chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborym - Generator

Chronique

Aborym Generator
Il s'en est passé des choses pour Aborym pendant ces trois années qui séparent With No Human Intervention de ce nouvel opus, Generator. Changement de label, les Italiens ont quitté Code666 pour Season of Mist ; Attila Csihar, en vu de sa réintégration de Mayhem, n'a plus le temps de pousser la chansonnette dans Aborym, laissant ainsi la place à un Norvégien, Prime Evil, membre de Mysticum. Et, last but not least, le remplacement de la boîte à rythme par une autre machine, Bard G. Eithun“Faust”, ancien batteur de Emperor, de Thorns, et actuel batteur de Scum. En vu de tous ces changements, il est légitime de se demander ce que peut valoir un album né après tant de chamboulement. Et bien, un peu comme l'effet du temps sur le vin, le remue-ménage sied au groupe à merveille.

La pochette nous met directement dans l'ambiance : un personnage colossal, des couleurs mornes, une armée gigantesque, tout ceci n'inspirant qu'une chose, la déshumanisation. Et c'est exactement là où veut en venir le groupe à travers leur musique et leurs paroles (comment je le sais ? Je suis devin, ou alors je me renseigne). Et, comble du bonheur, c'est justement ce qu'Aborym a réussi à retranscrire avec Generator. Après l'introduction Armageddon plus ou moins angoissante, les hostilités s'ouvrent avec Disgust and Rage (Sic Transit Gloria Mundi). Quand j'utilise le mot « hostilité », dîtes vous que ce n'est qu'un euphémisme : c'est un véritable coup de poing que l'on se prend. Non pas que ce soit du bourrinage gratuit (attention ami lecteur, ceci n'est pas du brutal death), mais au contraire, c'est de la violence presque « raffinée » oserais-je dire. Tout est pesé, calculé, mesuré et contrôlé ; le clavier, la batterie et la voix particulière se mélangent pour former une ambiance du feu de Dieu. Et les choeurs n'arrangent rien, donnant l'impression d'écouter la musique du Jugement Dernier. Imaginez-vous un instant que le spectacle de la pochette se déroule devant vous : une troupe infernale déferlant vers quelque chose, le colosse produisant un bruit assourdissant, le tout dans une ville à l'ambiance post-apocalyptique. Et bien ce que vous pourriez entendre à ce moment là, c'est Aborym.

Mais le groupe ne sait pas uniquement créer une musique ultra violente, il sait également jouer sur les ambiances, notamment à l'aide du clavier, qui ici ne possède pas un rôle anecdotique. Nappes atmosphériques sur la majorité de l'album, rappelant fortement Emperor ; samples de respiration sur l'énorme et organique Generator, de sirènes sur Suffer Catalyst, et plus généralement mécaniques pour offrir ce côté désincarné à l'album ; beats techno comme sur l'effroyable break de Between the Devil and the Deep Blue Sea, et autres éléments électro. Le clavier est réellement l'élément « fort » d'Aborym, car utilisé de manière original, accentuant la violence initiale des compositions. Comme je l'ai déjà plus ou moins dit, le but du groupe est de nous montrer l'omniprésence de la violence parmi une humanité qui se gangrène ; il n'y a qu'à écouter des titres comme Generator, Disgust and Rage, Ruiurama Kolossal SQPR (et j'en passe), pour se rendre compte à quel point le groupe a réussi à retranscrire cette idée de monde en perdition, à l'instar d'un groupe comme Anaal Nathrakh. Et même lorsqu'Aborym ne fait pas dans la violence ultime, dans un morceau comme A Dog-Eat-Dog World ou Suffer Catalyst, on ressent une sournoiserie certaine, celle de réussir à recréer la même répulsion face à l'humanité que dans les morceaux d' « ultraviolence ».

La production joue également pour beaucoup sur Generator, car limpide et massive ; lors de l'écoute, c'est comme si l'on passait sous l'armée de la pochette (je parie qu'à force de vous en parler, vous allez en rêver). L'arrivée de Faust à la batterie n'enlève heureusement rien au côté mécanique de l'album ; cependant, le groupe a perdu une grosse partie de son côté cyber et industriel par rapport à With No Human Intervention, les beats techno étant beaucoup moins utilisés. Néanmoins, Generator reste une grosse tuerie électronique, comme l'atteste le morceau Man Bites God, dont la violence extraordinaire couplée à la voix d'Attila faisant une ultime apparition et entrecoupée de passages calmes, donnent une impression de chaos et de destruction sans précédent : puissance et classe.

AVE ABORYM, MORITURI TE SALUTANT.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

DarkLord citer
DarkLord
01/05/2006 12:50
je me suis jms vraiment plongé dans Aborym, mais sinon ya Blacklodge un peu dans le mm genre.
Krow citer
Krow
15/04/2006 19:28
note: 8.5/10
Mec, oublie pas que c'est une qualité "mp3" l'extrait. Viens chez moi, j'te le fais écouter au casque. Tu verras ! Clin d'oeil
Asgiliath citer
Asgiliath
15/04/2006 13:28
Après écoute de l'extrait ("Generator"Clin d'oeil, ça a l'air plutôt bien foutu, meme si je crois qu'on a pas la même idée d'une prod massive.
Krow citer
Krow
15/04/2006 0:19
note: 8.5/10
D'ors et déjà disponible !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborym
Black Metal Industriel
2006 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (11)  8.27/10
Webzines : (19)  7.48/10

plus d'infos sur
Aborym
Aborym
Black Metal industriel - 1992 - Italie
  

tracklist
01.   Armageddon
02.   Disgust and Rage (Sic Transit Gloria Mundi)
03.   A Dog-Eat-Dog World
04.   Ruinrama Kolossal S.P.Q.R.
05.   Generator
06.   Suffer Catalyst
07.   Between the Devil and the Deep Blue Sea
08.   Man Bites God
09.   I Reject!

Durée : 44 min.

line up
voir aussi
Aborym
Aborym
Psychogrotesque

2010 - Season Of Mist
  
Aborym
Aborym
Dirty

2013 - Agonia Records
  
Aborym
Aborym
Dirty Remix (Compil.)

2014 - Stridulation Records
  
Aborym
Aborym
Fire Walk With Us

2001 - Scarlet Records
  
Aborym
Aborym
Kali Yuga Bizarre

1999 - Scarlet Records
  

Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique