chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
152 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Burzum - Filosofem

Chronique

Burzum Filosofem
Chroniquer un album de Burzum n'est pas chose aisée : cela revient à toucher l'aura du one-man-band, sachant que l'utilisation de mots ne rendra jamais honneur au talent de Varg Vikernes. De là peut découler une vague de réactions de certaines personnes qui prétendront que eux ont réussi à capter l'essence de cette musique, alors que le chroniqueur lui n'a réussi qu'à pondre un texte convenu et dispensable. Alors, lorsqu'il s'agit en plus de l'album le plus profond du groupe, cela relève d'un fort penchant suicidaire. D'autant plus que le qualificatif « suicidaire » doit sûrement être l'un de ceux qui conviennent le plus au disque.

Lorsque les premières notes de Dunkelheit retentissent, il se passe quelque chose en nous d'indescriptible ; on est littéralement absorbé dans un univers suffocant, entraînant l'auditeur à un recueillement presque religieux et le poussant à renier tout aspiration à ne serait-ce qu'une infime once de bonheur. Le célèbre riff lancinant du morceau nous écrase petit à petit, et combiné avec la voix écorchée et désespérée de Varg, nous rend insignifiant par rapport à ce monolithe dans lequel nous nous retrouvons entravés. Le rythme lent, les arpèges dissonants, et la mélodie jouée au bontempi pénètrent notre intimité, jusqu'au désespoir auquel les mythiques paroles « When night fall, she cloaks the world into impenetrable Darkness... » font allusion. Ce n'est que lorsque tout semble terminé que Jesus' Tod vient pilloner nos sens, avec l'un des riffs en tremolo picking les plus extraordinaires qu'il puisse être donné d'écouter. Une vague de malaise s'engouffre en nous, nous submerge, sublimée par la voix désincarnée de Varg. Contrastant avec Filosofem, Jesus' Tod impose sa cadence rapide sans l'être trop non plus, juste assez pour que l'auditeur puisse frôler la crise de claustrophobie. Sans être effroyable de technique, on est servi ici par deux morceaux magistraux, atteignant d'une traite leur but, celui de développer une atmosphère unique, froide et oppressante.

Seulement, on ne vient d'écouter que les deux premiers morceaux de l'album, et c'est sans compter avec l'effroyable Erblicket die Töchter des Firmaments, à la limite d'un onirisme étouffant distillé par des nappes de clavier plutôt discrètes. Revêts d'une superbe noirceur, les sons distordus s'engouffrent dans nos oreilles pour marquer nos esprits d'une l'ambiance si parfaitement hypnotique. Le morceau suivant Gebrechlichkeit I, qui d'ailleurs n'utilise pas la batterie comme pour amorcer la phase ambiante de l'album, n'est pas sans nous rappeler l'ambiance d'une mine, avec des coups de piolet et l'eau qui goutte, règnant en un fragile équilibre de noirceur et de délicatesse, délicatesse perpétuée par les notes presque cristallines du bontempi. Le morceau a beau être répétitif, comme le reste de l'album par ailleurs, et moins fouillé que les précédentes pistes, on reste captivé du début jusqu'à la fin par la paradoxale fragilité de cette noirceur ambiante, conferrant un côté surréaliste.

S'enchaîne ensuite Rundgang um die transzendentale Säule der Singularität, le morceau le plus simple et paradoxalement l'un des plus captivants. Pendant 25 minutes nous pouvons observer quelques notes jouées au clavier répétées à l'infini, dans le dénuement et la sobriété. Il y a bien quelques effets pour accompagner, et une basse qui répète également à l'infini quelques notes, mais la musicalité du morceau s'arrête ici. Cependant, ce titre écouté dans le noir et dans la continuité de l'album produit un effet relativement étrange, celui de représenter la quintessence de Filosofem dans sa totalité, grâce à sa simplicité exagérée, et à son ambiance fragile mais prenante. On se croirait presque dans la grotte que Gebrechlichkeit I nous a fait découvrir, la parcourant et découvrant peu à peu toutes sortes de mineraux plus précieux les uns que les autres. Les gouttes d'eaux ruissellent le long des stalactites. Des rayons de lumière apparaissent parfois timidement entre deux roches. Les 25 minutes qu'on pensait au départ durer une éternité passent au final d'une traite, sans que l'on ait eu le temps de s'ennuyer. Filosofem se termine doucement par Gebrechlichkeit II, très semblable au premier, mais en plus lent, et sans les cris damnés de Varg. Sur les 7 minutes qui le composent, on remarque une montée en puissance lente et certaine des guitares, le volument augmentant peu à peu, concluant Filosofem de manière nette et magistrale.

Une nouvelle question se présente à moi maintenant : comment conclure cette chronique ? Tout a été dit et redit au sujet de Filosofem ; mais bon, pour ceux qui auraient été absents, rappelons leur que cet album est un disque majeur du Black Metal, à l'ambiance unique de par le mélange entre le Black et l'ambiant, et de par la noirceur qui s'en découle. A écouter dans le noir, ou lors de vos escapades forestières.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

31 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
12/12/2019 12:01
gulo gulo a écrit : Dantefever a écrit : Troll Traya a écrit : Outre le fait que j'aime moins le chant de Varg sur celui-ci, le vrai point faible de l'album est la piste 5 alors que les autres compos sont a limite du presque parfait.
Je veux dire, qu'est ce qu'il s'est passé ? Sur HLTO, les pistes atmosphériques étaient inspirantes, on sentait le Varg au sommet de son art... Et sur cette fameuse piste 5, je ne ressens rien de tout ça. Mais bon, je ne vais pas épiloguer la-dessus. Certains la trouve géniale, donc tant mieux, mais pas moi.


Ben étrangement moi je l'adore cette piste. A chaque fois je me dis "non mais 25 minutes sur 3 notes, c'est absurde, déconne pas", et puis finalement elle passe sans même que je m'en rende compte.


Ce qu'il a fait de mieux, au carré.


Juste après son extraordinaire oeuvre politique bien sûr
gulo gulo citer
gulo gulo
12/12/2019 11:53
Dantefever a écrit : Troll Traya a écrit : Outre le fait que j'aime moins le chant de Varg sur celui-ci, le vrai point faible de l'album est la piste 5 alors que les autres compos sont a limite du presque parfait.
Je veux dire, qu'est ce qu'il s'est passé ? Sur HLTO, les pistes atmosphériques étaient inspirantes, on sentait le Varg au sommet de son art... Et sur cette fameuse piste 5, je ne ressens rien de tout ça. Mais bon, je ne vais pas épiloguer la-dessus. Certains la trouve géniale, donc tant mieux, mais pas moi.


Ben étrangement moi je l'adore cette piste. A chaque fois je me dis "non mais 25 minutes sur 3 notes, c'est absurde, déconne pas", et puis finalement elle passe sans même que je m'en rende compte.


Ce qu'il a fait de mieux, au carré.
Dantefever citer
Dantefever
12/12/2019 11:40
Troll Traya a écrit : Outre le fait que j'aime moins le chant de Varg sur celui-ci, le vrai point faible de l'album est la piste 5 alors que les autres compos sont a limite du presque parfait.
Je veux dire, qu'est ce qu'il s'est passé ? Sur HLTO, les pistes atmosphériques étaient inspirantes, on sentait le Varg au sommet de son art... Et sur cette fameuse piste 5, je ne ressens rien de tout ça. Mais bon, je ne vais pas épiloguer la-dessus. Certains la trouve géniale, donc tant mieux, mais pas moi.


Ben étrangement moi je l'adore cette piste. A chaque fois je me dis "non mais 25 minutes sur 3 notes, c'est absurde, déconne pas", et puis finalement elle passe sans même que je m'en rende compte.
Troll Traya citer
Troll Traya
12/12/2019 10:58
note: 8/10
Outre le fait que j'aime moins le chant de Varg sur celui-ci, le vrai point faible de l'album est la piste 5 alors que les autres compos sont a limite du presque parfait.
Je veux dire, qu'est ce qu'il s'est passé ? Sur HLTO, les pistes atmosphériques étaient inspirantes, on sentait le Varg au sommet de son art... Et sur cette fameuse piste 5, je ne ressens rien de tout ça. Mais bon, je ne vais pas épiloguer la-dessus. Certains la trouve géniale, donc tant mieux, mais pas moi.
Funky Globe citer
Funky Globe
08/09/2016 14:41
Je suis d'accord c'est une tuerie cet album. Acheté à l'époque en digi A5. Je crois que c'est le premier disque que j'ai vu dans ce format.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
08/09/2016 13:45
note: 10/10
huhu
'Pas eu ce genre de pbm, Burzum a été le premier gpe BM que j'ai entendu, vers 93/94... là encore j'aurais pu tomber sur pire.
Mais wep, pas mécontent d'avoir l'édition originale, vu la tronche des rééditions.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/09/2016 15:59
note: 9.5/10
Drug-Sniffing Dog a écrit : 10/10,
Même avec le lourd handicap d'avoir une 2ème moitié d'album chiante comme la pluie, les 2/3 premières pistes sont... beh en général y a plus de mots à ce niveau là... Mr Green

Aussi mon préféré. Je me souviens du mal que j'ai eu à me le procurer par contre.
Maintenant ça a été réédité dans toutes les couleurs possibles, mais la croix et la bannière à un moment !!!
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
08/09/2016 15:06
note: 10/10
10/10,
Même avec le lourd handicap d'avoir une 2ème moitié d'album chiante comme la pluie, les 2/3 premières pistes sont... beh en général y a plus de mots à ce niveau là... Mr Green

En parlant du morceau de + de 20 minutes et ses 3 notes répétées ad nauseam... beh il y a une version (seulement sur un bootleg à ma connaissance) avec un espèce de gourou aryanoshamanik qui annone des incantations par dessus... ben c'est ptêt pas croyable, mais c'est encore plus chiant que l'original. Mr Green
Invité citer
cocob
16/06/2013 23:35
Cet album est un chef d'oeuvre du genre.
Northern Wolf citer
Northern Wolf
02/06/2009 12:00
note: 6/10
Euh Blabla c'est pas parce que Vikernes a (ou a eu) des idées très extrêmes et un lourd casier judiciaire par son passé, qu'on ne peut pas apprécier sa musique. Je pense qu'il ne faut pas mélanger l'homme et sa musique, de plus que les paroles de ses chansons ne mentionnent jamais le nazisme etc... voilà je tenais juste à réagir à cela. Par exemple, il fût un temps où j'adorais le groupe Rage against the machine, pour leur musique sans me soucier des idées communistes etc... des membres du groupe, pourtant Dieu sait ô combien je déteste cette idéologie. Je pense donc qu'il faut pas tout mélanger parfois.

Sinon concernant cet album, je ne sais pas quoi en penser. J'aime les ambiances glauques etc... mais là, à part les deux premières pistes j'accroche pas des masses. C'est trop plat. Puis la chanson de 25 minutes, tu en écoutes 1 minute t'as fait le tour... Bref particulier cet album, pas celui que j'écouterais en boucle.
citer
blabla
27/05/2009 16:09

"Ouvertement raciste et s'étant converti au néo-nazisme après son incarcération, Varg Vikernes est l'une des références des amateurs du National socialist black metal bien que les textes de Burzum ne contiennent pas de messages racistes ou néo-nazis. Selon "A Burzum Story: Part VII - The Nazi Ghost", ces raisons principales sont: "Contrairement à eux, je ne suis pas socialiste (mème pas socialiste national), je ne suis pas matérialiste et je crois en l'ancienne démocratie scandinave." Dans cet article, les théories racistes et antisémites des nazis ne sont en revanche pas mentionnées comme points de désaccord. Il est aussi un des membres fondateurs du mouvement extrémiste Hvit Arisk Motstand (Résistance Aryenne)": tiré de wikipedia

Et en plus d'après ce que j'ai compris il a déjà buté un mec.
Mais sinon à part ça c'est un artiste (ironie...)
NightSoul citer
NightSoul
08/11/2008 18:31
note: 4/10
j'ai l'impression de pas avoir écouter le même album ou alors c'est de la chanson à texte je sais pas... Les ambiances... sont justes chiantes... Alors oui, si vous voulez je n'ai pas capter l'essence même de la quintessence supra-lunaire de cet album et que par conséquent "je ne peux comprendre le black metal" mais je pense que certains ont oublié que la musique est un vecteur d'émotions et par conséquent personnelle. Bref...
Avec deux riffs par chansons absolument chiant après la 12 répétitions, sachant que les pistes 4 et 6 sont des mystères absolus tout juste bon à figurer en piste caché de fin d'album, je trouve ça vraiment d'un ennui...
Mon 4 est gentil encore
citer
crowdead
04/01/2007 13:22
EDIT : Cleaned.
citer
PSYKUP
25/12/2006 09:46
Heu... taggle ?
Fred.Thoughts citer
Fred.Thoughts
15/11/2006 23:09
note: 4/10
Sérieux c'est moi ou bien? Je trouve cette musique franchement gonflante. J'aime plutôt les titres longs en général, mais là c'est du supplice de se les taper en entier. Tout juste une bonne bande son pour un film qui cherche à faire peur.
Krow citer
Krow
05/09/2006 23:35
note: 9.5/10
J'ai baissé la note d'un demi-point.
DarkLord citer
DarkLord
04/06/2006 14:47
note: 8.5/10
Et si, au final je me suis acheté ce Filosofem, et même si je ne regrette pas mon achat, grâce au magnifique Dunkelheit et Jesus'Tod, deux pistes sublimes, une tristesse ambiante et prenante, j'ai été au final un peu déçu par cet album. Après avoir lu nombre de chros encensant cet album, je pensais avoir à faire à une oeuvre parfaite, mais au final il s'agit simplement d'un bon album. Tout d'abord j'ai été surpris par le changements de vocaux opérés, les vocaux inhumains qui régnait sur les précédentes oeuvres du groupes, sont ici remplacés par des vocaux assez proches de ceux de Herr Morbid (assez comparables a ceux de Entombed by Winter). Mais ce qui m'a vraiment déçu c'est la piste ambiant de 25 min. Tomhet, la piste ambiant sur Hvist Lyset Tar Oss, tout simplement parfaite, laissait présager le meilleur, mais ici je trouve que Varg c'est relâcher, nous délivrant une piste trop proche de Tomhet, en beaucoup moins intéressante, qui au final ennui de part son manque d'inspiration et sa durée.
On se retrouve donc au final avec un bon album, a moitié parfait, grâce à la sublime Dunkelheit, ainsi qu'a Jesus'Tod et aux deux Gebrechlichkeit. Mais Rundgang Um Die Transzendentale Säule Der Singularität entache cette album, ainsi que Erblicket Die Töchter Des Firmaments, un bon morceau de black, ni plus ni moins. Je finirais cette mini chros en présentant un petit coup de gueule, Varg nous a sortis deux albums a moitiés bon (Filosofem et Hvist Lyset Tar Oss), alors qu'il aurait pu au final nous sortir l'album parfait, l'apothéose de son art, avec le tracklist suivant:

1- Det Som en Gang Var
2- Gebrechlichkeit 1
3- Dunkelheit
4- Jesus' Tod
5- Tomhet
6- Gebrechlichkeit 2
citer
Maniac (invité)
21/05/2006 22:30
Tu ferais mieux d'ouvrir ton dico d'anglais et d'aller voir la traduction de fake.
Borealis citer
Borealis
08/05/2006 1:58
DarkLord a écrit :
Je me suis jms procuré cet album, et je crois que je ne me le choppré jms. Jsuis pas un grand fan de Burzum, pi Hvys lyzet Tarr Oss, et Det SomEngan Var me suffisent pour voir de quoi le groupe est capable. Mais bon un super album asquis parait lol.


Deathspell_Olivier_666 a écrit : Ouai je lé choP en mp3 é sérieu il é moyen lol! Der Sum Engtan Ver il é carémen mie paske ya tro pa de passage chian au clavier!!! Enf1 lé bon titr c dla bal kler loool

Certains mériteraient vraiment qu'on leur retire la nationalité française...

Si l'écoute de Filosofem n'était suffisante, voilà qui me donne une belle envie d'attentat kamikaze!... Pour la sauvegarde de (feu?) la Langue Française!! Demeure en paix ma belle, je n'oublierai pas ta grandeur passée...
Backstaber citer
Backstaber
17/04/2006 18:36
note: 9.5/10
Citation : De là peut découler une vague de réactions de certaines personnes qui prétendront que eux ont réussi à capter l'essence de cette musique, alors que le chroniqueur lui n'a réussi qu'à pondre un texte convenu et dispensable
*larme à l'oeil*
citer
Deathspell_Olivier_666 (invité)
17/04/2006 16:13
Ouai je lé choP en mp3 é sérieu il é moyen lol! Der Sum Engtan Ver il é carémen mie paske ya tro pa de passage chian au clavier!!! Enf1 lé bon titr c dla bal kler loool
C4rmo citer
C4rmo
14/04/2006 23:51
note: 9.5/10
Cet album est une bombe. Rien à ajouter, tout a été dejà dit sur cet album (à part que la chanson Gebrechlichkeit I est la reprise d'une chanson qui apparait sur une vieille demo, la chanson s'appelle originalement "Once Emperor"Clin d'oeil
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
14/04/2006 15:16
$am a écrit : Euronymous, c'est pas celui qu'était gay ?

http://www.antenna.nu/mayhem/euronymous.jpg

ha ouais, c'était lui.


Ahah ! le pauvre....
$am citer
$am
14/04/2006 13:53
Euronymous, c'est pas celui qu'était gay ?

http://www.antenna.nu/mayhem/euronymous.jpg

ha ouais, c'était lui.
Scum citer
Scum
14/04/2006 10:49
Euronymous a écrit : Varg aurait surement dit en lisant cette chronique: "c'est de la merde infame, le chroniqueur n'est qu'un black metalleux raté de plus..."

Moi je me dit en lisant ce commentaire : "c'est de la merde infâme, le gars qui l'a écrit n'est qu'un raté de plus..."
citer
Euronymous (invité)
14/04/2006 10:37
Varg aurait surement dit en lisant cette chronique: "c'est de la merde infame, le chroniqueur n'est qu'un black metalleux raté de plus..."
DarkLord citer
DarkLord
13/04/2006 20:43
note: 8.5/10
Je ne me suis jamais procuré cet album, et je crois que je ne me l'acheterais jamais. Je ne suis pas un grand fan de Burzum, et puis Hvys lyzet Tarr Oss, et Det SomEngan Var me suffisent pour voir de quoi le groupe est capable. Mais bon un super album à ce qui parait.
Krow citer
Krow
13/04/2006 16:22
note: 9.5/10
C'est le morceau le plus rapide de l'album.
Scum citer
Scum
13/04/2006 16:18
Je suis pas un grand amateur de black metal mais si tout l'album est du même genre que Jesus' Tod, un jour il sera mien.
lkea citer
lkea
13/04/2006 16:13
note: 9/10
Les quatres premiers morceaux sont parfaits, noirs et étouffants...

Par contre le morceaux ambiant de 25 minutes ne me procure qu'un ennui profond mais il est bien pour dormir ! :P

Contrairement à Keyser je préfère celui ci à "Det som engang var"(de peu)...Les effets utilisés par Varg pour son chant renforcent vraiment l'ambiance ! Dommage qu'il ne les a pas utilisé sur Det...

Sinon j'ai bien aimé ton Intro ^^
Keyser citer
Keyser
13/04/2006 15:58
A part "Dunkelheit" qui est vraiment magnifique de désespoir, cet album m'ennuie. J'ai bien conscience que je ne suis pas fait pour l'ambient donc c'est logique. Avec Burzum je reste sur Det Som!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Burzum
Black Metal/Ambient
1996 - Misanthropy Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (56)  8.18/10
Webzines : (17)  8.07/10

plus d'infos sur
Burzum
Burzum
Folk Black Metal - 1991 † 2018 - Norvège
  

tracklist
01.   Dunkelheit
02.   Jesus' Tod
03.   Erblicket die Töchter des Firmaments
04.   Gebrechlichkeit I
05.   Rundgang um die transzendentale Säule der Singularität
06.   Gebrechlichkeit II
Durée : 64 minutes 34

line up
voir aussi
Burzum
Burzum
Fallen

2011 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Belus

2010 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Hvis Lyset Tar Oss

1994 - Misanthropy Records
  
Burzum
Burzum
Umskiptar

2012 - Byelobog Productions
  

Essayez aussi
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  
Ash Borer
Ash Borer
Ash Borer (Rééd.)

2011 - Psychic Violence Records
  
Slavia
Slavia
Integrity And Victory

2011 - Drakkar Productions
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space I

2003 - Haunter Of The Dark
  
Vinterriket
Vinterriket
Winterschatten

2003 - Ketzer Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique