chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dismember - The God That Never Was

Chronique

Dismember The God That Never Was
Les dieux du death metal suédois sont toujours vivants ! Après un Hate Campaign marqué par le départ forcé du label Nuclear Blast ainsi que quatre années sans nouvelle mixture, les mastodontes de Stockholm faisaient leur grand « come-back » avec Where Ironcrosses Grow. Deux années à peine se seront écoulées que les vétérans boulimiques reviennent déjà nous dégager les cages à miel ! Fini Karmageddon Media, Dismember signe chez le fameux label Regain Records (Candlelight pour nos amis d' outre-atlantique) et se sépare de son bassiste Johan Bergebäck, ce dernier n’ayant plus le temps de jongler entre Dismember et Necrophobic (où il tient la place de guitariste). Fans de death old school suédois, accrochez vous bien car The God That Never Was fait très mal !

Les fans qui suivent Dismember depuis Like An Ever Flowing Stream ont sûrement du être ravis du retour du groupe avec Where Ironcrosses Grow mais il manquait ce petit je ne sais quoi impossible à décrire, qui faisait tout le charme de la bonne époque. The God That Never Was est dans la continuité du précèdent album mais en piochant cette fois-ci un peu plus dans les bon crus passés. Aucun changement niveau style musical, on a toujours affaire aux tsunamis de riffs tronçonneuses, à la rythmique la plus efficace que j’ai pu écouté (quel batteur ce Fred Estby !), au chant si unique de « papi » Matti Kärki et enfin aux quelques poussées Maidenniennes. Ce dernier point se veut d’ailleurs beaucoup moins mis en avant que sur Where Ironcrosses Grow, chose qui rendait un Dismember peu naturel. Avec The God That Never Was le côté heavy demeure mieux dosé et permet de souffler entre deux vagues de riffs à vous décoiffer la permanente. Impossible donc de ne rien ressentir face aux titres mélodiques tels que que l’énormissime « Time Heals Nothing », l’instrumental typé In Flames (zut un gros mot) « Phantoms (Of The Oath) » ou encore « Where No Ghosts Is Holy » à botter le cul à n’importe quel groupe de death mélodique à la suédoise.

Hormis ces trois titres plus heavy que la moyenne nous démontrant le niveau technique du « vieux » guitariste David Blomqvist, le reste de l’album ne devrait pas plaire à vos voisins fans de Rhapsody ! Dismember joue vite, très vite (et bien aussi par la même occasion) et balance une grosse baffe aux détracteurs du death venant de Suède. « Never forget, Never Forgive » ne pouvait mieux traduire ce sentiment, 1 minute 43 de death metal plus redoutable tu meurs ! Difficile en quelques écoutes de bien cerner chaque titre vu l’intensité (35 minutes au compteur) mais il ne fera aucun doute que vous vous repasserez en boucle la speed thrash bulldozer « Shadows Of The Mutilated », l’utra headbanguante et épileptique « Blood For Paradise » ou encore la mid-tempo « Feel The Darkness » qui n’aurait pas fait tache sur les premiers albums de Dismember. Bien évidemment ceux qui attendent un renouveau du groupe devraient être une nouvelle fois déçus : on reprend encore la même recette de death old school (15 ans que çà dure) et le pire c’est que çà fonctionne du feu de dieu ! Il ne sera pas déplacé cette fois de comparer cette œuvre à un Death Metal ou un Indecent & Obscene car Dismember place la barre presque aussi haute pour vous dire !

Les albums de Dismember restent à mon avis les pires albums à chroniquer car l’évolution musicale se rapproche du zéro absolu…. The God That Never Was ne déroge pas à la règle mais offre une musique tellement jouissive (l’album à écouter en rentrant du taff !) qu’on se demande pourquoi il faudrait changer une recette qui marche à merveille ! Certainement l’album le plus direct et efficace depuis Death Metal (même si un cran en dessous il faut l’avouer) ! Tout ceux qui ne jurent que par Bloodbath se doivent d’écouter les maîtres du death metal suédois, vous devriez complètement vous convertir à la cause du démembrement auditif.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
30/06/2006 23:19
note: 8.5/10
Christliar a écrit : 35 minutes, mais alors, il dépote bien ! Petit coup de coeur pour le monstrueux Time Health Nothing et le superbe titre final Where No Ghost Is Holy. Je n'avais jamais écouté Dismember avant (honte à moi, tu parle d'un fan de death suédois), mais je pense que cela va vite changer.

Si tu as surtout aimé ces titres mélodiques, je ne peux que t'inviter à écouter Death Metal Clin d'oeil
Christliar citer
Christliar
30/06/2006 22:18
35 minutes, mais alors, il dépote bien ! Petit coup de coeur pour le monstrueux Time Health Nothing et le superbe titre final Where No Ghost Is Holy. Je n'avais jamais écouté Dismember avant (honte à moi, tu parle d'un fan de death suédois), mais je pense que cela va vite changer.
Mitch citer
Mitch
10/04/2006 19:11
note: 8.5/10
Ajout d'un titre en téléchargement pour cette tuerie ! m/
Niktareum citer
Niktareum
18/03/2006 8:23
J'ai bien hate de me l'acheter cici!!! m/
pj666 citer
pj666
17/03/2006 22:47
D'accord en tous points !! C'est trop bon DISMEMBER !!!
Mitch citer
Mitch
17/03/2006 20:24
note: 8.5/10
Dans les bacs, faites vous plaisir! m/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismember
Death Metal old school
2006 - Regain Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.22/10
Webzines : (27)  7.65/10

plus d'infos sur
Dismember
Dismember
Death Metal - 1988 † 2011 - Suède
  

tracklist
01.   The God That Never Was
02.   Shadows of The Mutilated
03.   Time Heals Nothing
04.   Autopsy
05.   Never Forget, Never Forgive
06.   Trail of The Dead
07.   Phantoms (Of The Oath)
08.   Into The Temple of Humiliation
09.   Blood for Paradise
10.   Feel The Darkness
11.   Where No Ghost is Holy

line up
parution
7 Mars 2006

voir aussi
Dismember
Dismember
Where Ironcrosses Grow

2004 - Karmageddon Media
  
Dismember
Dismember
Death Metal

1997 - Nuclear Blast Records
  
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Nuclear Blast Records
  
Dismember
Dismember
Hate Campaign

2000 - Nuclear Blast Records
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Solar Demise
Solar Demise
Archaic War

2018 - Narcoleptica Prod.
  
Putrevore
Putrevore
Morphed From Deadbreath

2008 - Xtreem Music
  
Necrocurse
Necrocurse
Grip Of The Dead

2013 - Pulverised Records
  
Fall Of Seraphs
Fall Of Seraphs
Destroyer Of Worlds (EP)

2017 - Triumph Ov Death
  
Sentient Horror
Sentient Horror
Ungodly Forms

2016 - Testimony Records
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique