chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Full Blown Chaos - Heavy Lies The Crown

Chronique

Full Blown Chaos Heavy Lies The Crown
Au rayon influences, la page myspace des New Yorkais de FULL BLOWN CHAOS annonce la couleur ; de PANTERA à HATEBREED en passant par CANNIBAL CORPSE et (on s'en serait douté) SLAYER, difficile de s'attendre à de la truite saumonnée parsemée de fines herbes. C'est une grosse pièce de boucherie qui nous est servie ici, avec tous les défauts et qualités que comporte ce type de menu. On sait parfaitement à quoi s'attendre vu qu'on en a déjà bouffé 1000 fois quelle que soit l'enseigne, mais la recette est suffisament efficace pour qu'on y revienne sans sourciller. Les chantres de l'originalité à tout crin ont déjà remballé et stoppé net la lecture de cette chronique. Les autres, les fins gourmets avides de riffs qui taillent dans le gras, peuvent prendre place à table et affûter les couteaux : de ce point de vue là, FULL BLOWN CHAOS envoie la sauce comme jamais.

Du gros hardcore dopé au thrash ou inversement, voilà pour le contexte, le tout sous patronage éminent (Jamey Jasta sur les 2 albums précédents, Billy Graziadei de feu BIOHAZARD pour ce Heavy Lies the Crown) de deux figures du gros qui tache sans forcément partir après lavage. Préposé à la gueulante, Ray Mazzola a du coffre et le fait savoir, un peu à la manière de Phil Anselmo chez SUPERJOINT RITUAL (sans les variations, on est plus proche du registre monocorde de Max Cavalera) tandis que Mike Facci s'acharne à restituer le meilleur de Kerry King, Robb Flynn and co. Pas original ? so what ? au contraire d'un HATESPHERE dont la mise en place des passages rapides relève du travail d'équilibriste, FULL BLOWN CHAOS choisit la simplicité. Comme chez GRAVE, les parties insurrectionnelles déboulent comme il faut, quand il faut et au moment où l'on n'attend que ça. Au niveau rythmique, on oscille constament entre lourdeur mid tempo accompagnée de grosses rasades double pédale ("Firefight") et courses effrénées typiquement thrash qui ne s'embarrassent même pas d'un malheureux soli ("The Hard Goodbye"), hormis sur le slayerien "Halos for Heroes". Surprise toutefois en fin de parcours avec un "Mojave Red Pt.1" très MAIDEN/METALLICA dans l'esprit, dont le feeling heavy contraste sévèrement avec le reste de l'album. Mais ce n'est rien à côté de "Mojave Red Pt.2", monstrueuse tuerie death thrash fusionnant EXODUS (on pense aux terribles "Tempo of the Damned" ou "Shovel Headed Kill Machine") et CANNIBAL CORPSE (pour les passages vicieux et la basse tentaculaire façon Alex Webster) avant de briser tout un parterre de nuques d'un ralentissement tellurique de 9.5 sur l'échelle de D.W.Richter. Deux titres vraiments jouissifs et un clin d'oeil au passage aux légendaires "Suicide Note" de PANTERA dont ils reprennent ici le concept schizophrène.

On l'aura compris, FULL BLOWN CHAOS n'a pas inventé la machine à poudrer les narines mais malgré l'anonymat de certains riffs et le caractère conventionnel de l'ensemble, de nombreux titres retiennent l'attention comme "Fail Like a Champ" et ses effluves death thrash, ou encore un "Heavy Lies the Crown" à vous retourner un pit en moins de temps qu'il n'en faut pour headbanger sur "Postmortem". La scène, voilà bien un territoire sur lequel ces redoutables américains doivent donner la pleine mesure de leur moshcore destructeur et fédérateur en diable. En attendant de croiser le fer avec eux on the road, ce "Heavy Lies the Crown" constitue une excellente mise en bouche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Full Blown Chaos
Thrashcore
2007 - Ferret Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (19)  6.69/10

plus d'infos sur
Full Blown Chaos
Full Blown Chaos
Thrashcore - 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Firefight
02.  The Hard Goodbye
03.  Halos for Heroes
04.  Fail Like a Champ
05.  Heavy Lies the Crown
06.  Over the End
07.  No Last Call
08.  All for Nothing
09.  Raise Hell
10.  Standpoint
11.  Mojave Red Pt.1
12.  Mojave Red Pt.2

Durée : 46.19 min.

line up
parution
21 Août 2007

Essayez aussi
Brick Bath
Brick Bath
I Won't Live The Lie

2001 - Crash Music
  
Austrian Death Machine
Austrian Death Machine
Total Brutal

2008 - Metal Blade Records
  
Lamb Of God
Lamb Of God
Ashes Of The Wake

2004 - Epic Records
  
Arise And Ruin
Arise And Ruin
The Final Dawn

2007 - Victory Records
  
Demonbreed
Demonbreed
Closer To God

2005 - Casket Music
  

Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique
Derkéta
In Death We Meet
Lire la chronique