chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
155 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mayhem - Ordo Ad Chao

Chronique

Mayhem Ordo Ad Chao
Avec le départ de Maniac et l'annonce du retour d'Attila derrière le micro, ce nouvel album de Mayhem était plus qu'attendu. Peut-être même que dans des caves sombres et humides, ceux qui ne jurent que par "De Mysteriis Dom Satanas" espéraient encore le sursaut d'un groupe qui a su marquer au fer rouge l'histoire du black metal. Il faudra pourtant un jour se faire une raison, arriver à comprendre qu'une formation qui a pu engendrer un album aussi abouti et réfléchi que "Grand Declaration Of War", a acquis trop de maturité pour déployer la hargne et la noirceur d'une époque aujourd'hui bien lointaine. Il y avait un contexte, un état d'esprit, des conditions sans doute propices à la sublimation de l'art noir qui ne sont plus accessibles pour Mayhem, tout du moins dans sa composition actuelle ou même si tous les anciens membres revenaient (à la vie). Toutefois, vu la direction qu'ont pris les norvégiens avec "Chimera", puis avec ce nouvel album, on pourrait se demander si cette volonté de revenir au black metal pur et dur, répond à un désir profond de renouer avec leurs origines ou ne résulte que d'une opération de (re)séduction. Bien que la seconde option soit plausible étant donné leur incontestable talent de composition et d'interprétation, l'écoute de "Ordo Ad Chao" me fait tout de même plus pencher vers la première.

Après de nombreuses écoutes, il me semble que le fossé qui séparait "Grand Declaration Of War" de "Chimera" est bien moins grand que celui qui sépare "Chimera" de "Ordo Ad Chao". Je ne sais pas si c'est l'influence de Attila qui a donné un nouveau souffle aux norvégiens ou si c'est Blasphemer qui a changé de drogue, mais Mayhem a cette fois-ci franchi un grand cap en prenant le risque de perdre les derniers fans qui lui restaient, les premiers ayant peu de chance de retrouver la magie d'antan. Explications.

La première chose qui contraste lourdement avec leurs dernières productions et qui vous saute à la gorge, c'est la production. A l'heure actuelle pour Mayhem, ça n'est plus une question de moyens mais de choix évidemment ("Chimera" l'a bien montré). Après la clarté et la précision des derniers albums, les norvégiens ont opté pour un son très "raw" (appelé aussi "de cave"), confus et volontairement mal mixé : Hellhammer aurait échangé fûts et cymbales contre tupperwares et couvercles de casseroles, Blasphemer aurait envisagé de troquer sa guitare contre un débroussailleur ou une tondeuse (écoutez le son de gratte sur les fins des morceaux "Deconsecrate" et "Illuminate Eliminate" !) et enfin Necrobutcher aurait consacré son temps à autre chose, je pense que le résultat aurait sonné guère différemment. La faute à qui ? A Mayhem en premier lieu, mais également à un certain Knut Valle (guitariste de Arcturus) qui s'est occupé de l'enregistrement et du mixage. Alors après on aime ou on n'aime pas (personnellement, j'adore ce son), mais vu l'atmosphère développée, ce choix se révèle plus que judicieux.

Le second contraste, sans doute le plus profond, concerne le fond justement. Si "Chimera" misait surtout sur la violence et l'efficacité, "Ordo Ad Chao" a privilégié l'ambiance. Mayhem en a apparemment terminé avec l'atmosphère froide et mécanique de ces dernières années : place à la crasse, à la pourriture et au chaos. Le groupe a arrêté la course à la vitesse et entre les parties violentes, il joue désormais beaucoup sur les passages mid-tempo voir... "planants" de temps à autre. Les morceaux s'étalent même plus que d'habitude avec un pic à presque 10 minutes sur "Illuminate Eliminate", le titre le plus marquant de l'album de mon point de vue. Les amateurs de black metal "traditionnel" devraient apprécier ce retour à une musique plus sale et lugubre où le chant d'Attila prend toute sa dimension. Ses différents cris et hurlements, entre haine, folie et désespoir, apportent à l'ambiance ce que n'aurait pas permis le chant monocorde de Maniac (bien que ces prestations sur les deux derniers albums soient excellentes).

Malgré le côté très minimaliste de sa mise en oeuvre (Mayhem a rarement fait dans la dentelle), "Ordo Ad Chao" ne s'assimile pas facilement, car beaucoup plus complexe qu'on pourrait penser et surtout très déconstruit. En ce qui concerne le travail de composition, j'avoue avoir été assez perplexe au départ. Il faut dire que les premières écoutes vous laissent peu de choses en tête. Mais son atmosphère fascine et vous rappelle irrémédiablement. Je serais d'ailleurs bien incapable de vous expliquer pourquoi. Est-ce le son ? Est-ce le chant d'Attila ? Ou encore la tonalité de la musique ? J'en suis là aujourd'hui. Sans trop savoir pourquoi, j'adore l'écouter, j'adore ce qui s'en dégage, son côté répugnant et malsain, ce son dégueulasse... L'artwork suit bien la logique de l'album, sale, abstrait et énigmatique. Si vous la trouvez, je vous recommande la version "metal box" (limitée à 3000 exemplaires) qui propose un visuel intéressant.

Pour conclure, il se pourrait bien qu'il s'agisse là du plus gros coup de bluff de cette année, je n'en sais rien. Mais une chose est sûre, n'y cherchez pas la suite d'un "De Mysteriis Dom Satanas". Ecoutez, appréciez et laissez vous malmener par ces quarante minutes de chaos sonore qui passent d'ailleurs comme vingt. Encore une fois, Mayhem surprend. Là où certains y verront un groupe en recherche d'identité (voir de liquidité), je trouve que "Ordo Ad Chao" témoigne plutôt d'un groupe libre et en constante évolution qui n'a plus à se soucier de savoir si ce qu'il fait va plaire ou non. Et moi je dis encore une fois chapeau bas messieurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Toniglandil
14/11/2012 00:26
Le son est vraiment recherché pour ressemblé à Dom ... enfin l'album est pas mal. Par contre, ils prennent un violoniste et les morceaux peuvent facilement aller sur les premiers My Dying Bride. C'est pas une critique en soi ... mais ça fait bizarre de se dire ça !
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
05/12/2009 11:57
note: 6.5/10
shining a écrit : Très bon album mais particulier. Je comprends très bien que certains ne l'aiment pas en raison de la structure "labyrinthique" des morceaux.
Ce n'est pas tant l'aspect "labyrinthique" qui pose problème (pour reprendre tes mots) mais le fait que cet album n'a ni queue ni tête, en l'écoutant (ce que j'ai fais il n'y a même pas une semaine) j'ai l'impression que le groupe lui même ne sait pas où il veut en venir. Les compositions se cherchent, muent, mais ne percutent jamais.
En tout logique, le groupe est (ce n'est que mon ressenti) le cul entre deux chaises : pas assez expérimental pour damner le pion aux "pointures" du genre et certainement pas assez efficace et/ou brutal. Dans un cas comme dans l'autre ce Mayhem reste intéressant du strict point de vue musical mais ne me donne JAMAIS l'impression d'être vraiment génial. Malgré tout ce n'est pas une daube, je le trouve même plutôt agréable à dose homéopathique.
Momos citer
Momos
05/12/2009 01:56
note: 9/10
Très bon album mais particulier. Je comprends très bien que certains ne l'aiment pas en raison de la structure "labyrinthique" des morceaux.
Northern Wolf citer
Northern Wolf
23/06/2009 10:59
note: 7.5/10
Bon album ! Le retour d'Attila est de bonne augure, ce mec a une voix vraiment exceptionnelle, assez polyvalente, suffit d'écouter le très grand De Mysteriis Dom Sathanas, l'album que je préfère au passage. Sinon le son y est énorme également, assez propre j'ai trouvé pour ma part. Bref un album à écouter indéniablement.
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
30/11/2007 14:44
Ce dernier album est celui qui me touche le plus dans la discographie de Mayhem (avec Grand Declaration of War dans une moindre mesure). La voix d'Attila me fout vraiment la trique et De Mysteriis Dom Sathanas ne m'a jamais vraiment comblé. Chimera m'avait laissé quant à lui un goût de polystyrène (polistyrèné ? polystirène ?) dans la bouche.
Sviðrir citer
Sviðrir
01/07/2007 18:05
note: 10/10
Mayhem a toujours su nous surprendre, que ce soit avec De Mysteriis ou Grand Declaration (pour ne citer qu'eux). Ce nouvel album surprends lui aussi par la tournure atmosphérique qu'il prends, mais qu'est que j'adore ça ! On sent un travail sur le son, un rendu raw mais pas fait à l'arrach' (les vocaux d'Attila sont trop poignants pour se détacher de vrai productions underground). L'ambiance déteint sur les sentiments, nous ronge dans un bonheur dégueulasse.
J'en suis conquis; 10/10.
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
22/04/2007 15:04
J'ai pas suivi Mayhem depuis le Live In Leipzig. Il faut que je m'y remette.
Scum citer
Scum
21/04/2007 17:43
J'avais ecouté Anti quand il a été mis en ligne et j'avais été agréablement surpris par cette ambiance dégueulasse et opressante. A l'occas', je me pencherai sur cet album qui m'a l'air très bon.
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
21/04/2007 16:11
note: 6.5/10
Enfin un excellent Mayhem,c'est pas trop tôt (non je n'ai pas beaucoup apprécié Chimera).
Ce qui frappe de suite c'est la prod : crade,qui permet une ambiance trés prenante,les compos sont "déconstruites" mais pourtant je les trouves assez efficaces. Hellhammer est toujours aussi impressionant (l'un des meilleurs batteurs black metal,tout le monde le sait déjà),les grattes sont tranchantes,et Attila est tout simplement magistral !
bref du tout bon en ce qui me concerne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mayhem
Black metal
2007 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (34)  7.81/10
Webzines : (24)  8.09/10

plus d'infos sur
Mayhem
Mayhem
Black Metal - 1984 - Norvège
  

tracklist
01.   A Wise Birthgiver  (03:30)
02.   Wall Of Water  (04:40)
03.   Great Work Of Ages  (03:52)
04.   Deconsecrate  (04:07)
05.   Illuminate Eliminate  (09:40)
06.   Psychic Horns  (06:32)
07.   Key To The Storms  (03:52)
08.   Anti  (04:33)

Durée : 40:46

line up
parution
16 Avril 2007

voir aussi
Mayhem
Mayhem
Esoteric Warfare

2014 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
De Mysteriis Dom Sathanas

1994 - Deathlike Silence Productions
  
Mayhem
Mayhem
Chimera

2004 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
Grand Declaration Of War

2000 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
Daemon

2019 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Moenen Of Xezbeth
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​.​.​.

2018 - Nuclear War Now! Productions
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
The Synarchy Of Molten Bones

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Nusquama
Nusquama
Horizons Ontheemt

2019 - Eisenwald Tonschmiede
  
Neptrecus
Neptrecus
Ars Gallica

2019 - Purity Through Fire
  
Mütiilation
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)

2018 - Osmose Productions
  

Album de l'année
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique