chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Slavia - Strength And Vision

Chronique

Slavia Strength And Vision
Cet album commence comme se termine Rain Of A Thousand Flames de Rhapsody. Oui-oui, vous vous êtes bien en train de lire la chronique du dernier album de Slavia, black metal norvégien avec le chanteur de Disiplin de son état. Mais je n'y peux rien moi, si Rhapsody avait déjà utilisé dans un de ses opus le quatrième mouvement (Allegro Con Fuoco) de l'ouverture de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak. Bon, la seule différence, c'est que là où Rhapsody massacrait ce chef d'œuvre en jouant et chantant par dessus, Slavia se contente d'en faire un sample d'introduction.
Bon, comme je suis un webzine de gros beaufs... de gros bœufs, je me doute que certains d'entre vous ne connaissent pas par cœur leurs œuvres classiques (ce qui est proprement scandaleux) et que Dvorak ça ne vous dit pas grand-chose. Au moins si je vous dis La Marche Funèbre de Chopin, là vous devriez à peu près savoir de quoi je parle, surtout si vous êtes fan de Candlemass. Et bien voilà, c'est ça Slavia : ça va du classique au baroque avec un magnifique rendu au niveau des violons. Quoi ? Comment ça vous n'y croyez pas ?

Oui, bon d'accord, Slavia c'est juste du black bien martial cru et sans fioritures, plus à même de vous propulser à l'esprit des images poétiques comme un défilé de majorettes en vert de gris que des choses nauséabondes et moralement répréhensibles comme une réunion de hippies, un concert de Grégory Lemarchal ou un meeting de Ségolène Royal. Et dans cette simple phrase, tout Slavia est décrit (j'admire de plus en plus mon talent) : c'est sulfureux, provocateur, outrancier, dérangé et dérangeant à tous les niveaux, et surtout musical. Il faut dire qu'avec General K du défunt Disiplin seul aux commandes, il ne fallait pas s'attendre à autre chose qu'à cela !
Comment décrire la musique de Slavia ? Prenez une base black metal norvégienne typique, rajoutez lui un feeling thrash old-school qui sera saupoudré avec parcimonie sur des refrains simples et efficaces, et emballez le tout dans une production délicieusement grésillante du fait de l'ultra saturation de la guitare et de la basse. Le rendu est assez surprenant : Strength And Vision est un album de black metal quelque part entre les années 80 et aujourd'hui, avec une production digne d'une démo de Bathory.
Vous aurez d'ailleurs parfois l'impression d'entendre des cymbales sur une ligne de guitare très mélodique comme celle de « Pissdrained Castle », mais ce n'est en fait que la distortion que l'on devine poussée à fond qui vous donnera cette impression plutôt gênante, accentuée par le fait que la batterie et le chant bénéficient eux d'un mixage tout à fait décent. Cette production difficilement supportable pour les habitués à celle du dernier Behemoth est totalement volontaire et, à l'image de l'album, paraît de prime abord être un travail plutôt fait à la va vite alors qu'il est en fait recherché, travaillé, fignolé et renforce le malaise palpable à l'écoute de ce Strength And Vision.

S'il fallait faire un reproche à cet album, c'est qu'il nage entre deux époques du black metal sans jamais les mélanger ou essayer de les concilier, à savoir d'un côté, le black old-school poisseux et entraînant et de l'autre un black metal beaucoup plus classique, plus posé et ambiancé. Et si la production sied à merveille à ce côté délicieusement rétro de l'album, elle dessert quand même quelque peu le côté froid et malsain des parties purement black metal, les rendant au final plus organiques, moins mélancoliques et moins froides. De plus, la jonction entre ces deux types de riffs s'effectue plutôt étrangement tant on a l'impression de passer d'un côté punk provocateur presque enjoué à une tension morbide palpable digne de la messe de requiem de grand tonton Bertrand qui est tragiquement décédé en mai dernier après avoir abusé des pilules bleues alors qu'il voulait faire plaisir à tatie Danièle.

Comme tout le reste dans ce premier album de Slavia (toutefois précédé d'une liste de démo aussi longue que celle des lacunes culturelles des prétendus chroniqueurs de black metal de Thrashocore, n'allez pas croire que Slavia est un groupe débutant !), cet aspect décalé est pensé, mûri et est avant tout là pour mettre l'auditeur mal à l'aise. Si ce Strength And Vision est très bon voire carrément jouissif, il ne plaira définitivement pas à ceux qu'une production digne d'une poêle à frire rebute, et l'usage abusif de samples – oui car outre Dvorak et Chopin, l'on peut entendre divers chants patriotiques et musiques tribales au début ou à la fin d'à peu près chaque morceau – apparaît un peu comme du remplissage alors que l'album ne dure que 35 très courtes minutes. On aurait clairement aimé en avoir plus.

A noter que leur cinquième concert, à Bergen, a été enregistré et que l'on peut en entendre un morceau sur leur myspace. Pour cette tournée, Lava, Hoest et Dreggen de Taake ont rejoint les rangs du groupe, et de manière définitive pour ces deux derniers. Comme quoi la scène black metal norvégienne ne se porte pas si mal que ça finalement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
24/11/2007 17:20
note: 8/10
ChoKos a écrit : Sinon, leur chanteur est mort ou j'ai pas compris (celui de Slavia hein) ?

C'est une question que je me suis déjà posé il y a plusieurs mois,à la sortie de l'album, j'ai vu que le profil du chanteur était General K (R.I.P. 1979-2007)... or depuis il a fait des concerts un peu partout avec Slavia. Donc à moins qu'un chaman vaudou ranime son corps tous les soirs de tournée, je pense qu'il est bel et bien vivant. Mr Green
ChoKos citer
ChoKos
24/11/2007 16:20
von yaourt a écrit :
Attention, j'ai pas dit que j'aimais Rhapsody hein. Mais quand c'est à pas cher ça distrait toujours son homme : on l'écoute une fois, on rigole bien et on le met au fond d'un tirroir.

Ouais. Comme Misanthrope quoi. Moqueur

Sinon, leur chanteur est mort ou j'ai pas compris (celui de Slavia hein) ?
von_yaourt citer
von_yaourt
24/11/2007 12:25
note: 8/10
Dead a écrit : Ouais mais tu viens de ruiner ta réputation et ta crédibilité en une seule phrase Mr Green

Attention, j'ai pas dit que j'aimais Rhapsody hein. Mais quand c'est à pas cher ça distrait toujours son homme : on l'écoute une fois, on rigole bien et on le met au fond d'un tirroir. Moqueur
Dead citer
Dead
24/11/2007 12:11
Ouais mais tu viens de ruiner ta réputation et ta crédibilité en une seule phrase Mr Green
von_yaourt citer
von_yaourt
24/11/2007 12:05
note: 8/10
C'est très simple mon cher Krow, ça s'appelle la Culture, ne t'en fais pas, ça viendra avec le temps.

Et puis j'aurais aussi très bien pu dire que ce mouvement de Dvorak a aussi été utilisé par Panzerjäger mais ça aurait été tout de suite beaucoup moins comique, non ? Mr Green
Krow citer
Krow
23/11/2007 22:39
La question que je me pose : comment tu sais comment se termine cet album de Rhapsody ? HEIN ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slavia
Black Metal
2007 - Drakkar Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7/10
Webzines : (4)  6.83/10

plus d'infos sur
Slavia
Slavia
Black / Ambient - 1997 † 2011 - Norvège
  

tracklist
01.   Pissdrained Castles of Gold
02.   The Blasphemic Art
03.   Divided by Three
04.   Detector of Evil
05.   Not Even Human Fucking Beings
06.   The Ancient Light
07.   The Abyss Desecrator
08.   Trifolium Repens

Durée : 34:59

line up
parution
30 Mars 2007

voir aussi
Slavia
Slavia
Integrity And Victory

2011 - Drakkar Productions
  

Essayez aussi
Uhl
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)

2015 - Autoproduction
  
Naðra
Naðra
Allir Vegir Til Glötunar

2016 - Signal Rex
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  
Arkona
Arkona
Age of Capricorn

2019 - Debemur Morti Productions
  
Fyrnask
Fyrnask
Fórn

2016 - Ván Records
  

16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique