chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mumakil - Customized Warfare

Chronique

Mumakil Customized Warfare
Il est des groupes qui sont capables de vous détruire des clichés établis depuis très longtemps. Pour beaucoup de gens, la Suisse évoque des gens calmes qui parlent doucement, des horloges et du bon chocolat. Mais peu de gens iraient s’imaginer qu’il y a des musiciens qui aiment faire du bruit, qui aiment mettre l’aiguille des compteurs dans la zone rouge. Et parmi ces gens là, on compte Mumakil. Mumakil est le résultat de l’association de musiciens d’autres groupes de la scène helvète. En effet, on compte Jéjé le guitariste des défunts Nostromo et Taverne, bassiste de Knut. Rajoutez-y Seb, marteleur de fûts de chez Deceit et enfin Thomas, vocaliste de Stump Fucking et vous obtenez le quatuor le plus brutal de Suisse. Le groupe s’est formé en 2004 dans un but clair : « faut que ça envoie le bois ! ».

Et ce but est atteint l’année dernière avec la démo Brutal Grind Assault qui a vite été épuisée. Mais cet objet n’était qu’un avant-goût de ce Customized Warfare puisque les 12 titres de la démo ont été repris dans cet album soit au final 32 tueries pour 38 minutes. Avec un format pareil, on n’est pas trompé sur le produit. Mumakil joue du grind à l’ancienne. Et ce vite, haut et fort (certains diront très fort). Les fans de la vieille école, des Brutal Truth et autres Napalm Death vont être aux anges car ce Customized Warfare est le digne descendant des formations précitées.

Les 32 comptines pour enfants de ce Customized Warfare défilent à la vite du son. Du blast en veux-tu en voilà, des riffs incisifs et saccadés et surtout très peu de temps mort. Et ce qu’il y a d’absolument renversant avec cette galette, c’est que cette surenchère de violence est d’une part très compréhensible. L’enregistrement s’est fait sous la houlette de Jéjé dans son home-studio de Genève et le mastering a eu lieu au Cutting Rooms Studios en Suède (studio peu orthodoxe puisque des formations telles que Katatonia, Hypocrisy ou encore In Flames sont passées par là). Le son est donc ultra puissant, les guitares sont massives avec un léger grain évoquant Nostromo et les compos s’assimilent sans problème, ni effet secondaires.

Et l’autre fait renversant (si vous suivez toujours), c’est que ce torrent de brutalité est bien aéré. Pas par des passages atmosphériques ou par des vocaux féminins, mais plutôt par un gros feeling mosh qui m’a fait penser à Soils Of Fate ou Happy Face. Certains breaks transpirent la tuerie à fosse, ils sont très bien intégrés dans le peu de temps que durent les compos. Il y a d’ailleurs quelques titres basés uniquement sur un rythme pachydermique appuyé par un riff bien gras et puissant. Cela permet à cet album de ne pas passer pour une énième démonstration gratuite de brutalité. Les riffs font penser de temps à autres à Nostromo (comme c’est bizarre) pour le petit feeling rock’n’roll de temps à autre, mais aussi à Terrorizer (celui de 1989 je précise) avec des passages rapides très rythmés.

Ajoutez à toutes ces joyeusetés des changements de rythme très fréquents grâce à un excellent batteur. Des roulements dans tous les sens, pour repartir sur des blasts qui décalquent la figure dans les règles de l’art. Et du point de vue du chant, il y en a aussi pour tous les goûts, du bon vieux chant grind guttural de mammouth au « gruik » porcin à souhait en passant par un registre plus criard et arraché.

Donc si on récapitule bien : une production puissante et haine-orme, des influences au bon goût de Napalm (d’ailleurs il me semble qu’il se cache une reprise des terroristes sonores de Birmingham époque From Enslavement To Obliteration) et des compos détonantes font de ce de ce Customized Warfare un bon album de grind. Mais si ajoute un côté mosh digne d’un sprint entre brontosaures sous amphétamines (imaginez un peu la scène !), alors on tient un des disques grind phare de cette année 2006. Ils en ont de la chance chez Overcome Records de tenir 2 formations (nos suisses de Mumakil mais aussi nos bons grinders de Blockheads) qui nous ont décrassés les cages à miel cette année. Et ça, ça fait vraiment plaisir.

DOSSIERS LIES

Mumakil : Grind ta mère !
Mumakil : Grind ta mère !
Octobre 2006
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
18/09/2009 13:53
note: 8/10
Le 1er album de Mumakil propose un grind assez protéiforme variant la coloration des morceaux du pur grind old school aux vieux relents hardcore à une version plus franchement punk, injectant aussi bien du brutal death que des plan plus typés death morbid angeliens à l'ensemble, et adoptant parfois des riffs plus retors, parfois des plans lourds et dévastateurs. Pas mal de variations donc, et c'est tant mieux vu le format ! Un certains nombre de morceaux profite également de rares mélodies bien senties, ce qui – aidé en cela par les traditionnels samples de films (Sin City …) – fait de cette galette une bonne alternative à Nasum pour les oreilles sensibles comme les miennes qui n'ont pas pour habitude de se relever la nuit pour s'envoyer une dose de raw grind …
Satyr42 citer
Satyr42
06/06/2008 10:34
note: 8/10
Vraiment énorme... et en concert ça poutre !!
Yz citer
Yz
10/01/2007 01:35
note: 8.5/10
What a tuerie! mon album de grind de 2006 Sourire
citer
GRIND*666*INJECTOR
09/01/2007 20:32
MUMAKIL = WAR
citer
Cracra'Grind
01/11/2006 18:26
Enorme cet album! Du bon Grind Core à écouter et réécouter Moqueur
Keyser citer
Keyser
30/10/2006 20:03
note: 8/10
Enorme, une tuerie, joussif au possible, c'est bon, oh oui c'est bon, encore, vas-y, plus fort!!
GanjannibaL citer
GanjannibaL
30/10/2006 18:32
Juste la tuerie, faut pas chercher plus loin Sourire
citer
Julien aka master of puppets
30/10/2006 18:20
9/10, rien à foutre que ce soit original ! Le grind original c'est rare en même temps, et tant mieux ! Moqueur
La reprise de ND c'est Social Sterility je crois...

Vu 3 fois en concert, 3 très bons concerts, mais bon, vu le bagage des zicos, c'est normal !

Quelle année grind quand même, Blockheads, Ingrowing, Mumakil, ca fait plaisir !!!
Scum citer
Scum
30/10/2006 12:45
note: 8/10
Du son sur http://myspace.com/mumakil
pj666 citer
pj666
30/10/2006 12:08
Monstrueux en concert ce groupe !!
citer
Ruun
30/10/2006 10:54
Bah voila , du Grindcore .

Qu'est ce que l'on ressent à l'écoute de cet album ? Et bien que les ptits potes de Mumakil se sont incontestablement bien éclatés et qu'ils ont faient du bruit sur 32 titres , un deploiement d'énergie continue sur 40 minutes qui promet sur scène .
Bref , de l'originalité , il en manque cruellement , mais diable que c'est defoulant !
6,5 voir 7 / 10
@+
Evil_Nick citer
Evil_Nick
30/10/2006 10:05
note: 8.5/10
Tout à fait d'accord avec ta chro. Du grindcore sans prise de tête, ultra efficace et bien éxécuté. Le genre de truc que tu écoutes en boucle pour te défouler intelligemment. Dans mon top 10 de 2006 aussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mumakil
Grindcore
2006 - Overcome Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (17)  8.44/10
Webzines : (14)  8.41/10

plus d'infos sur
Mumakil
Mumakil
Grindcore - 2004 † 2017 - Suisse
  

écoutez
tracklist
01.   I
02.   II
03.   III
04.   IV
05.   V
06.   VI
07.   VII
08.   VIII
09.   IX
10.   X
11.   XI
12.   XII
13.   XIII
14.   XIV
15.   XV
16.   XVI
17.   XVII
18.   XVIII
19.   XIX
20.   XX
21.   XXI
22.   XXII
23.   XXIII
24.   XXIV
25.   XXV
26.   XXVI
27.   XXVII
28.   XXVIII
29.   XXIX
30.   XXX
31.   XXXI
32.   XXXII

Durée : 38'04

line up
parution
14 Octobre 2006

voir aussi
Mumakil
Mumakil
Behold The Failure

2009 - Relapse Records
  
Mumakil
Mumakil
Flies Will Starve

2013 - Relapse Records
  
Misery Index / Mumakil
Misery Index / Mumakil
Ruling Class Cancelled (Split-CD)

2008 - Power It Up Records
  

Essayez aussi
Phobia
Phobia
Remnants Of Filth

2012 - Willowtip Records
  
Massive Charge
Massive Charge
Silence

2007 - Autoproduction
  
Lycanthrophy
Lycanthrophy
Lycanthrophy

2011 - Bones Brigade Records
  
Infected Society
Infected Society
Get Infected (EP)

2012 - Kaotoxin Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)

1989 - Earache Records
  

Album de l'année
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique