chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Brodequin - Instruments Of Torture

Chronique

Brodequin Instruments Of Torture
Brodequin est un groupe qui nous vient Knoxville dans le Tennessee. Ce trio, formé en 1998 est composé des 2 frères Bailey : Michael et Jamie respectivement à la guitare pour l’un et à la basse et au chant pour le second. A la batterie officie Chad Walls surnommé Cap’tain Killdrums (surnom qui sera expliqué plus tard) venant de Besieged & Enter Self. Après une démo de 4 titres, le groupe entre en studio pour son premier véritable album chez Ablated Records. Après ces quelques lignes biographiques, passons à la minute historique de Thrashocore (comme quoi on peut s’instruire en lisant des chroniques).

D’où vient le nom de Brodequin ? Un brodequin est un instrument de torture utilisé en France pendant les XVIeme et XVIIeme siècles. Cet objet est destiné à infliger une douleur atroce aux jambes de celui que l’on torture : la jambe (voire même les 2) est placée dans une sorte de gouttière en bois dans laquelle on insère des cales (en bois ou en acier) avec un marteau afin de compresser la jambe dans le brodequin. On commence par les genoux, pour terminer avec les pieds. Inutile de préciser qu’au bout d’un moment les os de la jambe éclatent et qu’une longue douleur insoutenable s’en suit. Désireux de voir à quoi ressemble ce magnifique objet, rendez-vous ici. Le groupe se détache de la scène death traditionnelle car ses paroles ne sont pas axées sur le sang, la tripaille ou « Satan, mon bon, casse ma belle planète ! ». Le concept de Brodequin parle d’Inquisition mais aussi des diverses tortures et autres exécutions infligées en ces temps reculés. De plus, Jamie est passionné d’histoire et dispose même d’un diplôme en la matière.

Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses. Brodequin fait l’effort de développer son propre style dès son premier album. Des riffs simples du calibre de Six Feet Under et qui rentrent facilement en tête. Pas de solos, le minimum syndical, le tout posé sur des rythmiques ultra rapides. Mais la première fois qu’on écoute Brodequin, on a plutôt l’impression d’entendre un steak haché qui cuit avec un porc qu’on égorge. La production est ignoble, les guitares étouffées grésillent, la caisse claire est surmixée et le chant recouvre bien souvent la musique. Le chant, un point noir sur cet album, il est beaucoup trop guttural. A certains moments on se demande s’il dit des paroles ou si c’est un « gruik » ininterrompu.

Mais à force d’écouter, encore et encore, on commence à comprendre les riffs et à « s’acclimater » au siphon Jamie Bailey. La production et le mixage contribuent à créer un véritable mur de son. Une fois ce mur percé on découvre une musique implacable, portée par un batteur ultra rapide : Captain Killdrums. Un véritable faucon millénium de la caisse claire mais qui sait varier son jeu avec des breaks bien lent, des accélérations fulgurantes ainsi qu’une utilisation déraisonnée de cymbale chinoise. Les ralentissements sont classiques, parfois ils pourraient être perfectibles car ils cassent le rythme. On varie les plaisirs, du bon vieux binaire aux quelques mid-tempos moshisants.

Certains titres se détachent comme « The Virgin Of Nuremburg » et son intro inquisitoire. Le riff est catchy, accrocheur, saupoudré de quelques bons ralentissements et de passages rapides made in Captain Killdrums. A certains moments le chant recouvre la musique et certains passages marchent sur le fil entre bordel immonde et musicalité extrême. Le format est très court, on reste sous la barre des 3 minutes. Brodequin ne fait pas de détails, c’est de l’expédier vite fait (et bien fait) car les quelques 25 minutes de l’ensemble passent relativement vite tout en prenant soin de laisser quelques traces de tortures auditives.

Pour conclure, ce Instruments Of Torture est l’album qui pose les bases du style Brodequin : un mélange entre death & grind (pour le côté simpliste des riffs et des compos), une musique implacable sans être linéaire, aussi brutale qu’une estrapade (certains blasts sont dévastateurs) et aussi efficace que le supplice de la roue. Malheureusement, la production bride les compositions, le chant est largement perfectible et le mixage sent la poussière de l’Inquisition espagnole. Mais la suite va s’empresser d’améliorer tout ça.

A noter qu’Instruments Of Torture était une autoproduction avant de sortir chez Ablated. Il a été réédité en 2003 sur le label de Mike Bailey : Unmatched Brutality avec 2 bonus tracks : « From The Anatomical Deeps » (reprise de Dead Infection) et « The Garotte ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
29/08/2006 12:59
Cool la photo de l' instrument de torture, je savais pas ce que c' était...

J' ai vu sur une vidéo le batteur, et putain c' est clair qu' il a une façon assez particulière de blaster et ça le rend certainement encore plus rapide!

Sinon le chant est trop linéaire (gruuiiiiikkk!) mais musicalement c' est pas si bourrin, ça passe.
yoyo citer
yoyo
27/08/2006 19:56
captain killdrums a l'un des blast les plus rapide de la scène, si ce n'est le plus rapide
Keyser citer
Keyser
27/08/2006 19:52
Tu peux le mettre directement en lien ton m3u, il sera pas téléchargeable mais il pourra être lu Clin d'oeil

Euh sinon j'ai jms été un grd fan de Brodequin, tout est trop linéaire. Ca va 5 minutes quoi mais pas plus!
GanjannibaL citer
GanjannibaL
27/08/2006 19:19
note: 9/10
Vraiment un très bon album, bonne chronique également, ca détruit tout !
Scum citer
Scum
27/08/2006 18:41
note: 7/10
Le reste de la discographie suivra sous peu Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brodequin
Death metal inquisiteur
2000 - Ablated Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (3)  7.83/10

plus d'infos sur
Brodequin
Brodequin
Ultra brutal death metal - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Spinning In Agony
02.   Soothsayer
03.   Ambrosia
04.   The Virgin Of Nuremburg
05.   Duke Of Exeter
06.   Infested With Worms
07.   Burnt In Effigy
08.   Strappado
09.   Hollow
10.   Feast Of Flesh

Durée totale : 25'02

line up
voir aussi
Brodequin
Brodequin
Prelude To Execution (EP)

2003 - Unmatched Brutality
  
Drowning / Brodequin / Aborted / Misery Index
Drowning / Brodequin / Aborted / Misery Index
Created To Kill (Split-CD)

2001 - Bones Brigade Records
  
Brodequin
Brodequin
Festival Of Death

2001 - Unmatched Brutality
  
Brodequin
Brodequin
Methods Of Execution

2004 - Unmatched Brutality
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique