chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Shadows In The Light

Chronique

Immolation Shadows In The Light
Immolation, c'est un peu comme Incantation. Un groupe culte qui n'a jamais eu la même reconnaissance que les Morbid Angel, Cannibal Corpse et autres Deicide. C'est aussi un style particulier, garant d'un death métal pur et dur. Les années passent mais la mentalité reste la même, sans aucun regard pour les sonorités modernes. Plus de 20 ans après leur formation, les New-Yorkais reviennent mettre le feu avec leur 7ème album, le bien nommé Shadows In The Light. Et si son prédecesseur Harnessing Ruins avait quelque peu divisé les hordes de fans, le petit nouveau devrait rétablir la cohésion.

Pas de révolution bien sûr ici, Immolation reste dans la droite lignée de ce qu'il a toujours su faire (et bien faire), c'est à dire un death métal brutal entièrement dédié à l'anti-christianisme. Mais pas à un anti-christianisme primaire, non. Un anti-christianisme intelligent et sûr de son fait. L'art d'Immolation c'est cette capacité à instaurer une ambiance blasphématoire sans artifice, capable de reléguer à ses chères études n'importe quel groupe de black métal soit-disant satanique. C'est cette capacité à jouer sur les dissonances, les harmoniques sifflantes qui feraient saigner les oreilles du moindre prêtre s'approchant trop près de cette oraison démoniaque. Et c'est tout simplement cette capacité à nous offrir de la putain de bonne musique.

Et si les albums d'Immolation ont toujours été difficiles à digérer pour le simple mortel, notamment à cause de productions "spéciales" souvent raillées par la pseuso-élite du métal extrême et qui sont pourtant toutes aussi responsables de l'atmosphère si délicieusement sombre de la musique des Américains, le talent de composition du quatuor fait que la plupart des leads darks vous restent dans la tête de façon rédhibitoire. Je pense surtout à cette petite mélodie sournoise et entêtante de "World Agony", LE hit de l'opus et sans aucun doute l'un des meilleurs titres jamais composés par la formation. En gros, Immolation sait se faire accrocheur malgré la lourdeur ambiante, les riffs atypiques de Vigna et les patterns de batterie à contre-courant de Steve Shalaty, remplaçant d'Alex Hernandez depuis deux albums.

Immolation ne serait toutefois pas Immolation sans une autre donnée: la voix de son musclé leader, Ross Dolan. Ce dernier restera sans doute comme l'un des tout meilleurs vocalistes du métal de la mort. A la fois très grave et parfaitement compréhensible, le chant de fin du monde de Dolan est pour beaucoup dans l'atmosphère sombre et sacrilège de ce Shadows In The Light. Et du reste de la discographie du combo d'ailleurs. Satan is real!

Shadows In The Light n'est cependant pas exempt de tout reproche. A savoir qu'Immolation fait du Immolation, quitte à se répéter. Je n'en tiens pas vraiment rigueur au groupe car je ne le fais pas non plus pour Incantation, mais il est indéniable que les New-Yorkais ont parfois du mal à éviter l'auto-plagiat. Les morceaux se structurent toujours de la même façon avec une grosse prédominance pour les mid-tempos plus ou moins rapides et très appuyés par la batterie. Une batterie qui, si elle ne joue jamais la surenchère de blast-beats ou de plans ultra techniques comme il est répandu dans la scène death d'aujourd'hui, reprend également souvent les mêmes plans. Le roulement y est roi, un peu trop même. Shalaty blaste aussi, pas d'inquiétude là-dessus, mais il pourrait varier un peu plus son jeu. Un sentiment de monotonie peut ainsi faire son apparition, sans que celà ne gâche trop le plaisir celà dit.

Shadows In The Light est donc un Immolation très bon cru qui ne fera pas tâche dans la discographie du groupe. Au contraire, je le classerais même sur le podium, un podium toujours dominé par l'indéboulonnable Close To A World Below. Du blasphème, de la brutalité (écoutez moi le chaos final sur "Whispering Death"!), des mélodies sombres et insidieuses, des vocaux impressionnants, les fans retrouveront tout ce qu'ils aiment chez la formation américaine. A l'inverse, ceux qui n'ont jamais accroché à Immolation risquent une nouvelle fois de s'y brûler les doigts. Quoi qu'il en soit, Immolation perpétue avec toujours la même conviction son propre style, fait assez rare en death pour être souligné et applaudi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
28/11/2011 15:52
note: 8/10
J'ai découvert Immolation à la sortie de cet album (et oui je suis un jeunot), et j'ai pris une belle petite baffe. Riff originaux, ambiance magnifique, chant grave et posé très bon...
Petit point noir toutefois concernant la batterie, qui fait "juste" le boulot, un jeu trop linéaire, et une utilisation parfois hasardeuse des cymbales (c'est quoi ce martelement ignoble de la chineses sur "The Weight of Devotion ?!)
Sinon c'est du tout bon !
LostSon citer
LostSon
16/01/2010 12:37
note: 8/10
Le plus accessible du groupe (façon de parler bien sur): ca reste très bon, mais peut-être pas aussi indispensable que les précédents.
Backstaber citer
Backstaber
17/05/2007 01:46
ça commençait fortement à sentir le sapin avec l'album précédent, et beeeeen ça se confirme malheureusement...
Chri$ citer
Chri$
12/05/2007 14:27
note: 7/10
je vais qd meme l'acheter, mais ma première impression n'était pas bonne: prod catastrophique, c de pire en pire à chaque album c'est forcément un concept c pas possible Mr Green tout ça, alors que "close to a world below" était lui proche de la perfection... et des compos qui m'ont ennuyés plus qu'autre chose, un sentiment de tourner en rond..mais je l'écouterais qd meme attentivement, me suis peut etre trompé!
citer
nem
06/05/2007 13:58
la deuxième partie de World Agony me laisse avec un grand filet de bave sur la gueule tellement c'est bon.

GanjannibaL citer
GanjannibaL
05/05/2007 17:32
note: 8/10
Excellent tout simplement, du grand Imoolation quoi !
Keyser citer
Keyser
05/05/2007 15:05
note: 8/10
"World Agony" est en écoute sur MySpace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
Death Metal
2007 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (21)  7.67/10
Webzines : (25)  8.11/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Hate's Plague  (02:50)
02.   Passion Kill  (03:41)
03.   World Agony  (03:54)
04.   Tarnished  (03:35)
05.   The Weight Of Devotion  (04:20)
06.   Breathing The Dark  (03:59)
07.   Deliverer Of Evil  (03:44)
08.   Shadows In The Light  (03:45)
09.   Lying With Demons  (04:31)
10.   Whispering Death  (05:58)

Durée : 40:17

line up
parution
10 Mai 2007

voir aussi
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1999 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Providence (EP)

2011 - Scion Audio Visual
  
Immolation
Immolation
Here In After

1996 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast Records
  
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Authorize
Authorize
The Source Of Dominion

1991 - Putrefaction Records
  
Gatecreeper
Gatecreeper
Deserted

2019 - Relapse Records
  
Warside
Warside
The Enemy Inside (EP)

2020 - Convulsound Production
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Crucifyre
Crucifyre
Infernal Earthly Divine

2011 - Pulverised Records
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique