chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

KMFDM - Tohuvabohu

Chronique

KMFDM Tohuvabohu
KMFDM revient. Implacable. Intraitable. Plus fort que jamais. Ce nouvel album, qui fait suite aux excellents "WWIII" et "Hau Ruck", a pour nom "Tohuvabohu". Dans l'Ancien Testament, tohuvabohu désignait le chaos de l'univers avant sa création. De nos jours, ce mot hébreu définit quelque chose de sauvage, instable, informe. Pour Sascha Konietzko, leader inaltérable de KMFDM, c'est surtout le terme qu'employait sa mère pour décrire le bordel qui lui servait de chambre quand il était gosse. Le jeune Sascha, insultant les voisins avec un haut parleur en balançant des vinyles de DEPECHE MODE sur leur engeance de caniche ? on imagine bien le petit Konietzko demander du gel pour sa crête et des lunettes d'aviateur pour les fêtes. Et la réponse de sa mère, invariable : "Range ton tohuvabohu d'abord"!

Actif depuis 1984, KMFDM a régné sur l'electro metal des 90's avec trois albums référentiels (Angst, Nihil, Xtort) avant de connaître un gros passage à vide au carrefour du nouveau millénaire. Un split et une poignée de disques fadasses plus tard, Konietzko décide de confier (en partie) le destin de son groupe fétiche entre les cordes vocales de Lucia Cifarelli. Si sa contribution sur "Attak" (2002), l'album du retour, reste modeste, "WWIII" relance définitivement la machine. Primo, Lucia se voit confier le micro sur la moitié des titres et alterne à merveille refrains pop entêtants et sorties plus aggressives. Secondo, Sascha et ses sbires ont ressorti les grattes du placard et bétonnent un mur de riffs comme aux plus belles heures d'un "Drug Against War". Classique de leur répertoire dont on retrouve ici un descendant direct, "Saft und Kraft", qui reprend à son compte toutes les composantes du thrash : double pédale qui muscle les abdos, riffs rapides et solo killer, rythme de course poursuite, le tout transcendé par des samples dont seul KMFDM a le secret. Un remake plus féroce encore que l'original !

Le reste de l'album, sans reléguer les guitares au second plan, est dans une veine plus électro, comme ce title track qu'on aurait pu retrouver sur la scène d'intro du premier Blade ; des vampires qui se déhanchent sous une pluie de sang, une danse de mort hypnotique sur fond de hardcore tek. Et ces guitares, tantôt suaves (façon KILLING JOKE), tantôt éfilées comme une lame de rasoir (comme sur "Feel" des illuminés de WALTARI) qui ne laissent jamais "Tohuvabohu" quitter la sphère métallique. Assez proche d'un 'Hau Ruck", "Tohuvabohu" martèle les côtes en cadence d'un refrain scandé à plein poumons par un Sascha littéralement déchaîné. "Looking for Strange" (très proche de "Real Thing"), "I Am What I Am" et "Not in my Name" mettent en valeur le registre pop de Lucia sur trois mid tempo assez irrésistibles. Mais ce n'est rien à côté de la reprise fantasque de LIAISONS DANGEREUSES, "Los Ninos del Parque", encore plus débile que le "Mini Mini Mini" de JACQUES DUTRONC sur l'album précédent. Chanté en espagnol, caviardé de samples crétins qui se jouent des défenses les plus élémentaires du cerveau, "Los Ninos del Parque" est LE titre qu'on attend fébrilement à chaque écoute de "Tohuvabohu". Firewalls et anti virus n'y pourront rien, vous finirez inéluctablement par headbanguer sauvagement sur ce monument de connerie sonore, entre guitares de cow-boys, synthés 80's et cris de hobbits bondissants (je pourrais pas mieux décrire !!!).

Dans un registre plus classique (pour KMFDM s'entend), on retrouve un de ces morceaux de propagande légendaire qui ont fait leur réputation, type "Inane" (Xtort, 1996) ou "D.I.Y." (Adios, 1999). Martelant le nom du groupe à intervalles réguliers, "Superpower" offre un condensé de ce que savent faire les allemands, capables de mixer dans un même morceau riffs d'acier, ultra heavy beat et cuivres jazzy. Impeccablement structuré, l'album ne laisse que peu de place aux bouche trous. Les morceaux les plus faibles sont sans doute "Spit or Swallow" (qui semble échappé des sessions de "Attak" tellement il rappelle "Risen") et "Bumaye", qui entourent un bien plus mémorable "Fait Accompli", dont le refrain catchy n'a pas fini de vous hanter. Dans la droite lignée de "Hau Ruck", dont il est finalement très proche (un line up enfin stable, ça aide), "Tohuvabohu" présente un KMFDM retrouvé qui progresse à chaque sortie. Revenez dans la danse, there's blood on the dance floor.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
29/10/2007 18:37
note: 8.5/10
Keyser a écrit : Je n'ai jamais entendu une seule note de ce groupe dont je ne connais que le nom mais encore une fois, chronique brillamment écrite (ouais nous on se suce les boules entre chroniqueurs sur Thrasho)!

Thanx a lot Mr. Keyser ! KMFDM je pense pas que ce soit franchement ta came mais leur son est si unique que ça en fait un groupe vraiment à part. Perso j'ai d'abord accroché à leur côté thrash avant de succomber aux parties électro, souvent très inspirées. Mon groupe d'indus préféré avec MINISTRY.
Keyser citer
Keyser
29/10/2007 10:25
Je n'ai jamais entendu une seule note de ce groupe dont je ne connais que le nom mais encore une fois, chronique brillamment écrite (ouais nous on se suce les boules entre chroniqueurs sur Thrasho)!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
KMFDM
Metal indus
2007 - Metropolis Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  5.5/10
Webzines : (6)  7.23/10

plus d'infos sur
KMFDM
KMFDM
Metal indus - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.  Superpower
02.  Looking for Strange
03.  Tohuvabohu
04.  I Am What I Am
05.  Saft und Kraft
06.  Headcase
07.  Los Ninos del Parque
08.  Not in my Name
09.  Spit or Swallow
10.  Fait Accompli
11.  Bumaye

Durée : 51:09

line up
parution
21 Août 2007

voir aussi
KMFDM
KMFDM
Blitz

2009 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
Hau Ruck

2005 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
WWIII

2003 - Sanctuary Records
  
KMFDM
KMFDM
WTF?!

2011 - Dependent
  
KMFDM
KMFDM
Attak

2002 - Metropolis Records
  

Essayez aussi
Ministry
Ministry
The Last Sucker

2007 - 13th Planet Records
  
Rammstein
Rammstein
Mutter

2001 - Universal Music
  
Red Harvest
Red Harvest
The Red Line Archives (Compil.)

2008 - Indie Recordings
  
Killing Joke
Killing Joke
MMXII

2012 - Spinefarm Records
  
Rammstein
Rammstein
Rammstein : Paris (DVD)

2017 - Vertigo
  

THE NEGATION pour l'EP "The Sixth Extinction"
Lire l'interview
Mortal Wound
Forms Of Unreasoning Fear (...
Lire la chronique
Diabolical + Krisiun + Septicflesh
Lire le live report
Gets Worse
Snubbed
Lire la chronique
Extirpation
A Damnation’s Stairway To T...
Lire la chronique
Shabti
Trembling And Shorn
Lire la chronique
Illum Adora
...of Serpentine Forces
Lire la chronique
Saqra's Cult
The 9th King
Lire la chronique
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
PPCM #12 - Deux pour le prix d'un ? EQUIPOISE et CONTRARIAN !
Lire le podcast
Frozen Soul
Encased In Ice (Démo)
Lire la chronique
Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique