chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zao - The Fear Is What Keeps Us Here

Chronique

Zao The Fear Is What Keeps Us Here
Pas franchement évident de chroniquer l’un des pionniers du metal/hardcore américain, surtout lorsqu’on ne connaît absolument pas leurs précédents opus… Longtemps catalogué comme un groupe de christian hardcore (mais qui pourtant maintenant s’en défend), Zao revient ici avec son neuvième album (rien que çà !), deux ans après The Funeral Of God. Formé depuis 1994, je vous éviterai le nombre incalculable de line-up ainsi que l’énumération de leurs 8 autres albums. Attardons nous plutôt à leur dernier album, The Fear Is What Keeps Us Here, véritable melting pot de styles : post-hardcore, rock, metalcore, grind/death, thrash…Bref encore un produit Ferret qui fait un bien fou au style!

Autant vous le dire tout de suite, la musique de Zao n’a rien à voir avec du metal/hardcore easy-listening (gros riffs, refrain chant clair, breakdowns, riffs mélos et tout le tralala) ! Compter un certain nombre d’écoutes pour dompter The Fear Is What Keeps Us Here! La faute tout d’abord à un chant hurlé de Daniel des plus bizarres ! Difficile de juger de la prestation du gugus tant sa voix ne fait pas naturelle (effets en tout genre et doublage de la voix sont au rendez-vous)…Voix originale certes mais assez soûlante au bout d’un quart d’heure (çà n’engage que moi hein ! D’autres pourraient carrément accrocher !)… L’autre point c’est bien la complexité des compos : des structures barrées au possible passant de riffs acoustiques (l’intro de « Cancer Eater » est proprement magnifique) à des accélérations grind/death ‘n’ roll (« American Sheets On The Deathbed ») ! Enfin la production proposée ici, embellit fort bien ce sentiment de chaos sonore, privilégiant un son extrêmement sale mais puissant ! Encore du très bon boulot de Steve Albini (vous savez le monsieur qui a produit In Utero de Nirvana et Surfer Rosa des Pixies), qui offre un son en totale adéquation avec la musique de Zao !

Heureusement pour nous, ce capharnaüm musical regorge de quelques hits comme si sait bien le faire Zao ! Je pense à (attention les titres sont longs !) « Everything You Love Will Soon Fly Away » au riff leitmotiv complètement entêtant ; « It's Hard Not To Shake With A Gun In Your Mouth » (qui n’aurait pas fait tache sur un album de screamo) au splendide refrain au chant clair et au break acoustique très proche d’un Poison The Well ; la sur vitaminée et très punk/rock « Killing Time 'Til It's Time To Die » (quel solo !) ou encore « American Sheets On The Deathbed » et ses passages jouissifs à la double ! Bien évidemment, ce The Fear Is What Keeps Us Here n’échappe pas aux défauts : malgré un côté barré assez significatif, impossible de pas trouver que les compos sont bien trop inégales et s’essoufflent trop vites, plongeant rapidement l’auditeur dans un profond ennui…Vous ajoutez à çà la voix quasi-insupportable de Daniel et vous comprendrez qu’écoutez l’album d’une traite se veut un effort herculéen ! Malheureusement ne connaissant pas la discographie du groupe, je ne peux dire si Zao s’enfonce ou si il a sorti un album synonyme de lueur d’espoir car il faut bien avouer que l’album comporte son lot de riffs et de passages prenant !

Au final on se retrouve avec un album bien efficace mais qui doit s’écouter à petites doses sous peine de balancer le cd par la fenêtre (la faute à ce côté chaotique et à une voix assez horripilante)… Zao arrive tout de même à nous offrir une musique relativement riche et extrêmement prenante sur certains passages. C’est pas tout çà mais je vais me pencher immédiatement sur le reste de leur discographie : honte à moi !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
12/01/2019 09:15
Quant à moi je connais très peu du reste mais j'aime beaucoup celui-ci, bien plus que le reste de ce que j'ai essayé.
InnerDam citer
InnerDam
12/01/2019 00:49
Je redéterre le bordel, juste pour dire que c'est dommage que le seul album chroniqué ici de cet énorme groupe de hardcore soit une de leur plus grosse daube.
J'avais déjà laché l'affaire avec leur album eponyme et pourtant ça remonte à 2001.
Ecoutez "Liberate Te Ex Inferis" et "Where Blood and Fire Bring Rest" tous deux sortis en 98 et là on touche à du très très lourd...
Gothenburg citer
Gothenburg
02/07/2006 16:26
Zoa est vraiment un groupe difficile à cerner...
Et puis st'art work tout chelou là, avec la police inversé afin que ça soit le plus illisible possible... que du bonheur Gros sourire
Mitch citer
Mitch
30/06/2006 18:53
note: 7/10
Ouaip c'est le même chanteur.
Manumal citer
Manumal
30/06/2006 13:38
note: 10/10
Un peu déçu par cet album ,il faudrait que je le réécoute pas mal de fois cela dit mais la voix , les instrus etc je sais pas mais je retrouve un zao bien changé après le chef doeuvre quest "The Funeral of God" ,c'est le même canteur au fait ?
Mitch citer
Mitch
30/06/2006 12:41
note: 7/10
zurb a écrit : Ne connaissant pas encore le disque je trouve ta chronique juste (par rapport à ta position) mais alors pourquoi mettre une note?

Si on ne devait noter que les groupes qu'on connaît (du premier album au dernier), je pense qu'il n'y aurait pas beaucoup de notes. Clin d'oeil

Sinon j'imagine que Zao a quelques hits à son actif (avec 9 albums ya pas de raison) Clin d'oeil
citer
zurb (invité)
30/06/2006 11:53
Mitch, je comprend pas, tu dis: "pas franchement évident de chroniquer l’un des pionniers du metal/hardcore américain, surtout lorsqu’on ne connaît absolument pas leurs précédents opus" & "Malheureusement ne connaissant pas la discographie du groupe" puis après tu écris "ce capharnaüm musical regorge de quelques hits comme si sait bien le faire Zao". Je trouve ce jugement un peu bizzare... De plus, comme tu dis, pas forcéement évident de chroniquer un disque sans connaître toute l'évolution de l'artiste, surtout quand il s'agit de Zao, qui ont eu des changement de line-up, de son et de sytle très différents disques après disques. De plus Zao est très variable dans la qualité de ces opus. Ne connaissant pas encore le disque je trouve ta chronique juste (par rapport à ta position) mais alors pourquoi mettre une note?
Tim citer
Tim
30/06/2006 9:20
Trop eu du mal à rentrer dans cet album, la voix est vraiment un gros frein et la prod fait limite bordel.A trop vouloir faire une prod originale on en arrive à ces extremes...La voix est limite inaudible (dans un sens tant mieux !!!), mais on ne peut enlever le talent des musicos...
M'en vais réécouter Dillinger moi...
Mitch citer
Mitch
29/06/2006 18:43
note: 7/10
Déjà dans les bacs.
Quatres titres écoutables sur leur page Myspace Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zao
Post-Hardcore/Metal
2006 - Ferret Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (24)  6.81/10

plus d'infos sur
Zao
Zao
Post-Hardcore/Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Cancer Eater
02.   Physician Heal Thyself
03.   Everything You Love Will Soon Fly Away
04.   It's Hard Not To Shake With A Gun In Your Mouth
05.   Kingdom Of Thieves
06.   Killing Time 'Til Its Time To Die
07.   There Is No Such Thing As Paranoia
08.   Purdy Young Blondes With Lobotomy Eyes
09.   My Love, My Love (We've Come Back From The Dead)
10.   American Sheets On The Deathbed
11.   A Last Time For Everything

line up
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Defecrator
Abortion of Humanity
Lire la chronique
Sabïre
Gates Ajar (EP)
Lire la chronique
Örmagna
Örmagna
Lire la chronique
Vargrav
Reign In Supreme Darkness
Lire la chronique