chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Marduk - Rom 5:12

Chronique

Marduk Rom 5:12
Un nouveau Marduk, quoi qu'on en dise, reste un petit événement. Le groupe Suédois a une notoriété certaine, pour nous avoir gâté d'une discographie plus riche chaque année, et être reconnu comme de vrais Stakhanovistes de la scène (que celui qui n'a jamais vu Marduk sur scène lève la main). C'est pourquoi ce « Rom 5 :12 » ne peut passer inaperçu, et ce serait d'autant plus dommage qu'il est quand même sacrément bon.

J'admet de suite n'être pas un grand connaisseur de Marduk. Je connais « Panzer Division Marduk », quelques titres par ci par là, et c'est tout. Autant dire que je m'attendais un peu à du BPM dans tous les sens, tant qu'à faire. Je n'aurais pas pu mieux me tromper ! En effet, une seule écoute (qui sera aisément suivie de plusieurs autres) permet de vite cerner « Rom 5 :12 » comme un album varié, et loin de la brutalité maladive à laquelle j'aurais pu m'attendre. La rapidité est certes de mise : « Cold Mouth Prayer », « Through the Belly of Damnation », “Limb of Worship”, “Vanity of Vanities” et dans une moindre mesure “Voices from Avignon” représentent fièrement la facette brutale de Marduk, (et près de la moitié de l'album) mais ils ne caractérisent en définitive pas l'album de façon trop voyante, car systématiquement les blasts frénétiques d'Emil (le batteur surdoué qui officie également chez The Legion) sont stoppés au bout d'une minute ou deux par un break, une cassure rythmique, qui amène insidieusement un mid-tempo mené tambour battant par un riff toujours plus malsain. Certains de ces titres, comme « Cold Mouth Prayer », manquent d'ailleurs de ces fameux ralentissements si propices à l'instauration d'une « autre » ambiance, et sont par la même un peu en deçà des autres titres, malgré l'apparition fugace de Joakim Göthberg, ex- brailleur / batteur du groupe et actuel beugleur chez Dimension Zero. Je retiens donc surtout que si les titres rapides sont bien présents, ils me semblent assez anecdotiques en fin de compte, et presque un peu « imposés » par le groupe histoire de ne pas laisser leur passé trop derrière eux. On est donc à des lieues d'une quelconque volonté de faire un « Panzer Division Marduk » II, et tant mieux.

A l'opposé donc, on trouve sur le reste de l'album des titres prenants, qui à l'aide d'une mise en place rythmique osée pour le groupe (écoutez le départ d' « Imago Mortis »), développent en contrepartie d'hypnotiques mélopées qui entraînent l'auditeur dans la plus glauque des catacombes. Que l'on parle des trois titres épiques (car dépassant allégrement les 7 minutes) que sont « Imago Mortis », « Accuser / Opposer » (et un featuring surprenant d'Alan Nemethanga's de PRIMORDIAL) et « Womb of Perishableness », rien n'est à jeter ou presque sur ces parties là. Le chant de Mortuus (ex-Funeral Mist) se mêle sournoisement aux lignes de guitares malignes, dans un maelström lugubre dont ne ressort aucun espoir ni lumière. La pochette est à ce niveau en adéquation parfaite avec les thèmes musicaux suggérés, car malgré la redite d'un de leurs précédents albums, « La Grande Danse Macabre » est bien de mise ici. « Rom 5 :12 » s'apprivoise petit à petit, sans réelles difficultés, et possède ce cachet des albums « à part » qui marque un coin de notre esprit. Sans pouvoir parler de réussite spectaculaire ou d'album de l'année, je pense que ce nouveau Marduk ne démérite pas dans leur discographie que j'ai hâte de découvrir plus en amont, et saura procurer de réelles sensations à ses futurs auditeurs…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
23/04/2020 14:51
note: 7.5/10
Il est pas mal celui là, c'est vrai, mais je l'ai toujours trouvé assez inégal.
Quelques morceaux incroyables dont notamment Accuser/Opposer ou Imago mortis, mais aussi 2/3 trucs plus bateaux.

Période Mortuus, je resterai sur Plague angel et Serpent sermon, celui là arrivant juste derrière.
Sagamore citer
Sagamore
23/04/2020 08:29
note: 8.5/10
P'tain, treize ans déjà ! Je réécoutais leur disco il y a quelques temps, et effectivement, de la période Mortuus avec "Serpent Sermon", c'est probablement le meilleur. Il est scabreux de bout en bout.
>NockturnWood citer
>NockturnWood
03/10/2017 19:10
note: 8.5/10
Certain l'un des meilleurs Marduk et surtout le meilleur de l'époque Mortuus. Cette album est franchement morbide, malsain et sombre. Mortuus nous livre une des ses meilleurs prestation tellement sa voix semble sortir des tréfonds de la mort et Morgan comme à son habitude est toujours au rendez-vous: j'ai rarement vu un riff aussi jouissif que celui de The Levelling Dust. et quel agréable de voir A.Nemtheanga (OUI exactement le chanteur de Primordial)
Krow citer
Krow
14/10/2008 19:17
note: 9/10
Il tourne en boucle actuellement chez moi, je suis vraiment sur le cul tant cet album est malsain, et tant le chant de Mortuus atteint un niveau rarement égalé.
citer
Seb'
14/08/2008 07:44
Je savais qu'Emil a joué en tant que batteur de session, mais je pensais qu'il avait fait l'intégralité de l'album :/
Xenocidist citer
Xenocidist
14/08/2008 01:59
En fait, c'est Emil qui a joué (en tant que batteur de session, il ne faisait déjà plus partie du groupe) sur les morceaux rapides, et c'est à Lars que l'on doit les imitations de manchot unijambiste neurasthénique sur les trois mid-tempos, dont l'insipide et ignoble "Womb Of Perishableness".
Il se débrouille mieux en live, mais sa prestation est catastrophique sur ce cd.
citer
Seb'
13/08/2008 23:34
Bon, déjà :
Je comprends pas. Dans la chro', tu parles bieng de Emil Dragutinovic derrière les fûts, mais dans le line-up, tu marques son remplaçant )x
Enfin bref, la question n'est pas là.

Cet album passe, mais sans plus. Je préfère de loing un World Funeral.
(Ah.. Ce 'Night Of The Longs Knifes" quel titre..)
Un des meilleurs de Marduk, tout album confondu pour moi.
Bref, tout ça pour dire que cet album m'a déçu de par mes espérances..
von_yaourt citer
von_yaourt
09/05/2007 18:49
note: 5/10
Tout comme Silenced-Self (assurément un homme de goût certifié), je me dois de contre-balancer les avis positifs sur cet album.

En tant que fan de Marduk, j'attendais beaucoup de cet album. J'avais entendu dire qu'il était "mid tempo et sirupeux". Heureusement, la plupart des titres sont un black metal qui va du conventionnel au brutal, et sont aussi bons que Marduk l'a toujours fait. Ce sont tous les titres avec Dargutinovic.
Mais les trois mid-tempos sont gâchés par un jeu de batterie fade, conventionnel et soporifique. Si ça passe pour Imago Mortis, c'est beaucoup plus dur à encaisser sur Accuser/Opposer et le chant clair du vocaliste de Primordial qui tombe comme un cheveux de mouche dans le lait de cette soupe.
Mais comble de l'horreur : Womb Of Perishableness et ses riffs de guitare AC/DCesques soutenus par une batterie aux fraises. C'est le seul morceau de Marduk qui me donne envie de zapper, pour le seul album de Marduk qui possède trois titres aussi faibles.

Etonnament, il semblerait que ce soit avec cet Rom 5:12 que certains commencent à apprécier Marduk... il fallait peut être se réveiller avant, parce que cet album n'a ni la classe d'un Plague Angel (leur album le brutal) ni la aîtrise d'un La Grande Danse macabre (et tous ses magnifiques mid-tempos)... mais bon, il est 5:12 et Paris s'éveille...

Alors que je n'aurais pas mis moins de 8/10 à n'importe quel album de Marduk autre que Panzer Division (qui reste mieux que ce Rom 5:12), je ne cache pas ma déception quant au nouvel opus des suédois.

Silenced-Self citer
Silenced-Self
21/04/2007 14:28
Bon puisque tout le monde semble apprécier, je me dois de contrebalancer cette tendance.

Pour moi les riffs ne sont pas prenant au contraire ils sont insipides et ennuyeux, pas de passage réellement mémorable contenu dans l'album.
Je préfère largement les titres lents de Nightwing.

Sans être mauvais cet album n'atteint pas non plus des sommets.
Globalement je crois que son plus gros défaut vient de sa longueur (53 minutes) et des titres qui n'apportent rien (1651 en tête)

Enfin l'album peut se révéler appréciable en live pour enrichir leur set list.
citer
crowdead
21/04/2007 13:44
j\'attends d\'acheter le cd pour donner mon avis, mais une petite erreur dans la chro : mortuus est toujours chanteur de funeral mist ( et triumphator )
Alesya citer
Alesya
21/04/2007 12:31
Bonne chronique! ;-)
J'ai cependant encore un avis partagé sur ce nouvel album. Il y a du très bon, mais aussi des titres auxquels j'accroche pas vraiment comme « Womb of Perishableness » et « Accuser / Opposer »...
Yz citer
Yz
19/04/2007 23:04
note: 8.5/10
Un excellent album. Je le trouve pas si sombre que ça mais avec plutot une ambiance assez "guerriere" (enfin c'est pas vraiment ça, c'est dur à expliquer :P).
Au début je n'aimais pas du tout les titres mid-tempo mais en fait ils sont aussi énormes que les rapides.
Très bonne prod', énorme chanteur, ambiance réussie, non vraiment un excellent album.
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
19/04/2007 19:17
note: 7.5/10
Ouaip trés bon album ce Marduk.
Le groupe à évolué et pas en mal,moins brutal mais plus interessant.
Niktareum citer
Niktareum
19/04/2007 14:15
Pareil que toi je connais pas trop bien Marduk...je connais surtout "Heaven shall burn..." que j'aime beaucoup. Et qqs titres à droite à gauche du reste mais ta chro me donne envie (qui était déjà là depuis un moment) de me pencher plus sérieusement sur leur discographie. Sourire
J'écouterai ce dernier pour sûr!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Marduk
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (31)  7.76/10
Webzines : (37)  8.29/10

plus d'infos sur
Marduk
Marduk
Black Metal - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   The Levelling Dust  (05:11)
02.   Cold Mouth Prayer  (03:28)
03.   Imago Mortis  (08:36)
04.   Through The Belly Of Damnation  (04:19)
05.   1651  (04:54)
06.   Limbs Of Worship  (04:24)
07.   Accuser/Opposer  (08:43)
08.   Vanity Of Vanities  (03:40)
09.   Womb Of Perishableness  (07:01)
10.   Voices From Avignon  (05:08)

Durée : 55:24

line up
parution
23 Avril 2007

voir aussi
Marduk
Marduk
Serpent Sermon

2012 - Century Media Records
  
Marduk
Marduk
Viktoria

2018 - Century Media Records
  
Marduk
Marduk
Panzer Division Marduk

1999 - Osmose Productions
  
Marduk
Marduk
Frontschwein

2015 - Century Media Records
  
Marduk
Marduk
Iron Dawn (EP)

2011 - Blooddawn Productions
  

Essayez aussi
Forgotten Woods
Forgotten Woods
As The Wolves Gather (Rééd.)
(+ Sjel Av Natten)

2017 - Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Under The Sign Of Hell

1997 - Malicious Records
  
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Im Wald

2020 - Kunsthall Produktionen
  
Caverne
Caverne
Aux Frontières Du Monde

2015 - Résilience
  
Horns
Horns
Czerń

2018 - Einheit Produktionen
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique