chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Celtic Frost - Monotheist

Chronique

Celtic Frost Monotheist
Jusqu'à présent, j'ai toujours pensé que Celtic Frost n'était qu'un nom cité par bon nombre de groupes à la musique diamétralement opposée, un groupe sans intérêt qui avait juste eu la chance d'apparaître au bon moment, un peu comme Venom (je vais me faire des amis). Une écoute de ce Monotheist plus tard, c'est tout un monde de certitudes, de préjugés et de convictions qui s'effondra. J'exagère un tantinet, mais l'idée est là : je suis tombé des nues, et j'ai encore du mal à m'en remettre.

Alors que je ne m'attendais qu'à un Heavy Metal bête et méchant, Monotheist me proposait en réalité un métal lourd, dans une ambiance glaciale, joué plus ou moins rapidement. C’est en écoutant cet album que je me suis rendu compte de l’influence qu’a pu avoir Celtic Frost sur la scène métal actuelle. Plus encore, c’est en les voyant au Hellfest que cette impression s’est confirmée : les voir jouer après trois jours de groupes métal, ça donne tout d’abord l’impression que Celtic Frost pompe tous ses plans sur les groupes actuels. Sauf qu’en réalité, c’est l’inverse.

Bref, revenons à ce Monotheist. Progeny et Ground ouvrent le bal, dans un registre pachydermique, sombre et thrashisant. La musique est toute à fait linéaire, presque pauvre, mais pourtant hypnotique, et même incantatoire. Cependant, leur unique rôle est de nous faire entrer dans l’ambiance de ce disque, et surtout de nous amener au grand, très grand A Dying God Coming into Human Flesh. Tout simplement l’un des meilleurs morceaux de cette galette. Le morceau se veut être une lente évolution, une hymne mortuaire même, collant à la perfection aux paroles. L’écoute de ce morceau vous donne réellement l’impression d’assister à l’incarnation d’un être supérieur dans un homme, et ce grâce à l’introduction acoustique, aux paroles mi-susurrées mi-hurlées. L’apparition d’une voix claire fantastique y est également pour beaucoup dans l’ambiance de ce morceau.

Après A Dying God Coming into Human Flesh, le niveau de l’album ne tombera pas plus bas. Juste après vient Drown in Ashes, avec une chanteuse envoûtante et mélancolique, morceau qui se trouve être le premier duo homme/femme sur cet album, le second étant Obscured. Dans un esprit totalement Doom, les deux voix se marient à merveille pour créer une ambiance toute à fait déprimante. Pour Obscured, c’est à peu de chose près pareil, en beaucoup plus touchant, à tel point que, je n’ai pas peur de le dire, j’ai versé ma larme à l’écoute de ce morceau pour la première fois. Ce morceau est également construit comme une progression, une évolution plutôt, mais au niveau de l’intensité, pour aboutir à un final dépressivement beau. Assurément le morceau le plus éprouvant pour nos nerfs, certainement dû à l’envolée vocale finale d’une somptueuse tristesse.

Il ne faut pas oublier la présence de morceau beaucoup moins niais si j’ose le dire, plus burnés tout en étant aussi sombre. Je pense à un morceau comme Os Abysmi vel Daath, dans un registre thrash pachydermique, avec ses cors (c’est la mode en ce moment ou bien ?), et ce break totalement dantesque, ou seul un grondement infernal ne subsiste, tel la venue de l’Apocalypse de St Jean sur Terre. Il est tentant de citer également Temple of Depression (sur l’édition digipack) ou Ain Elohim, mais dans ce cas, il faudrait citer tous les morceaux, chose que j’ai dû faire si on lit bien la chronique jusqu’ici. Ah non, j’ai oublié de mentionner le « Tryptich », c'est-à-dire les trois derniers morceaux de l’album, qui forment une œuvre dans l’œuvre, avec son identité propre et une cohésion parfaite. Complètement sombre est ce trio (voilà que je parle comme Yoda moi, ça va plus), et c’est Totengott qui nous le prouve, ayant un rôle introductif, avec ses vocaux black totalement impressionnants, pour débouler sur Synagoga Satanae, la pièce maîtresse de l’album (14 minutes s’il vous plait) ; assurément le morceau le plus angoissant, le plus travaillé, avec ses chœurs, ces voix croisées, ces… oh et puis merde, je vais pas tout vous dévoiler, vous risquez de ne plus avoir besoin d’écouter l’album après ceci, tellement ma description aurait rendu justice au morceau.

Si je devais formuler un reproche à cet album, ce serait cette influence « thrash » que je n’ai pas cessé de ressentir sur des morceaux comme Progeny , Ground ou Domain of Decay. Cela n’est pas thrash à proprement parler, mais étant donné que ce n’est ni tout à fait heavy, ni tout à fait doom, ça coince, pour ma part, et ça empêche de bien s’imprégner de l’atmosphère du disque. Néanmoins, cela ne gâche pas l’écoute car chacun de ces morceaux comportent des subtilités relativement appréciables. Et puis, il faut quand même que je mentionne le final, Winter (Requiem, Chapter Three : Finale – s’il vous plait). Comment ne pas succomber à cette orchestration mélancolique ? Non vraiment, même si vous n’aimez pas Celtic Frost, écoutez cette pièce. Bon voilà, la chronique se termine, et je ne sais pas comment conclure. Je propose donc de terminer sur une petite devinette :

Quel animal fait niok niok ?
Un dranak.

Merci, au revoir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
03/05/2018 21:55
xjieffx a écrit : dantefever a écrit :


Par contre, je suis le seul à y trouver un feeling indus dans les riffs et les ambiances par moments ? Je dis ça alors que je hais l'indus, du coup ça me fait bizarre. Et je ne parle pas des grosses influences cold wave ou goth rock à la Sisters of Mercy, mais vraiment du rendu sonore des instruments et de la manière de faire sonner les riffs


Un peu comme sait si bien le faire Godflesh en fait....


J'ai encore jamais écouté Godflesh, faut que je le fasse ...
xjieffx citer
xjieffx
03/05/2018 21:12
dantefever a écrit :


Par contre, je suis le seul à y trouver un feeling indus dans les riffs et les ambiances par moments ? Je dis ça alors que je hais l'indus, du coup ça me fait bizarre. Et je ne parle pas des grosses influences cold wave ou goth rock à la Sisters of Mercy, mais vraiment du rendu sonore des instruments et de la manière de faire sonner les riffs


Un peu comme sait si bien le faire Godflesh en fait....
dantefever citer
dantefever
03/05/2018 19:34
Album monstrueux comme on en voit peu. Il a quelque chose d'indicible ce truc, on arrive pas à mettre des mots sur le fait que des accords thrash/doom très simples arrivent à susciter autant d'émotion et de noirceur.

Par contre, je suis le seul à y trouver un feeling indus dans les riffs et les ambiances par moments ? Je dis ça alors que je hais l'indus, du coup ça me fait bizarre. Et je ne parle pas des grosses influences cold wave ou goth rock à la Sisters of Mercy, mais vraiment du rendu sonore des instruments et de la manière de faire sonner les riffs
Invité citer
Maniac
06/01/2014 16:49
Ecouter Into The Crypts Of Rays (Du Motorhead, Venom compilé)
Ikea citer
Ikea
18/10/2009 22:21
note: 9.5/10
Je l'avais pas encore noté celui-là.

Un album noir comme le trou du cul de SATAN.

WORSHIP
Yz citer
Yz
27/09/2006 0:56
note: 9.5/10
Dans mon top 3 de l'année c'est certain! j'attendais absolument rien de cet album connaissant juste ce groupe de nom. Je m'attendais a du vieux black thrashisant et en fait je me suis pris une putain de baffe!! quelle amiance dans cet album c'est hallucinant. Je préfère les titres plus calmes sauf "My domain of decay" dont le riff principal est ENORME. En plus la prod est parfaite (le son de guitare ahhh), et les différents chants sont parfaitements utilisés.
Presque tout les titres sont géniaux... sombres et mélancoliques, franchement pour moi cet album est un chef-d'oeuvre.

@Krow: moi aussi j'ai versé ma larme sur Oscured, j'espère que tu te sens moins seul mtn Clin d'oeil haha.
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
26/09/2006 9:29
L'influence thrash revient aux origines du groupe. Ce n'était pas aussi doom avant. Après peut-être que ça ne rentre pas dans l'esthétisme de l'album mais ça fait partie de l'identité du groupe.
Christliar citer
Christliar
25/09/2006 22:57
Il pulvérise tout, cet album... J'entend parler de Celtic Frost depuis le début que j'écoute du metal, c'ets la première fois que ej me penchais sur le cas des suisses. Il faut dire qu'ils avaient également fait très très mal au Wacken !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Celtic Frost
Thrash/Black/Doom
2006 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (41)  8.72/10
Webzines : (36)  8.28/10

plus d'infos sur
Celtic Frost
Celtic Frost
Thrash/Black/Doom - 1984 † 2008 - Suisse
  

vidéos
A Dying God Coming Into Human Flesh
A Dying God Coming Into Human Flesh
Celtic Frost

Extrait de "Monotheist"
  

tracklist
01.   Progeny
02.   Ground
03.   A Dying God Coming Into Human Flesh
04.   Drown In Ashes
05.   Os Abysmi Vel Daath
06.   Temple Of Depression (bonus)
07.   Obscured
08.   Domain Of Decay
09.   Ain Elohim
10.   Totengott
11.   Synagoga Satanae
12.   Winter (Requiem, Chapter Three: Finale)

line up
Album de l'année
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique