's All About Time
07.   The Things Apart
08.   The Things Within
09.   Livin' Dead
10.   042104
11.   Morphine - The Apostle Of Your Last War
12.   The White Guy (Suicide)

Durée totale: 44'52

line up
voir aussi
Dagoba
Dagoba
Release The Fury (EP)

2001 - Autoproduction
  
Dagoba
Dagoba
Face The Colossus

2008 - Season Of Mist
  
Dagoba
Dagoba
Dagoba

2003 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Scanner
Scanner
The Judgement

2015 - Massacre Records
  
Fifth Angel
Fifth Angel
Third Secret

2018 - Nuclear Blast Records
  
Lonewolf
Lonewolf
Raised On Metal

2017 - Massacre Records
  
HammerFall
HammerFall
Infected

2011 - Nuclear Blast Records
  
Machine Head
Machine Head
Through The Ashes of Empires

2003 - Roadrunner Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique