chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Octavia Sperati - Grace Submerged

Chronique

Octavia Sperati Grace Submerged
Bizarrement, j'ai toujours cru qu'Octavia Sperati était un groupe de metal progressif. Je ne sais pas trop pourquoi. La pochette de leur premier album assez froide et classe, le relatif buz qu'il a engendré à l'époque ou peut-être leur nom qui sonne un peu comme l'album "Octavarium" de Dream Theater, toujours est-il que j'étais loin de penser qu'on parlait ici de metal gothique. Ce second album audacieusement intitulé "Grace Submerged" vient donc parfaire ma culture metallique et réparer cette grossière erreur d'appréciation. Mais il prouve surtout que s'il y a bien un groupe sur lequel il faudra désormais compter dans le monde impitoyable du metal gothique, c'est bien le leur.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce groupe norvégien, il faut savoir qu'il est composé à 83.33% (5 membres sur 6 quoi) de femmes. Seul le batteur Ivar est là pour représenter la gente masculine et il ne doit pas s'en plaindre le bougre. Mais qu'on ne s'y trompe pas, elles en ont bien plus sous le pied que la plupart des formations plus "masculines" que l'on pourrait assimiler à leur style, certes peu brutal mais plutôt couillu pour du metal gothique à chanteuse. Bah oui, avec cinq gonzesses, ça aurait été un comble que le chant soit fait par un mec. Je ne m'étendrai donc pas longuement sur les éléments de leur musique, tout ayant déjà été fait et Octavia Sperati se contentant uniquement de donner une variation sur ce thème. Attendez-vous donc à une musique toujours mélodique emmenée par un chant féminin dominant, dans un registre tantôt lourd et efficace, tantôt plus sucré et atmosphérique. Rien de bien original.

Mais la différence avec Octavia Sperati, c'est que c'est très très bien fait. Les norvégiennes ont trouvé le juste équilibre entre efficacité et émotion, sans tomber dans le piège du clichesque et racoleur "Evanescence-style" contrairement à d'autres formations comme Lacuna Coil ou Within Temptation. On leur excuserait presque les quelques ballades un peu mielleuses qui parsèment l'album ("Don't Believe A Word", "Dead End Poem") devant la quasi-perfection du reste. Car c'est évidemment quand elles s'énervent que les filles sont intéressantes, à l'image des 3 titres qui ouvrent le bal, "Guilty Am I", "Moonlit", "Going North". Des rythmiques à la mélodie en passant par le chant et l'intégration des claviers, les norvégiennes témoignent d'un réel savoir-faire qui enterre pas mal de combos plus renommés. D'ailleurs, contrairement aux autres, Octavia Sperati ne joue pas forcément sur le sempiternel côté "tristesse" mais plus sur une atmosphère froide et lourde, presque doomesque. Mention spéciale à Silje la chanteuse, absolument brillante sur ces 9 titres (le dernier étant une instrumentale) et dont les faux airs d'Anneke Van Giersbergen à ses débuts au sein de The Gathering (période "Mandylion" quoi) lui confèrent un charme non négligeable. A la fois sensuelle et puissante, sa voix apporte beaucoup des émotions que véhiculent les compositions.

Ajoutez à cela une production bien propre et compacte, et vous obtenez une des meilleures sorties de ces derniers mois dans le style. Et pour les connaisseurs, sachez que les 2 titres "Deprivation" et "Guilty Am I" proviennent en réalité de leur première démo "Guilty" (2002) et ont été remis au goût du jour. Même si le groupe reste dans un certain classicisme, leur personnalité et la qualité des compositions amènent un véritable vent de fraîcheur. "Grace Submerged" pour un titre d'album pourrait paraître quelque peu prétentieux, mais ce second album porte finalement bien son nom, majestueux et chargé d'émotions, à croire que la féminité sied mieux au metal gothique (le "Girl Power" est décidément partout). Je ne pensais plus pouvoir être encore séduit par un album de ce type. Alors jetez-y une oreille, vous pourriez également être surpris.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
07/06/2007 21:56
Interview en ligne !
Christliar citer
Christliar
18/05/2007 19:22
J'avais déjà écouté leur premier album, Winter Enclosure, mais m'en étais assez vite lassé. Pas mal de mélodies envoûtantes ça et là, mais j'aimais pas trop les passages un peu plus couillu, qui avait tendance à décrédibiliser le tout. Elles se serait cantonné à du 100% atmosphérique et mélodique (même avec des passages plus rapide), cela aurait sûrement donné quelques chose d'excellent.

Finalement, ce fût prometteur, agréable, mais sans vraiment casser trois pattes à un canard. J'écouterai quand même ce dernier album pour le geste, parce que la chronique de Dead est tentente et la pochette est très jolie (peu importe le nombre de calques utilisés ^^)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Octavia Sperati
Metal gothique
2007 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (24)  6.76/10

plus d'infos sur
Octavia Sperati
Octavia Sperati
Metal gothique - 2002 - Norvège
  

tracklist
01.   Guilty Am I
02.   Moonlit
03.   Going North
04.   Don't believe a Word
05.   ... and then the World froze
06.   The final Rest
07.   Deprivation
08.   Provenance of Hate
09.   Dead End Poem
10.   Submerged

Durée : 38 min.

line up
parution
21 Mai 2007

Essayez aussi
Fall Of The Leafe
Fall Of The Leafe
Fermina

2002 - Icarus Music
  
Moonlight
Moonlight
Floe

2000 - Metal Mind Productions
  
Flowing Tears
Flowing Tears
Serpentine

2002 - Century Media Records
  
Sentenced
Sentenced
Crimson

2000 - Century Media Records
  
Moonspell
Moonspell
Darkness And Hope

2001 - Century Media Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview