chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Babylon Pression - Travaille Consomme Et Meurs

Chronique

Babylon Pression Travaille Consomme Et Meurs
Vous me connaissez, je suis pas prêt d'adhérer à la IIIème Internationale sous peu (pour les lycéens purulents d'acné qui nous lisent, pour Chris, et pour l'ensemble des altermondialistes en fac de lettres, non la IIIème internationale n'est ni une nouvelle guerre mondiale, ni un festival de tektonik, mais bien la grand alliance mondiale de tous les communistes, en résumé de Lénine). Voyez-vous, entre l'animation de ma cellule de soutien psychologique à Jean-Marie Le Pen et mes chroniques dans "Le petit nazi libéré des juifs", je n'ai plus une Minute à moi. (hin hin. Pour ceux qui n'ont pas compris cette vanne, Minute était un journal bêtement qualifié d'extrémiste parce qu'il disait qu'Augusto Pinochet était le plus grand démocrate que le Chili ait jamais connu, et dont le regretté Pierre Desproges disait qu'il était "économique, parce que ça dispense de lire tout Sartre ; pour un franc cinquante, on a à la fois La Nausée et les Mains sales." Si vous ne savez ni qui est Pierre Desproges, ni qui est Sartre, allez vous faire foutre, je vais pas tout vous faire. Y'a pas marqué "Encyclopedia Universalis" ici) (Nda: A montre son front)

Je m'égare, que Dieu me pardonne. On m'a donc proposé le nouveau disque de Babylone Pression : "Consommer Produire Mourir", à moins que ce ne soit "Dormir Manger Travailler Aller à la pêche", groupe que je ne connaissais pas, et qui fait partie de l'écurie Coriace, ce qui me donnait un a priori plutôt négatif, vu que je n'aime pas vraiment les groupes managés par cette team. (Quand je dis "proposer", mais c'est une figure de style. Dead lit dans le marc de cognac qui se verra imposer le prochain disque promotionnel dont personne ne veut et comme il est toujours bourré, il fait n'importe quoi.). Ah ça y est j'ai retrouvé le bon titre, c'est "Travaille consomme et meurs". J'étais pas loin.

Et là, ô joie, ô surprise, ô nanisme, je me suis surpris à aimer, voir à taper du pied par terre, ce qui est le signe d'une intense joie (alors que, contrairement à mon labrador, quand je me tape la queue par terre, c'est plutôt signe d'un certain mécontentement.) Et pour cause, sous un vernis gentiment altergauchiste de mes deux (yeux, pas couilles, sinon ça fait vulgaire et ma maman aime pas ça) et fortement anti-capitaliste contestataire (enfin traité avec un peu d'humour, voir la couverture avec ce slogan imprimé "Exploiter, Conquerir, Ecraser, Licencier, Michel Sardou", qui m'a fait entrevoir un sourire - ce qui n'est pas rien quand on sait que la dernière fois que j'ai souri c'est quand j'ai vu la gueule de Pascal Nègre à l'annonce des chiffres de vente des anencéphales starcacadémiciens), BP (Babylone Pression, hein, pas British Pétroleum) envoie la sauce d'une façon assez irrésistible. Expliquons-nous car je vois votre air surpris. Mais si ! Ne niez pas l'évidence, vous avez l'air surpris !

Loin du néo très faisandé des groupes contestataires, Babylone Pression mélange joyeusement plusieurs styles avec un seul mot d'ordre : faire bouger les gens. Entre rock n'roll simpliste mais tellement efficace ("Démagloria"), funk métal à la RHCP des débuts (avant qu'ils ne fassent de la soupe appertisée pour trépanés décérébrés par l'abus d'acronymes – entre autres SMS, NRJ et HIV - , sur "Seul parmi les autres", avec des bouts de néo dedans, Ragga-métal ("Sandwich à la merde"), punk-rock ("Ne pars pas ou je te tue") et autres genres déconseillés aux asthmatiques cataleptiques. Babylone Pression enchaîne les titres, donnant envie de démarrer un pit dans une queue à la Poste. (Note pour moi-même : arrêter d'écouter du métal à la Poste) Ils ont même pensé à poser leur guitare et faire une plage plus lente, mais tout aussi pesante. Pas forcément ce que j'ai apprécié de l'album, mais j'en reviens déjà pas d'apprécier le reste que je ne m'y suis pas trop attardé.

Bref, un album sympathiquement enjoué (avec force humour un peu lipidique et textes vraiment pas très subtils), dénonçant des poncifs avec les clichés usuels, bon ça à force on n'y fait même plus attention, mais diablement entraînant, ça je dois bien leur reconnaître.
A écouter pour faire pousser les dreads plus vite.

PS : normalement, la carte de membre à la LCR est inclue dans le prix du CD.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

citer
Julien
01/05/2009 22:54
Je vais passer pour la fiotte de ce site , etant un fan de neo parmi vous amateurs de bons crus de brutal death ou de grind mais bon jme jette dans les flammes ^^

Quand au CD , c'est pas trop mal , meme bien sans aller jusqu'au "ca dechire grave pelo" , qui est de toute facon une expression pourrie ... On retrouve tellement de style que ca devient labyrinthique je trouve. Mais la varieté a t elle deja tué quelqu'un ?
Invité citer
thomz
02/10/2008 18:42
"babylon pression", et non "babylone pression" ça fait pas très pro tout ça...
citer
..:: JU ::..
07/01/2008 09:55
Inhuman Effect a écrit :
Disons que ce type d'idéologie n'est à proprement parler la mienne, donc déjà je part avec un apriori assez négatif.
D'autant plus que musicalement, et bien ce n'est pas mon truc pour dire les choses poliment.

Et bien en fait, moi c'est tout pareil que toit à la base.....! Sourire
J'écoute à 90% du Brutal Death et du Grind, donc là on peut dire que c'est pas trop mon style de prédilection habituel.....
Sauf que j'ai été juste agréablement surpris par cet opus (sans pour autant le placer dans mon top 10, faut pas déconner non plus Clin d'oeil ) : je l'ai écouté avec d'énormes à priori, et alors que je m'attendais à un truc bien pourri, avec un "3/20, parce que la pochette est sympa", et bien finalement ça tiens plutôt bien la route ...!
Mais je te rejoins : l'idéologie abordée et les paroles me font bien marrer, mais ça s'arrête là...

Inhuman Effect a écrit :
PS : et n'hésite pas à venir faire parti de la grande famille Thrasho hein ! Clin d'oeil

Pas de problèmes, avec plaisir ! Clin d'oeil
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
05/01/2008 20:52
..:: JU ::.. a écrit : (et puis un groupe qui fout "tf1" et le "fn" dans la "Corbeille" ne doit pas être froncièrement mauvais.... Sourire)
Tout s'explique Mr Green

Citation : @ Inhuman Effect : concernant l'idéologie, j'y suis moi même peu attaché, mais je tiens quand même à préciser que Babylon Pression est quand même assez loin du cliché "djEunz rebElZ Ki nik la FrAncE" !! faut pas déconner non plus, ok les paroles sont loin d'être super recherchées, mais ils sont un poil plus mature (en tout cas dans leur zik et sur leur site) que ce cliché .....
Disons que ce type d'idéologie n'est à proprement parler la mienne, donc déjà je part avec un apriori assez négatif.
D'autant plus que musicalement, et bien ce n'est pas mon truc pour dire les choses poliment.
Mais si ça peut ravier les esgourdes d'autres, alors tant mieux !

PS : et n'hésite pas à venir faire parti de la grande famille Thrasho hein ! Clin d'oeil
citer
..:: JU ::..
04/01/2008 18:50
Bonne surprise pour ma part que ce nouvel album des Babylon Pression !
N'étant pas spécialement fan du style de zik pratiqué, et ne connaissant ce groupe que de nom, mon premier contact avec "Travaille Consomme Et Meurs" fut ... leur site oueb......! Et là, d'emblée, ça m'a plut ! Bon, d'une part parce qu'avant d'accéder au site, on peut écouter une tite chanson de l'alboum ("La France A Peur"Clin d'oeil, et que cette chanson m'a franchement bien plu ! et puis aussi et surtout parce que leur site est franchement terrible, bien foutu, recherché et assez marrant : c'est la restitution d'un bureau de PC, avec toutes les infos inhérentes au groupe, disséminées dans "Mes Documents" ou dans le "Poste de Travail" (et puis un groupe qui fout "tf1" et le "fn" dans la "Corbeille" ne doit pas être froncièrement mauvais.... Sourire)

Une fois passé ce détail (qui n'en est pas vraiment un), j'ai alors décidé de me pencher sur leur zik, et là surprise : c'est bien ! c'est même très bien en fait !! Bon, ok, pas de révolution, ça reste du Metal au sens large, avec pas mal d'influences, mais ça fait bien jumper, et puis surtout ça évite tous les clichés du genre, ce qui est déjà en soit une performance.
Donc c'est certes pas l'album de l'année (loin de là), mais une très bonne surprise quand même, et même que s'ils passent pas loin de chez moi, j'irais surement les voir...


@ Inhuman Effect : concernant l'idéologie, j'y suis moi même peu attaché, mais je tiens quand même à préciser que Babylon Pression est quand même assez loin du cliché "djEunz rebElZ Ki nik la FrAncE" !! faut pas déconner non plus, ok les paroles sont loin d'être super recherchées, mais ils sont un poil plus mature (en tout cas dans leur zik et sur leur site) que ce cliché .....
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
29/12/2007 12:23
Keyser a écrit :
Pas pour moi non plus Mr Green
Remarque ça m'a jamais empêché d'écouter du Misery Index ou du Nasum. Mais vu la description musicale...Mr Green

Pareil pour moi Clin d'oeil
L'idéologie, finalement ça m'importe peu seulement là c'est encore plus niais quoi, genre djEunz rebElZ Ki nik la FrAncE.
Et puis le style pratiqué, non ça va pas le faire.
Keyser citer
Keyser
29/12/2007 12:15
Inhuman Effect a écrit : Je sais pas ce que ça donne musicalement, mais rien qu'au niveau de l'idéologie c'est clairement pas pour moi.

Pas pour moi non plus Mr Green

Remarque ça m'a jamais empêché d'écouter du Misery Index ou du Nasum. Mais vu la description musicale...Mr Green
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
28/12/2007 17:49
Je sais pas ce que ça donne musicalement, mais rien qu'au niveau de l'idéologie c'est clairement pas pour moi.

Attention je suis très loin d'être NS, ou autre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Babylon Pression
Rockn'néo
2007 - C1D Production
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (2)  7.88/10

plus d'infos sur
Babylon Pression
Babylon Pression
Rockn'néo - France
  

tracklist
01.   Seul parmi les autres
02.   Je ne sers à rien
03.   Déjà mort
04.   La vie sous vide
05.   La France à peur
06.   Responsable mais pas coupable
07.   Demagloria
08.   Tellement de connards et si peu de cartouches
09.   Sandwich à la merde
10.   Esclave de la patrie
11.   Ne pars pas ou je te tue
12.   J'ai trente ans et j'ai rien fait

Durée : 50'36

line up
parution
14 Septembre 2007

voir aussi
Babylon Pression
Babylon Pression
Classé X (Démo)

2001 - Autoproduction
  
Babylon Pression
Babylon Pression
Negative Generation

2004 - Sriracha Sauce
  

Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique
Derkéta
In Death We Meet
Lire la chronique