chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Napalm Death - Smear Campaign

Chronique

Napalm Death Smear Campaign
Encore (et déjà !) un nouveau Napalm Death ! A peine un an après « The Code is Red… », nos grindeux préférés reviennent avec une nouvelle cargaison de brutalité qu'on sait d'avance joussive et blastante ( ?) à souhait. S'il y a bien un groupe qui ne m'a plus déçu depuis bien des albums, c'est bien Napalm Death, qui depuis « Enemy of the Music Business » est redevenu le groupe emblématique qu'il était à ses débuts, furieux, engagé et tout simplement génial sans avoir à se forcer aucunement.

Comment pourrait-on être déçu avec cet album ? Moi qui l'était pourtant un peu à l'écoute de son prédécesseur, non pas mauvais mais manquant un poil d'inspiration (avis perso que je n'ai retrouvé nulle part ailleurs, tout le monde semblant encenser leur livraison de l'année dernière… mais je maintiens que c'est l'album « récent » que j'écoute le moins souvent chez ND), je ne suis pourtant parti sans aucun à priori sur ce « Smear Campaign », qui tout en étant un peu similaire à « The Code is Red… », ressort de la comparaison vainqueur par KO.

La courte intro « Weltschmerz » qui lance l'album est le pendant de « Morale » qui concluait l'album précédent, et permet de faire le lien entre ces deux albums sortis à peu d'intervalle. L'ambiance lourde du titre rappelle presque l'époque de « Fear Emptiness Despair », avec cette mélodie sinistre qui tranche avec ce qui s'ensuit, à savoir le démarrage en trombe de « Sink Fast, Let Go » : du blast, Mitch Harris qui hurle, et enfin notre grandissime Barney qui le rejoint pour un titre fortement surboosté. A peine une petite minute de blast et autres s'est-elle écoulé qu'on arrive sur un riff magistral, dont seul ND a le succès ; et c'est parti pour un break à la rythmique plombée qui ne peut que faire travailler les cervicales des gens de bon goût. Sans vouloir faire une énumération trop longue de passages marquants, je retiens quand même un certain nombre de riffs absolument énormes, qui montrent que ND n'a pas perdu sa science du riff : « Fatalist » à 1min47, ce gros break qui rappelle celui du titre précédent et qui me fait heabanguer alors que j'écris cette chronique ; le riff d'intro de « Freedom is the wage of Sin », qui me fait penser à l'époque de « Words from the Exit Wound ; « in Deference », certainement l'un des meilleurs titres de l'album, et ce passage à 1min25 absolument énorme ; 2min28 sur « Short Lived » ; 1min14 sur « Deaf and Dumbstruck »… n'en jetez plus, c'est du grand Napalm.

Bref pour moi c'est clair, « Smear Campaign » balaie totalement son prédécesseur, qui n'était déjà pas dégueu pour un sou. Je retiens surtout ici la magie retrouvée du groupe, avec un Barney toujours aussi enragé, peut être même plus qu'auparavant, c'est d'ailleurs à peine croyable sur « Puritanical Punishment Beating » tant le Gargantua du Grind est déchaîné ! Des titres tous aussi excellents, marquants et dans la pure tradition de ND, avec quelques petits clins d'oeils aux précédents albums comme le « hit » « When All is Said and Done », qui fait penser à « Necessary Evil » de par son coté accrocheur, si ce n'est qu'ici on a en plus droit à une grosse accélération en plein milieu. Le coté rouleau compresseur n'est pas mis de coté, avec des titres qui s'enchaînent et prennent systématiquement à la gorge, pas le temps de souffler sur le duo « Warped Beyond Logic » / « Rabid Wolves (For the Christ) » notamment.

ND a développé au fil des années un certain goût pour des « expérimentations » (terme à prendre avec des pincettes quand même) : c'est pourquoi on ne s'étonne pas de retrouver Anneke de The Gathering (vous avez bien lus) sur l'excellent « In Deference », ou elle fait un spoken-word avant de peupler de son chant fantomatique la fin du titre. Cette unique collaboration (contrairement aux nombreux featurings du précédent album) me faisait un peu peur, et pourtant rien à redire le morceau est fantastique et sublimé par l'apport vocal de la chanteuse. J'ai un peu plus de mal avec l'essai de chant « clair » de Barney sur « Persona Non Grata », mais bon c'est très léger et tant mieux.
Bon, que dire de plus après tout ça, ND est grand, l'a toujours été et le restera. Moi qui étais peut être le seul déçu par « The Code is Red… », j'ai retrouvé la foi avec ce « Smear Campaign », qui au regard de la discographie du groupe fait rêver tant le niveau de qualité comparativement au nombre de sorties est impressionnant. Avec des albums de cette trempe, ND n'a plus rien à prouver à personne, si ce n'est qu'il est l'un des tous meilleurs groupes de son genre et de sa génération. J'attends déjà le prochain avec impatience !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
04/01/2010 17:35
Je découvre peu à peu la période grind du groupe et j'adhère !

celui-ci a l'air moins punk que le précèdent et les mid tempo sont ravageurs !

Par contre, personne ne parle de l'hommage que fait le groupe à Celtic Frost (première période) alors que c'est criant sur "Identity Crisis" (OUH !) !
cglaume citer
cglaume
10/07/2007 22:24
note: 8/10
'a y est, je le maîtrise bien: il est varié, aventureux, tout en étant respectueux des fondamentaux ... la classe !
citer
Peleaub (invité)
04/10/2006 20:30
Trés bon album de ND,je le trouve superieur au precedent
Chri$ citer
Chri$
11/09/2006 19:35
note: 8/10
usinedelapeur.arnaud a écrit : La chronique me donne envie et est excellente, mais pourquoi seulement 8.5? Car quand on lit ta chronque, tout semble presque parfait, alors je pensais que tu aurai mis au moins 9/10.


parce que j'ai mis 9 à "Ennemy of the Music Business" et 9,5 à "Order of the Leech", vu que ces deux là sont proches du cultissime, ça laissait peu de marge niveau note Moqueur
mais des fois j'ai envie de mettre 9 à toute leur discographie et basta, ça serait tellement plus simple!

faudra que je l'achète aussi de toute façon, histoire d'entendre les deux bonus tracks et d'avoir les paroles de Barney... ND m/
usinedelapeur.arnaud citer
usinedelapeur.arnaud
11/09/2006 12:03
Je n'ai aucun album de Napalm Death, mais je commence à me pencher sur ce groupe mythique et c'est vraiment excellent.

La chronique me donne envie et est excellente, mais pourquoi seulement 8.5? Car quand on lit ta chronque, tout semble presque parfait, alors je pensais que tu aurai mis au moins 9/10.

Je pense que ça va être le premier album de ce groupe que je vais acheter et avec grand plaisir. Donc je viendrais donner mon avis.
Niktareum citer
Niktareum
11/09/2006 11:48
RAAAAAAAAAHHHH...j'en peux plus de l'attendre!!!! (quoi je radote?...)

Sinon tout d'abord je dois dire que je partage un peu ton avis sur "The code is red...", je l'aime beaucoup (comme tous les ND, car franchement je suis incapable de trouver un seul album de ND que je n'aime pas!) mais c'est vrai que c'est aussi celui des derniers que j'écoute le moins. Pourtant je l'ai réécouté avec grand plaisir il y a peu, mais c'est vrai que je lui préfère par exemple "Order..." avec ses riffs absolument monumentaux!! :bow:

Ensuite ta chro ne fait que décupler mon impatience car quand je vois que tu parles de riffs dont seul ND a le secret (et non pas le "succès" ;-D), j'imagine bien ce que c'est et j'en bande déjà!!

Et enfin je dois dire que les 2 titres nouveaux auxquels nous avons eu droit au Brutal Assault m'avaient vraiment paru énormes!! (y'avait pas eu "When all is said..." mais 2 autres) avec des putains de riffs! Et Barney en effet m'a paru encore plus hargneux qu'à l'habitude, c'est pas peu dire!!

Bref vivement que je l'ai entre les mains cici!!

ND is great, long live ND!!!! m/
Chri$ citer
Chri$
10/09/2006 20:34
note: 8/10
cette perle sort le 18 septembre, en édition digipak avec 2 bonus (visibles dans la tracklist ci-dessus)

et sinon "When All is Said and Done" est écoutable en streaming ICI

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Napalm Death
Grind / Death
2006 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (22)  7.82/10
Webzines : (30)  8.48/10

plus d'infos sur
Napalm Death
Napalm Death
Death Metal - 1981 - Royaume-Uni
  

vidéos
When All Is Said And Done
When All Is Said And Done
Napalm Death

Extrait de "Smear Campaign"
  

tracklist
01.   Weltschmerz (Intro)  (01:28)
02.   Sink Fast, Let Go  (03:23)
03.   Fatalist  (02:51)
04.   Puritanical Punishment Beating  (03:26)
05.   When All Is Said and Done  (03:01)
06.   Freedom Is The Wage Of Sin  (03:09)
07.   In Deference  (03:14)
08.   Short-Lived  (03:06)
09.   Identity Crisis  (02:44)
10.   Shattered Existence  (03:11)
11.   Eyes Right Out  (03:12)
12.   Warped Beyond Logic  (02:00)
13.   Rabid Wolves (For Christ)  (01:24)
14.   Deaf and Dumbstruck (Intelligent Design)  (02:46)
15.   Persona Non Grata  (02:47)
16.   Smear Campaign  (03:20)

Durée : 45:02

line up
parution
18 Septembre 2006

voir aussi
Napalm Death
Napalm Death
Order Of The Leech

2002 - Feto Records
  
Napalm Death
Napalm Death
The Code Is Red... Long Live The Code

2005 - Century Media Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Breed To Breathe (EP)

1997 - Earache Records
  
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death (Split 7")

2012 - Autoproduction
  
Napalm Death
Napalm Death
Apex Predator - Easy Meat

2015 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Koldborn
Koldborn
The Uncanny Valley

2006 - Listenable Records
  
Cyanic
Cyanic
Litanies Of Lust Unholy

2012 - Ghastly Music
  
Fun At The Morgue
Fun At The Morgue
Massoula (EP)

2013 - Autoproduction
  
Misery Index
Misery Index
Traitors

2008 - Relapse Records
  
Implore
Implore
Subjugate

2017 - Century Media Records
  

Bryan Eckermann
Plague Bringers
Lire la chronique
Angel Witch
Angel of Light
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
The Thule Grimoires
Lire la chronique
The Body / Big Brave
Leaving None but Small Bird...
Lire la chronique
Dream Theater
A View From The Top Of The ...
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
À Terre
Notre Ciel Noir (EP)
Lire la chronique
Worm
Foreverglade
Lire la chronique
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique