chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Harlots - Betrayer

Chronique

Harlots Betrayer
En manque de musique ultra chaotique et technique piochant autant dans le grind/death que dans le hardcore ? Les Américains d'Harlots devraient peut-être rassasier (ou simplement faire chier ton voisin) ton côté psychopathe skyzophrène « violeur-de-pékinois-et-fan-de-Frédéric-François » (Dead on t'a cramé !) une petite demi-heure. Formé dans l'Ohio en 2002, le groupe sort très vite deux albums et un EP puis enchaîne les concerts (300 à ce jour). Une réputation se crée dans le milieu underground et n'échappe au label germanique éclectique Lifeforce Records, signant le groupe le plus extrême de son catalogue. Betrayer est lancé.

A première écoute (trois premiers titres d'une violence sans équivoque) et vue la dénomination « technical grind/death » sur Metal-Archives©, le choix de chroniquer ce promo pourrait paraître totalement suicidaire, j'aurais pu le transmettre à mes collègues bourrinos… Que nenni, la définition de Metal-Archives n'est pas franchement exacte (peut-être leurs anciens albums ?) même si le collage d'étiquette reste assez périlleux. Ici, Harlots se situerait entre un Cephalic Carnage et un The Red Chord qui irait rencontrer le mathcore ouvert (vous verrez pourquoi) d'un The Dillinger Escape Plan. Comparaison sans exagération aucune, la (très) jeune bande possédant un niveau de jeu plutôt hallucinant ! Véritable foutoir que j'éviterai d'analyser si vous le voulez bien (un Doliprane en suppo svp ?), les riffs piochent dans toutes les sauces et proposent quelques leads death ou riffs alambiqués méchamment headbanguant (enfin secouage de tête avec camisole hein !). Relativement éprouvant la première fois, Betrayer nécessitera une petite mise en jambe avant de s'habituer à la chose mais aussi d'y découvrir ses subtilités, aidé d'une production exemplaire de Joel Lauver (Job For A Cowboy, Demericous, Destroyer Destroyer).

Effectivement, l'album ne se limite pas à un capharnaüm de 43 minutes (heureusement pour moi !) : Harlots ne cache pas son amour pour le post-core. Dans la veine d'un Isis, un titre complet comme « Dried Up Goliathan », « The Concept Of Existence » ou la sublime conclusion « Suicide Medley » démontre un nouvel Harlots entièrement méconnaissable ! Le pire c'est que la bande arrive à proposer son nouvel style avec une certaine réussite (il y a encore pas mal de boulot tout de même), les musicos passant du riff tremolo/blasts à du post-rock sans broncher. Le chanteur varie dans la course ses hurlements hybrides (death/hardcore très proche de Tommy de BTBAM) vers un chant parlé (PTW/Shaï Hulud) et clair (« Full Body Contortion », « Dried Up Goliathan » et « This Is A Test, No Flesh Shall Be Spared ») pas très juste certes, mais pardonnable. Tout pour faire un grand album malheureusement la technique ne fait pas tout et camoufle parfois des compos pas très fraîches voire carrément fadasses (notamment sur la fin : « Building An Empire Towards Destruction » ou « Consensus For The Locus Of Thought »), entendre par là de la branlette pour la branlette sans rien derrière (à quoi tu penses petit cochon ?!)… Dommage.

Bourrins ouverts d'esprits (« post-core » ne te fais pas peur) et autres adeptes d'un Silent Circus (Betrayer s'en rapproche beaucoup), cet album te défoulera bien comme il faut. Malgré un côté inégal (bourrin comme calme) et des transitions relativement grinçantes couplés à des critiques incendiaires pour la plupart, Betrayer annonce une suite de discographie extrêmement intéressante. Le groupe devrait affiner son style puis bientôt trouver un label plus imposant (comme 90% des groupes de Lifeforce) et marquer ainsi une plus grande partie du public.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Saku' citer
Saku'
10/02/2008 23:43
Mon frère écoute ça à fond avec les 1ers Ion Dissonance, et si on est pas friand du style, ça fait très mal au crâne !
citer
Personne
23/01/2008 01:49
http://www.myspace.com/harlots

Bien plus de son ici

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Harlots
Grind/Death/Mathcore
2008 - Lifeforce Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (23)  6.31/10

plus d'infos sur
Harlots
Harlots
Grind/Death/Mathcore - 2003 † 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Weight Unweighable
02.   Avada Kedavra
03.   Full Body Contortion
04.   Dried Up Goliathan
05.   Duilding An Empire Towards Destruction
06.   Consensus For The Locus Of Thought
07.   This Is A Test No, Flesh Should Be Spared
08.   The Concept Of Existence
09.   Suicide Medley

line up
parution
11 Février 2008

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique