chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

After Forever - After Forever

Chronique

After Forever After Forever
Du point de vue de la scène « Metal à chanteuse », on ne peut pas vraiment dire que 2007 a été un grand cru, plusieurs de ses plus illustres représentants s'étant révélés bien décevants : Nightwish n'a pas fait l'unanimité (loin s'en faut) avec « Dark Passion Play » et sa nouvelle chanteuse, Sirenia a accouché d'un album manquant fortement d'originalité tandis que Within Temptation a perdu toute personnalité en lorgnant honteusement vers le répertoire d'Evanescence. Seul After Forever, avec son 5ème album (et première livraison pour le label Nuclear Blast), semble avoir véritablement tiré son épingle du jeu.

Fort d'un line-up visiblement bien uni (il suffit de les voir évoluer sur scène) et loin de tourner le dos à leurs origines, les hollandais nous livrent ici un album impressionnant de maîtrise où gros riffs Metal, influences classiques et sonorités électroniques se marient à merveille. D'ailleurs, signe révélateur, After Forever a voulu donner un titre éponyme à cet album, choix souvent pris pour marquer un virage important dans la discographie d'un groupe. Néanmoins, ce disque n'aurait pas non plus démérité son titre originel qui était, au départ, « Ernergized ». En effet, la plupart des compositions de ce nouvel album s'avèrent très énergiques (à l'image de Evoke, Transitory, Equally Destructive, Withering Time ou encore Envision) et vraiment taillées pour cartonner en live. Et ce, pour plusieurs raisons. D'une part, la plupart des compos bénéficient de refrains ultra-accrocheurs qui s'inscrivent directement dans votre mémoire pour ne plus la quitter. Inutile de les énumérer, l'intégralité des 13 morceaux du digipack pourrait y passer. D'autre part, la structure des compos a été simplifiée et les morceaux défilent à une vitesse folle (comptez 4'30 mn en moyenne, si l'on exclu la masterpiece Dreamflight qui culmine tout de même à près de 11 mn).

Cependant, la simplicité des structures n'a pas eu pour conséquence d'amoindrir la richesse musicale de ce « After Forever ». Bien au contraire. Rares sont les groupes capables de mélanger aussi efficacement influences classiques (le groupe a d'ailleurs eu recours à l'orchestre symphonique de Prague sur ce disque) et sonorités électroniques sans que cette alliance n'apparaisse, à aucun moment, contre nature ou trop pompeuse. Il n'y a ici aucune surenchère : chaque élément, qu'il soit metal, classique, électronique ou lyrique est utilisé judicieusement, pour servir le morceau. D'ailleurs, je serai presque tenté de dire que même si le lyrique vous rebute, alors cet album est malgré tout fait pour vous. Pourquoi ? Car Floor Jansen n'utilise ici que très peu son chant lyrique (seuls Evoke et Withering Time en contiennent), préférant nous dévoiler, pour notre plus grand bonheur, tout l'éventail de son talent ... qui est immense. La palette d'émotions qu'elle transmet est vraiment impressionnante : on frissonne sur Discord et Energize Me, on à envie de chanter à pleins poumons les refrains d'Envision ou Equally Destructive et on écraserait volontiers sa petite larme à l'écoute de Cry With A Smile et Lonely, les deux ballades (pas mielleuses pour un sou) de cet album. On peine même parfois à croire qu'il n'y a qu'une seule chanteuse sur ce disque et, lorsque Doro Pesch fait une apparition en guest sur Who I Am (un des rares titres faiblards), sa prestation est quasi occultée par le talent vocal de Floor Jansen.

Mais elle n'est pas la seule a faire preuve d'un grand talent. Toutes les compositions de cet album sont l'œuvre de deux personnes. Tout d'abord Joost van den Broek, le claviériste, qui, bien qu'étant le dernier membre à avoir intégré After Forever (il a rejoint le groupe en 2004, en remplacement de Lando van Gil), s'est chargé de tous les arrangements. Travail impressionnant quand on sait le nombre d'orchestrations et de parties de claviers qui parsèment cet album. Et enfin, Sander Gommans, qui, appuyé par l'autre guitariste Bas Maas, est à l'origine de toutes les sonorités Metal de ce disque. En charge des growls (présents chez After Forever depuis leur tout premier album), c'est aussi lui l'auteur de tous les riffs. En règle général, ceux-ci sont assez faciles d'accès, Sander Gommans privilégiant l'efficacité plutôt que la débauche de technique. Néanmoins, chose assez rare chez After Forever pour être soulignée, il nous gratifie également de quelques soli (courts, certes, mais bien sentis), aidé dans sa tâche par Jeff Waters (Annihilator) qui vient jouer les invités de luxe sur De-Energized

Avec ce nouvel album, peut-être le meilleur de la discographie des néerlandais, After Forever a toutes les cartes en main pour devenir la référence en matière de Metal à chant féminin. D'une part, parce qu'il a à sa tête celle qui est certainement la meilleure chanteuse de la scène Metal actuelle, ses nombreuses capacités vocales l'a mettant bien au dessus du lot de ses concurrentes directes. D'autre part, parce que la richesse et la personnalité des compos qui le jalonne en font un des tous meilleures albums de 2007 dans le style, loin devant Nightwish, Sirenia ou Within Temptation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
18/12/2007 15:05
m.Kekchoz a écrit : orion a écrit : Ca me donne bien envie de me le prendre celui là.
C'est la chanteuse que je vais prendre ouais !


La finesse, c'est ce que j'aime le plus chez les metalleux Mort de Rire
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
18/12/2007 14:58
orion a écrit : Ca me donne bien envie de me le prendre celui là.
C'est la chanteuse que je vais prendre ouais !
Keyser citer
Keyser
18/12/2007 09:08
J'avais beaucoup aimé leur prestation au Hellfest, très efficace. Je l'écouterai peut-être celui-là alors!
Dead citer
Dead
17/12/2007 22:45
Pour en revenir à la musique, ça me dit plus rien ce genre de groupes. Il fut un temps où j'écoutais que ça et je crois que je me suis gavé...
Evil_Nick citer
Evil_Nick
17/12/2007 21:13
note: 9/10
Dead a écrit : Evil_Nick a écrit : Dead a écrit : Perso je préfère la chanteuse d'Epica.

/SAR Mr Green


Vla que Dead se met à flooder maintenant. Où va le monde ?!


Y a plus de respect mon bon monsieur Moqueur


Y'a plus de saisons non plus.
Dead citer
Dead
17/12/2007 21:06
Evil_Nick a écrit : Dead a écrit : Perso je préfère la chanteuse d'Epica.

/SAR Mr Green


Vla que Dead se met à flooder maintenant. Où va le monde ?!


Y a plus de respect mon bon monsieur Moqueur
Evil_Nick citer
Evil_Nick
17/12/2007 20:15
note: 9/10
Dead a écrit : Perso je préfère la chanteuse d'Epica.

/SAR Mr Green


Vla que Dead se met à flooder maintenant. Où va le monde ?!
D'un point de vue capacités vocales, metal-attitude et même physique, y'a pas photo, je dis Floor Jansen moi !!!
orion citer
orion
17/12/2007 20:02
Ca me donne bien envie de me le prendre celui là.
Dead citer
Dead
17/12/2007 19:40
Perso je préfère la chanteuse d'Epica.

/SAR Mr Green
Evil_Nick citer
Evil_Nick
17/12/2007 17:41
note: 9/10
4 extraits de cet album sont écoutables sur leur MySpace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
After Forever
Metal symphonique
2007 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (20)  8.36/10

plus d'infos sur
After Forever
After Forever
Metal symphonique - 1995 † 2009 - Pays-Bas
  

vidéos
Energize Me
Energize Me
After Forever

Extrait de "After Forever"
  

tracklist
01.   Discord
02.   Evoke
03.   Transitory
04.   Energize Me
05.   Equally Destructive
06.   Withering Time
07.   De-Energized
08.   Cry With A Smile
09.   Envision
10.   Who I Am
11.   Dreamflight
12.   Empty Memories
13.   Lonely (Bonus édition limitée)

Durée : 61 min.

line up
parution
23 Avril 2007

Essayez aussi
Epica
Epica
The Phantom Agony

2003 - Transmission Records
  
Rhapsody
Rhapsody
Symphony Of Enchanted Lands

1998 - Nothing To Say
  
Nightwish
Nightwish
Oceanborn

1998 - Spinefarm Records
  
Nightwish
Nightwish
Angels Fall First

1997 - Spinefarm Records
  
Rhapsody
Rhapsody
Legendary Tales

1997 - Nothing To Say
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique