chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Panzerchrist - Batalion Beast

Chronique

Panzerchrist Batalion Beast
Panzerchrist est, vous vous en doutez sûrement, un groupe de poètes. Voyant une frêle rose gorgée de rosée au petit matin, sous un léger rayon de soleil encore embrumée d’une nuit humide… le groupe a sans aucun doute la main verte, se baissant délicatement… sur le levier de vitesse du Panzer Z-320 afin de mettre en route le mastodonte et d’écraser sans pitié roses, herbes et promeneurs du dimanche si possible. Panzerchrist, faut pas les faire chier, sinon la déferlante Danoise déboule dans ton salon, et nul doute que les voisins apprécient rarement la vue d’un canon dépassant de la fenêtre donnant sur la cour intérieure…

Trèves de blagues pas drôles et de métaphores dépassées, « Bataillon Beast » est le 5ème obus des Danois, et une sacrée baffe (une de plus) pour tout amateur de Death en quête de nouvelles sensations. Ayant déjà entendu quelques titres des anciens albums, je n’avais pas souvenir d’affinités si perceptibles avec le Black, or il s’avère que cet album fricote beaucoup avec quelques sonorités de cet univers. Tout commence par les vocaux de Bo Summers, le beugleur de Illdisposed, dont je connaissais essentiellement le chant guttural, et qui se révèle ici un excellent hurleur dans les sonorités plus éraillées du black. L’ajout récent d’une claviériste au groupe confirme l’inclinaison mixte de Panzerchrist, même si la base reste pleinement et brutalement Death. Panzerchrist a vu défilé nombre de batteurs, mais celui qui semble être le plus « stable » et également le plus sollicité en dehors du groupe, c’est bien Reno Kiilerich, qui officie également au sein de Dimmu Borgir (ou officiait, j’avoue ne plus trop suivre les incessants changements de line-up là bas). Remarqué pour avoir battu un record de vitesse à la double pédale, il faut avouer que son style de jeu colle parfaitement à Panzerchrist, ou le principe est je le rappelle d’annihiler totalement toute résistance de l’auditeur en simulant le mieux possible une attaque de chars (un peu comme dans Command & Conquer, ou la stratégie de la mission 1 à la 22 revient toujours à construire davantage de chars que son adversaire).

Cette simulation auditive repose sur un tapis, que dis-je, un mur de son, qui suppose une double pédale très active. Mettez les basses à fond, ouvrez grand les fenêtres, et regardez un peu la tête des passants. Pas de doutes, Reno Killmerich n’a pas usurpé sa réputation, et le mixage fait honneur à ses pieds bioniques. Passé cette considération purement sonore, reste à voir ce que valent les riffs qui accompagnent ce déferlement de blasts et de BPMs pédestres.
Et c’est là que cet album en vient à mériter sa très bonne note, car il est difficile de nier la qualité des nombreux riffs, solos et autres mélodies qui occupent cet album. Tirant souvent vers le Black (« The Lean Black Cruisers », « He is Dead Who Will Not Fight », « War in the North »), tout en gardant un aspect mélodique très recherché (mais pas mélodieux, nuance), le travail de composition au niveau des riffs est tout simplement remarquable. Les influences Death ne sont pas en reste, certains titres étant marqués par quelques riffs génialissimes malgré leur simplicité (le Vaderien « The Gods they do not give us long », « Lumps of Rotten Clay »)… et dans tout cela, que vient faire la claviériste me direz vous ?

A part donner un peu de charme aux photos du groupe, elle fait heureusement bien davantage que de la simple figuration en apportant sur des titres comme « War in the North », « Spirit of the Soldiers » ou « Flame of the Panzerchrist » un ajout significatif en terme d’ambiances. Ces titres bénéficient à ce titre d’introductions excellentes, et sont accompagnés dans leur construction de cette touche discrète et jamais trop visible de nappes de claviers aériennes. Cela peut sembler bizarre sur le papier, quand on se rappelle qu’on traite quand même d’un groupe censé être massivement brutal et dévastateur, mais l’alliance des deux approches passe parfaitement bien, et quitte à perdre un peu en brutalité au départ, on gagne en richesse sur le fond.
Et histoire de rester toujours aussi dithyrambique au sujet de cet album, qui a pourtant mis du temps à me convaincre, je suis toujours aussi étonné de la qualité et de la cohérence des quelques passages mélodiques qui s’insèrent sans difficulté dans des compos très brutales au départ. C’est ainsi que le break atmosphérique à 2min53 sur « The Lean Black Cruisers », suivi d’un solo très mélodique, passe étrangement bien, malgré le décalage avec la brutalité du reste du titre. Idem pour le tapping d’entrée de jeu sur « Infant’s Graves », peut être sonnant plus obscur et donc plus simple à incorporer au titre, qui reste là aussi bien brutal.

Bref, Panzerchrist réussit le pari d’être à la fois massif, lourd, destructeur… et mélodique et même un poil atmosphérique sur quelques passages. Toutes les compos se valent en qualité, et l’aspect black de plus en plus prononcé au fil de l’album ne gêne en rien la cohérence de l’album, de même que les quelques mélodies. Bref, rien à redire ici, tout comme on pouvait parler de victoire quand Canard WC arrivait à déboucher mes toilettes, j’ai bien envie de dire « encore une victoire pour Neurotic Records ». C’est sans doute moins classe dit comme ça, mais fort à propos après le dernier Spawn of Possession qui tendait déjà très fort à finir dans les meilleurs albums de l’année…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
19/10/2014 15:13
note: 8/10
Bon album que je découvre que maintenant (la batterie m'avait rebuter à l'époque).

Un peu de mal au début avec les claviers qui prennent beaucoup d'importance sur la seconde moitié de l'album, et certains titres me laissent un arrière goût d'inachevés (War In The North, Lumps Of Rotting Clay) ou de peut mieux faire (The Spirit Of Soldiers qui blaste qu'à deux reprises, grrr :/) sinon c'est du tout bon, en premier lieu The Lean Black Cruisers et Weep No More deux excellentes chansons de death/black!

Au passage ce n'est ni Bataillon Beast ni Batallion Beast le titre du bousin mais bien Battalion Beast, si si c'est écrit sur la cover. ^^

Et Flame Of The Panzerchrist est une reprise du groupe de Thrash Anglais Onslaught. (Excusé pour le coup cuz c'est même pas spécifié dans le livret...)
Christliar citer
Christliar
02/05/2009 23:14
Va vraiment falloir que je me penche sur leur cas, à ceux-là, tout les extraits sont monstrueux !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/02/2008 12:54
note: 9/10
Le groupe qui ringardise définitivement Bolt Thrower. Un album monstrueux !
Yz citer
Yz
22/10/2006 15:46
note: 8.5/10
Excellent album! une sortie majeure de 2006 Gros sourire
Evil_Nick citer
Evil_Nick
09/10/2006 09:22
Ah merde, depuis le temps que ce titre est en écoute sur leur site, je pensais qu'il était déjà sorti cet album. C'est pour ça que je l'ai pas trouvé chez mon disquaire Gros sourire J'aime beaucoup cette approche + black. Ca donne vraiment un côté malsain. Promis, la prochaine fois, je l'achète.
Mitch citer
Mitch
08/10/2006 20:46
note: 7.5/10
J'avais écouté quelques mp3 et j'avais beaucoup aimé! Je vais me pencher dessus! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Panzerchrist
Death / Black
2006 - Neurotic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (11)  8.27/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Panzerchrist
Panzerchrist
Brutal Death pas brutal - 1993 - Danemark
  

écoutez
tracklist
01.   The lean black cruisers
02.   The Gods they do not give us long
03.   He is dead who will not fight
04.   Infants' Graves
05.   Weep no more
06.   Flame of the Panzerchrist
07.   Lumps of rotting clay
08.   War in the north
09.   The spirit of soldiers

line up
parution
15 Octobre 2006

voir aussi
Panzerchrist
Panzerchrist
Room Service

2003 - Mighty Music
  
Panzerchrist
Panzerchrist
Regiment Ragnarok

2011 - Listenable Records
  
Panzerchrist
Panzerchrist
7th Offensive

2013 - Listenable Records
  
Panzerchrist
Panzerchrist
Soul Collector

2000 - Mighty Music
  

Essayez aussi
Khthoniik Cerviiks
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Impiety
Impiety
Kaos Kommand 696

2002 - Osmose Productions
  
The Wakedead Gathering
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Black Lyre

2016 - I, Voidhanger Records
  
Superior Enlightenment
Superior Enlightenment
The Great Obscurantism

2009 - Mankind's Demise Records
  
The Crown
The Crown
Eternal Death

1997 - Black Sun Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique