chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Enemy Of The Sun - Shadows

Chronique

Enemy Of The Sun Shadows
TOI ! Oui TOI! Tu connais Grip Inc.? ... Tiens je m'en doutais, t'as plus une tête à écouter du Visceral Bleeding, t'as raison c'est bien aussi… Dommage quand même, parce que Grip Inc. ça cassait des culs, comme on disait dans le bon vieux temps. Oui on parlait bizarrement à l'époque tu peux le dire. Imagines le line-up quand même : Waldemar Sorytcha à la gratte, un compositeur et un guitariste de génie, qui en plus savait appuyer sur des boutons et tourner des molettes pour qu'un album sonne bien… un producteur oui c'est ça ; Dave Lombardo à la batterie, tu te souviens de Slayer ? Ce groupe dont tu n'as jamais entendu une note, mais tu sais que c'est bien, et puis Raining Blood c'est un album culte, tu l'as encore lu hier sur blabbermouth… et Gus Chambers, alors là ne cherches pas dans tes souvenirs ça ne te dirait rien, c'est juste un vocaliste enragé débarqué du punk et qui mettait autant de conviction dans son chant que Sarko dans le renvoi des immigrés...

Bref tout ce beau monde a fait à ce jour 4 albums, dont tu verras bien un jour les chroniques sur Thrasho (2 y sont déjà) ; souviens toi juste que ça cartonnait dans le genre Thrash moderne, et que justement, bien qu'enterré pour l'instant le projet n'est pas encore mort, mais Lombardo est surbooké avec Slayer et on ne risque pas d'entendre parler de Grip Inc. encore cette année… Alors le gars Waldemar, lui il avait encore des riffs dans la manche, et en plus c'est un hyper actif, quand il ne produit pas des groupes il compose il compose il compose… de la merde chez Eyes of Eden, que tu auras peut être supporté en première partie de Paradise Lost l'année dernière ; mais aussi du riffage à la old-Grip, et là on arrive au cœur du sujet (putain 2 paragraphes pour accoucher il commence à radoter le Chris) : Enemy Of The Sun c'est du Grip Inc. en pareil mais pas totalement, en tout cas ça sent bon et ça devrait te plaire si tu n'es totalement réfractaire au genre : Pantera qui baise avec Nevermore et Faith No More, le tout filmé et produit par Slayer qui y mettrait aussi de sa personne sur les suppléments X du DVD.

Bon ça peut te plaire ? Tant mieux, parce que la kro ne fait que commencer. Déjà, il faut te dire que niveau riff c'est du lourd, de l'actuel, du thrashisant, du moderne, du groovy, et que ça ne peut pas être cantonné uniquement dans un seul style : tantôt thrash bien rapide, tantôt power métal, et souvent accrocheur et même déjanté par moments, on ne sait plus à quel saint se vouer et quelque part c'est rafraîchissant ! Des brûlots comme « Twenty Three Feet » ou « Brain Sucking Machine » sont ainsi difficilement classable dans un style ou un autre, et les arrangements Pattoniens ne devraient pas laisser indifférent, dans un sens ou l'autre. Tu n'as pas connu Grip Inc. donc, mais tu apprendras avec plaisir que Waldemar avait toujours développé un goût particulier pour les sonorités flamenco (oui tu as bien lu) : on les retrouve ici disséminés avec parcimonie et intelligence, et tu auras parfois envie sur un simple break acoustique de faire des claquettes ou de te taper Penelope Cruz, moi aussi rassures toi !

Parlons un peu des choses qui fâchent : le chant. Oui, Waldemar n'a pas repris un enragé à la Chambers, ici c'est un Jules Näveri (ex. Misery Inc.) qui adoucie les mœurs avec un style quand même très mélodique, parfois hurlé, mais qui ne t'arrachera à coup sur pas les esgourdes comme Visceral Bleeding (putain l'est bon ce groupe quand même) par exemple. C'est pourquoi j'ai évoqué Nevermore précédemment, parce que si tu n'aimes pas ce Thrash plus chanté qu'hurlé tu bloqueras de suite ; attentions ne comparons pas non plus ce qui n'est pas comparable, Warrel Dane et ses acolytes restent un cran au dessus d'Enemy Of The Sun, mais le style est similaire en partie. Ce chant, vraiment « chanté » donc, donne quelques refrains léchés comme « Emptiness » ou « Carousel » que je trouve très sympa pour ma part ; cependant tu va peut être bloquer là-dessus et retourner écouter Visceral je ne peux t'en vouloir !

Enemy Of The Sun est un groupe très “easy listening”, qui ne se prend pas trop la tête niveau composition et structure: les titres font 4 minutes en moyenne et sont tous bâtis sur le même schéma répétitif couplet / refrain que tu connais bien pour avoir déjà eu un album de Dew-Scented dans sa discothèque ; cela n'enlève rien à sa qualité mais ne t'attends pas à passer des heures à décortiquer chaque riff en long et en large. On sent bien la patte Sorychta dans l'ensemble, mais tu t'en fous tu m'as dit que tu ne connaissais pas Grip Inc…. et bien met toi s'y ! Et quand tu auras un peu de temps et si tu as apprécié le style, oublies ton envie de violence un moment et jettes y une oreille ; ce n'est pas un chef d'œuvre attendu mais le potentiel est là et c'est déjà suffisamment accrocheur pour laisser présager un successeur de qualité. Je t'attends dans les commentaires de ma prochaine chronique donc…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

armageddon200 citer
armageddon200
20/01/2011 16:31
note: 5/10
j'y croyais.... eh oui, j'y croyais que ce serait aussi bien que Grip Inc.....
eh bien je me trompais... c'est limite chiant, aucun relief... passable: c'est le mot qui convient
Arnaud citer
Arnaud
12/01/2008 17:52
Tiens marrant, j'y ai jeté une oreille aujourd'hui chez mon disquaire.
En effet c'est du bon Heavy/Thrash moderne avec de bons riffs mais ça devient quand même trop répétitif sur la longueur.
Si le chant peut surprendre au départ, on s'y fait assez vite, belle performance.

Album sympathique dirons-nous.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Enemy Of The Sun
Heavy / Thrash moderne
2008 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  4.75/10
Webzines : (19)  7/10

plus d'infos sur
Enemy Of The Sun
Enemy Of The Sun
Heavy / Thrash moderne - 2006 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.  Emptiness
02.  Burning Bridges
03.  Lives Based On Conflicts
04.  Clearly Surreal
05.  Carousel
06.  Twenty Three Feet
07.  Feel The Beating
08.  Satisfied By Ego Purposes
09.  Brain Sucking Machine
10.  Weak
11.  Liar
12.  Lost In Time
13.  Enemigo del Sol (US Bonus Track)

line up
parution
17 Janvier 2008

Essayez aussi
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Nevermore
Nevermore
Dead Heart In A Dead World

2000 - Century Media Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique