chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Praeda - Eden... Hele

Chronique

Praeda Eden... Hele
"Praeda: Eden... Hele, true black sympho". Faut avouer qu'ils se sont lachés chez Sacral pour nous qualifier cet album. Je les soupçonne mêmed'être allé demander conseil chez Adipocere, référence absolue en la matière... Voir même de les avoir défiés en tentant d'égaler des monuments tels que "grinding musette core mélancolique" ou "doom/dark/gothic/electro original excellent"... Mais je m'égare. Parlons plutôt de ce fameux disque de "true black sympho".

D'abord pourquoi cette appellation frôlant le non-sens? (nan, sérieusement). Sans doute pour suggérer à l'acheteur potentiel (oui, toi) la cohabitation sur fond de production disons pas terrible terrible d'atmosphères froides et chaotiques ainsi que de très présentes nappes de synthés. Quoique, cohabitation oui, mais aussi et surtout opposition. Car c'est bien sur une opposition qu'est construit cet album: celle entre l'appaisement et la haine, entre la beauté et le chaos. "Eden... Hele". L'enfer étant la société humaine, l'éden la nature encore vierge; comme l'illustrent fort bien les textes et la pochette.

Tout commence par une splendide intro, plaintive, froide, belle. Mélant synthés, choeurs puis arpèges avant de s'enrichir d'une guitare. Le tout au fil d'un léger créscendo nous fesant découvrir les froides contrées dans lesquelles nous avons échoués.
Entrons dans le vif du sujet avec le titre éponyme à l'album: "Eden... Hele", débutant très franchement et nous tirant de notre repos pour se dévoiler comme un titre sombre, à la structure complexe, mélant blasts, accélérations et utilisation des claviers à la old Emperor; ralentissements et utilisation d'un triste violon, renforçant la noirceur du morceau. Les vocaux quand à eux alternent ici entre chant écorché (en Français) et chant clair discret (en Hongr.. en Français toujours).
On a cependant fait connaissance avec ce titre du point noir de cet enregistrement: la batterie, correctement programmée mais sonnant vraiment très répétitive et artificielle (ça passe quand même plutot dans l'ensemble, enfin là c'est particulièrement criant).
Vient alors le titre justement nommé "Furie", commenceant plutôt bien (assez brutal et avec peu de synthés) mais sombrant bien vite dans une sorte de chaos rythmique et musical, mélant étranges arpèges et dissonnances diverses (voir passages faux) sur un fond de voix presque hystérique et de montée en puissance du synthé... Je ne l'ai peut être toujours pas totalement assimilé mais une chôse est sure, ce titre met mal à l'aise.
Arrive le titre que je considère comme le meilleur de l'album: "Un homme", glacial, splendide. La musique alternant claviers et mélodie tueuse à la guitare pour soutenir les paroles (fort intéressantes ici) hurlées avec une haine suintant le désespoir. Rien à redire, un monument de trois minutes que je prendrais grand plaisie à écouter cet hiver, une nuit, à ma fenètre.
Pour s'en remettre doucement on a droit à un très joli intermède: "Eden IV", à base d'arpèges bien moins glaciaux que sur le reste de l'album... sans être pour autant qualifiables de 'chaleureux'.
Commence à la suite de cette petite 'pause' un autre titre 'chaotique', "Muraille", basé sur une forme de ressac oppressant soutenu par un synthé plus discret, presque éthéré, et par des vocaux étranges. Puis ce titre dément qui commençait à peine à vous prendre s'arrête brusquement et vous laisse encore une fois, presque perdu. Est-ce volontaire? Si oui je tire mon chapeau devant une telle maitrise du désarçonement d'auditeur.
Puis enfin, "Mensonges", amené par une triste et jolie intro mélant guitare acoustique et electrique pour le plus grand plaisir de nos cages à miel. Ah une bien belle outro pour cet albu.. Et blam, laminage de gueule à coups de blasts ravageurs, riff tueur et vocaux inhumains. Et c'est pas sans faire du bien. S'opère ensuite, lentement mais surement, un ralentissement finissant en apothéose avec une très belle outro (oui, une vraie ce coup ci) symphonique, désespérée à se mettre une balle.

En somme un bien bon (mais un peu court) premier album pour Praeda, en un sens un peu irrégulier du fait de la forte opposition qu'il abrite mais ô combien intéressant et bien souvent jouissif. Voilà en tout cas un petit groupe qu'il va falloir suivre et dont je me permet d'attendre beaucoup du second album (avec une vraie batterie en peau de phoque!).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
03/10/2014 16:29
note: 9/10
J'ai toujours adoré cet album (mini album en fait), que j'ai encore des envies d'écouter 11 ans après.
Un album avait suivi, que j'ai réussi à me procurer en contactant l'homme derrière le projet, mais qui n'avait rien à voir. Ni black ni metal, c'est pour un autre public. Celui-ci il a tourné 3 ou 4 fois et il est allé dans l'armoire des CD qui ne reverront le jour qu'à ma mort...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Praeda
Black metal
2003 - Sacral Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (3)  8.11/10

plus d'infos sur
Praeda
Praeda
Black metal - 1999 - France
  

tracklist
01.   Eden III
02.   Eden … Hele
03.   Furie
04.   Un Homme
05.   Eden IV
06.   Muraille
07.   Mensonge

line up
Essayez aussi
Infinity
Infinity
Hybris

2017 - New Era Productions
  
Beherit
Beherit
Drawing Down The Moon

1993 - Spinefarm Records
  
Denial Of God
Denial Of God
Death And The Beyond

2012 - Hells Headbangers Records
  
Thy Dying Light
Thy Dying Light
Forgotten By Time (Compil.)

2018 - Death Kvlt Productions
  
Morteruine
Morteruine
Demo MMXVIII

2019 - France d'Oïl Productions
  

Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique