chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

7th Nemesis - Violentia Imperatrix Mundi

Chronique

7th Nemesis Violentia Imperatrix Mundi
En voilà un bel exemple de volontarisme, de débrouillardise, de pugnacité et d'abnégation: encore un peu et 7th Nemesis pourrait prétendre devenir l'un de ces exemples mis en exergue par notre tout petit président pour illustrer sa « France qui se lève tôt » et qui « travaille plus pour gagner plus ». Sauf que je ne suis pas franchement sûr que les 7th Nemesis en soient déjà à gagner plus! C'est pourtant pas faute de déployer une énergie impressionnante:
- après une auto-prod' promotionnelle en 2002, le groupe sort un split (underground quality label episode 1) en 2003 avec Punishment sur lequel il éclipse ses collègues et récolte des louanges partout, y compris à l'international
- le groupe est d'ores et déjà un grand arpenteur de planches qui les a vu partager l'affiche avec Pitbulls in the Nursery, Defleshed, Aborted, Six Feet Under ou plus récemment Benighted et Kronos. Ils ont même été mettre leur grain de sel dans la dernière édition du Hellfest, après avoir dûment gagné leur place en remportant les suffrages des participants d'un web concours.
- le premier album du groupe ici présenté a été dans un premier temps autoproduit et mis à la libre disposition des internautes pour pas une thune (underground quality label episode 2)

Au vu de ces premiers éléments, j'avoue que même si "Violentia Imperatrix Mundi" - concept album qui ouvre une tétralogie traitant de thèmes Walt Disneyiens comme la violence fondatrice, le nihilisme et la déliquescence (cf. le site du groupe) – ne tenait pas ses promesses, le groupe n'en attirerait pas moins la sympathie.

Heureusement, cet album est très très bon, varié, dense et accrocheur. Au vu des précédentes chroniques réalisées par mes augustes confrères (ceci n'est pas du verlan), il semble que le style du groupe ait un peu perdu en sauvage bestialité ce qu'il a gagné en richesse de composition et en variété. Pour vous faire une idée du style pratiqué, dites-vous que "Violentia Imperatrix Mundi", c'est une base rythmique death classique, allant du mid-tempo au lattage bien speed, sans pour autant abuser du blast. Par là-dessus, on retrouve des grattes ayant été élevées au son black/death suédois et un chant très (très !) Carcassien, qui a fréquemment tendance à prendre des intonations black, mais qui sait tout de même aller chercher du bon gros growl quand le besoin s'en fait ressentir. Plutôt alléchant donc.

De plus, le groupe aime à développer son concept sur des pièces dont la durée dépasse occasionnellement les 6 minutes, y parsemant moult variations rythmiques et mélodiques. On rencontre au détour de ce voyage au pays du gros riff des sonorités aux couleurs subtilement méditerranéennes (« Divinus Afflatus », le lead central de « Odium_Humani_Generis », le passage hispanisant sur « Severance »), des passages plus rock, du violon (en touches très légères, ne fuyez pas), des passages de barbares où le groupe va recouvrir son costume de death-métalleux polonais (polonais, pour l'aspect martial), des samples et de subtiles effets électroniques afin de peaufiner les atmosphères … Bref, il y a à manger pour tout le monde, ou tout au moins pour tout ceux qui apprécient que la musique - et pas seulement les paroles - porte un concept en développant les ambiances qui lui siéent. Dans le même esprit, le chant de Sargon sait adopter d'autres formes que les susmentionnés registres Carcassiens et growleux, et tantôt parle, susurre, le tout non pas dans une optique putassière metalcoreuse mais bien pour jouer les rôles qui parachèvent de faire de cet album un univers à part entière.

Alors bon, pour finir de me conquérir définitivement, il aurait fallu une ou deux hymnes, de ces pépites qui viennent rehausser encore la magnificence d'une couronne royale, mais l'absence de celles-ci ne fait que refléter une grande homogénéité dans la qualité des compos, aucun morceau ne volant la vedette à ses congénères (quoique j'ai quand même un faible pour « The_Behemoth_Cycles »).

7th Nemesis c'est encore une corde de plus à l'arc métal extrême français, arc qui commence à ressembler de plus en plus à une harpe avec la pelletée de groupes de talent qu'on peut à présent dénombrer en nos terres hexagonales !!! Mais qui s'en plaindrait !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

John citer
John
20/11/2007 19:12
Vu plein de fois en live etc.
J'accroche pas.
cglaume citer
cglaume
20/11/2007 17:54
note: 8/10
On va maintenant attendre l'exception qui confirme la règle ! Sourire
Niktareum citer
Niktareum
20/11/2007 17:43
note: 7/10
Et moi j'aime moyen Mr Green
Putain ta théorie est géniale cyril! Mr Green
DR.Jkl citer
DR.Jkl
19/11/2007 20:35
note: 8/10
La théorie glaumienne se confirme, j'aime beaucoup, c'est efficace, varié, bien construit, personnel et le chant est excellent. Je dis oui!
Silenced-Self citer
Silenced-Self
19/11/2007 17:37
Bon ça à l'air d'être foutu du s au z; il reste à déterminer la lettre de démarcation pour savoir si le groupe a une chance.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/11/2007 16:45
cglaume a écrit : Xenocidist a écrit : Je rejoins Yz et v_y... Jamais compris non plus l'engouement pour 7th: c'est bien fait, bien joué, bien construit... Mais je m'ennuie mortellement à l'écoute ce ce disque. J'ai pourtant essayé un certain nombre de fois de donner sa chance à cet album, mais non, rien ne se passe. Pour moi, c'est juste un disque de death comme il en existe des milliers.

Il semblerait que la fin d'alphabet (v_y..., Yz et Xen...) ne réussisse pas à cet album. 7th N. et cg. se retrouvant à l'autre bout de la chaîne alphabétique (on va dire que les chiffres viennent avant le A), on peut peut-être y voir une explication ! Moqueur ... La logique voudrait que Dead, Chokos et Chris apprécient, mais que ThomasJ. ne soit pas trop fan !


Effectivement, j'avais téléchargé leur album mais ça ne m'a pas vraiment marqué. J'ai tendance à penser comme Von au bifidus actif sur ce coup là.
Xenocidist citer
Xenocidist
19/11/2007 15:41
note: 6/10
CQFD, rebelote et dix de der!
cglaume citer
cglaume
19/11/2007 15:36
note: 8/10
Xenocidist a écrit : Je rejoins Yz et v_y... Jamais compris non plus l'engouement pour 7th: c'est bien fait, bien joué, bien construit... Mais je m'ennuie mortellement à l'écoute ce ce disque. J'ai pourtant essayé un certain nombre de fois de donner sa chance à cet album, mais non, rien ne se passe. Pour moi, c'est juste un disque de death comme il en existe des milliers.

Il semblerait que la fin d'alphabet (v_y..., Yz et Xen...) ne réussisse pas à cet album. 7th N. et cg. se retrouvant à l'autre bout de la chaîne alphabétique (on va dire que les chiffres viennent avant le A), on peut peut-être y voir une explication ! Moqueur ... La logique voudrait que Dead, Chokos et Chris apprécient, mais que ThomasJ. ne soit pas trop fan !
Xenocidist citer
Xenocidist
19/11/2007 15:06
note: 6/10
Je rejoins Yz et v_y... Jamais compris non plus l'engouement pour 7th: c'est bien fait, bien joué, bien construit... Mais je m'ennuie mortellement à l'écoute ce ce disque. J'ai pourtant essayé un certain nombre de fois de donner sa chance à cet album, mais non, rien ne se passe. Pour moi, c'est juste un disque de death comme il en existe des milliers.
cglaume citer
cglaume
19/11/2007 14:51
note: 8/10
Perso, j'adore le fait que les morceaux soient très construits ... il manque par contre un peu de la touche magique qui transforme le tout en des morceaux hymnesques imparables (d'où ma légère réticence finale)
Yz citer
Yz
19/11/2007 14:13
note: 6.5/10
Tout pareil que le yaourt. C'est pas mauvais mais y'a pas de quoi sauter au plafond.
von_yaourt citer
von_yaourt
19/11/2007 14:07
note: 5.5/10
Boarf, personnellement, cet album m'a toujours laissé froid. Non pas que la musique de 7th Nemesis soit mauvaise, mais je la trouve un peu terne et sans réelle saveur. Le groupe alterne des passages brutaux bien faits mais aucunement impressionants et des passages plus posés sympathiques sans être mémorables. Bref, j'ai jamais trouvé que 7th Nemesis avait de quoi se démarquer de la masse des groupes de death français, même si c'est quand même bien pour un premier album, et que l'initiative de le distribuer en téléchargement gratuit était tout à fait honorable.

Edit : ah oui, j'ai oublié de mentioner que le chant est d'une rare qualité, c'est pour moi LE point positif de cet album.
cglaume citer
cglaume
19/11/2007 13:41
note: 8/10
A noter quand même: j'ai chroniqué l'album à partir de la version téléchargée il y a quelques mois de celà, et non pas à partir d'un promo de Restrain Records

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
7th Nemesis
Death Metal
2006 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  7.27/10
Webzines : (4)  7.83/10

plus d'infos sur
7th Nemesis
7th Nemesis
Death Metal - 2001 - France
  

écoutez
vidéos
Aporia
Aporia
7th Nemesis

Extrait de "Violentia Imperatrix Mundi"
  

tracklist
01.   Forsaken
02.   Omega Dei
03.   Moira Kai Hybris (La chair, le Monde et la Machine)
04.   Severance
05.   Prometheus Unleashed
06.   Divinus Afflatus
07.   Aporia
08.   The Behemoth Cycles
09.   Odium Humani Generis

Durée : 43:05

voir aussi
7th Nemesis
7th Nemesis
Archetype Of Natural Violence

2008 - Autoproduction
  
7th Nemesis / Punishment
7th Nemesis / Punishment
Chronicles Of A Sickness (Split-CD)

2003 - Skull Fucked Productions
  
7th Nemesis
7th Nemesis
Scourge Of The New World Order

2002 - Autoproduction
  
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
Reader's Choice (Split-CD)

2009 - VS Webzine Records
  

Essayez aussi
Graveyard
Graveyard
Hold Back The Dawn

2019 - War Anthem Records
  
Nekrovault
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregrination

2020 - Ván Records
  
Undergang
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)

2018 - Forlaget Corto
  
Endseeker
Endseeker
The Harvest

2019 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Kingdom of Conspiracy

2013 - Nuclear Blast Records
  

Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique