chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opeth - Deliverance

Chronique

Opeth Deliverance
J’avais énormément apprécié le dernier Opeth, "Blackwater Park". J’ai toujours trouvé que la puissance et l’émotion que dégageait cet album était phénoménale, et c’est pour ça que je misais beaucoup sur cet album. Disons le, à la première écoute, j’ai été franchement déçu. Mais je vous rassure, cette première impression a rapidement muée. Cet album contient 6 titres pour un total d’un peu plus d’une heure. Ce qui nous fait un peu plus 10 minutes par chanson sachant que l’un des titres, un instrumental qui ne durent pas plus de 3 minutes (ce qui fait plus de lui un interlude dans le format Opeth). Des chansons de plus de 10 min, c’est vraiment la marque de fabrique de Opeth, il y en a qui n’aime pas, moi personnellement j’adore.

Bon, revenons en à ce "Deliverance". Si j’ai tout d’abord été déçu, c’est parce j’espérais, retrouver dans ce disque tout la mélancolie et la beauté de Blackwater Park et force et de constater que ce n’est plus tout à fait l’essence même de cet opus. Tout commence avec le titre "Wreath", et c’est là que l’auditeur averti se posera la question suivante : « C’est Opeth ça ? Non, c’est bien trop bourrin ! ». En effet tout commence avec une bonne grosse ligne de double pédale cumulée à un bon gros chants bien death, limite gutturale, et ça, ça étonne un peu ! Certes, on reconnaît la touche Opeth dans les guitares, mais bon… Mais tout rendre dans l’ordre, si j’ose dire, dans le courant de la chanson, on retrouve toujours ces riffs languissant qui crée cet ambiance si particulière. Car c’est bien une des forces des chansons de 10 minutes, on peut faire passer plein d’émotions et d’ambiances différentes. Musicalement, on peut décrire ça, à du "Blackwater Park" en bien plus énervé (plus de chant death, et une rythmique plus agressives).
Le second titre, "Deliverance" représente pour moi, LE titre de cet album ! Tout commence avec un riff syncopé façon Meshuggah, soutenu par une batterie qui pilonne sévèrement. Et là, en plein milieu de la chanson, changement radical de style, guitare acoustique, rythmique jazzy, basse languissante, et chant clair. C’est assez phénoménal ! Et tout le morceau est construit ainsi, on alterne chant agressif syncopé et moment calme à la guitare acoustique… C’est assez fabuleux ! Excellente chanson.

Le titre suivant, "A fair Judgement", se veut plus mélancolique, plus triste, et rien que le refrain est magnifique, languissant et gracieux à souhait. On nage en pleine élégance musicale. Tout est parfaitement orchestré pour que l’auditeur s’envole et n’atterrisse pas tant que le disque ne s’est pas terminé. L’auditeur est ballotté dans ce monde, ou règne agressivité et douceur… Bon sachez que tout les titres sont du même acabit, à savoir excellent ! Le chanteur, Mikael Åkerfeld, est extraordinaire, les solos de guitares sont réalisé de main de maître. Tout dans ce disque respire la grâce, le bon goût, mais aussi l’agressivité et la violence savamment calculé. J’avais quelques appréhensions après la première écoute de cet album, mais là, elles se sont définitivement envolées ! Je peux vous assurer qu’avec cet album Opeth à marqué un très grand coup ! Certes, c’est très différent de Blackwater Park qui avait été ovationné par la critique, mais cet album est au moins aussi bien que ce dernier, tout en étant résolument différent. Bon, je crois que vous m’avez compris, vous feriez une énorme erreur si vous passiez à coté de ce disque… Et merde, je crois qu’on tient encore un nouveaux prétendants au disque de l’année ! ;)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

colin.lmbrt citer
colin.lmbrt
06/11/2018 14:13
note: 8.5/10
Très bon, plus brutal que son prédécesseur
Contrairement à certains j'ai beaucoup apprécié l'album
Ander citer
Ander
14/07/2005 12:19
note: 8.5/10
J' ai cet album, Damanation et Blackwater Park, et ça reste encore mon chouchou. La prodcution est plus sec par exemple mais ça n' enlève rien à ce magnifique album. Sourire 9 sur 10.
Dead citer
Dead
15/04/2004
note: 7.5/10
J'ai été vraiment déçu par cet album. J'ai l'impression qu'Opeth cède un peu à la facilité en nous proposant des morceaux de plus en plus simples avec beaucoup de rythmique, des parties acoustiques un peu moins inspirées qu'auparavant et beaucoup moins de riffs par morceau. Le Opeth nouveau a beaucoup perdu en ambiance (surtout comparé à "Blackwater Park"...) et me touche vraiment moins qu'avant (et je suis un adorateur du groupe depuis "Orchid"Clin d'oeil. Même si il est indéniable que cette galette est largement au dessus de ce qui se fait dans le domaine (c'est Opeth quand même Sourire ), j'espère qu'ils feront mieux la prochaine fois. Moi je dis 15/20 pour "Deliverance" Sourire Et vous le trouverez chez Music for Nations (et non Peaceville).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opeth
Death progressif
2002 - Music For Nations
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (36)  8.56/10
Webzines : (26)  8.91/10

plus d'infos sur
Opeth
Opeth
Heavy / Prog - 1990 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Wreath
02.   Deliverance
03.   A Fair Judgement
04.   For Absent Friends
05.   Master's Apprentices
06.   By The Pain I See In Others

Durée totale : 61:50

line up
voir aussi
Opeth
Opeth
Damnation

2003 - Music For Nations
  
Opeth
Opeth
Sorceress

2016 - Nuclear Blast Records
  
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  
Opeth
Opeth
Morningrise

1996 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
Blackwater Park

2001 - Music For Nations
  

Essayez aussi
Disillusion
Disillusion
Back to Times of Splendor

2004 - Metal Blade Records
  
Dysylumn
Dysylumn
Conceptarium

2015 - Autoproduction
  
The Faceless
The Faceless
In Becoming A Ghost

2017 - Sumerian Records
  
Embryonic Devourment
Embryonic Devourment
Vivid Interpretations Of The Void

2010 - Deepsend Records
  
Barús
Barús
Drowned

2018 - Memento Mori
  

Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Lividity
Perverseverance
Lire la chronique
Daughters
You Won't Get What You Want
Lire la chronique
Scorched
Ecliptic Butchery
Lire la chronique
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique