chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Toxocara - The Great Rebellious

Chronique

Toxocara The Great Rebellious
Je le dis et le répète, les Pays-Bas n'ont beau s'étirer que sur 41 526 km², ils renferment la scène death metal la plus intéressante du Vieux Continent. On ne va pas faire la liste de tous les bons groupes de death néerlandais mais croyez-moi, ils y sont aussi nombreux que les moulins et les champs de tulipes. Tout ça pour dire que Toxocara est un groupe de death, qu'il vient de Néerlande et qu'il est foutrement doué!

Et pourtant, Toxocara n'est pas le combo batave le plus connu. On peut même dire sans se tromper qu'il est quasi inconnu, notamment ici en France, alors qu'il comprend tout de même dans ses rangs le guitariste compositeur Martijn Moes (The Monolith Deathcult) et le blasteur fou Michiel van der Plicht (Prostitute Disfigurement).

Et d'ailleurs, puisqu'on les tient, les deux comparses sont la clé de voute du son Toxocara: un death métal brutal et intense aux riffs carrément jouissifs. Vous aimez les blasts? Pas de problème, le quintette en propose à foison et on reconnait sans difficulté le jeu de brute de van der Plicht. Un jeu qui colle parfaitement aux thèmes guerriers qu'affectionne Toxocara puisque toutes les paroles évoquent des événement historiques belliqueux. Evidemment, il n'y a pas que ça car des groupes blastant tout feu tout flamme il y en a des tonnes et ce ne sont pas forcément les plus passionnants. Non ici les séquences blastées sont sublimées par des riffs absolument divins à la fois brutaux, mémorables et aussi efficaces qu'une bombe H lâchée sur une ville japonaise. Avec un petit côté mélodique qui fait qu'on ne les oublie pas de si tôt puisqu'il vous parasiteront l'esprit un bon moment (d'où le nom du groupe peut-être). Le rythme très soutenu suivi par les Néerlandais ne les empêchent toutefois pas de s'adonner à quelques mid-tempi et autres passages un peu plus lents, histoire de laisser les troupes se reposer un peu. Mais vraiment un peu alors parce qu'on est pas là non plus pour tirer au flanc! Sir, yes sir!

Vous voyez le tableau, ça pillonne de tous les côtés, un putain de champ de bataille! Ca crie aussi très fort avec un excellent chanteur à la voix grave, puissante, au débit parfois impressionnant et fait rarissime, à peu près compréhensible avec quelques backing vocals criards et deux-trois hommages porcins à la Retouche Faciale de Péripatéticienne. Et le pauvre auditeur au milieu de tout ça ne peut qu'encaisser les coups, surtout que la production s'avère excellente, encore plus claire et puissante que sur Imminent Repulsion, première ogive lancée en 2005 par Sevared Records dans l'anonymat malgré une puissance de feu qui engendrait déjà de sérieux dommages. Par contre le mix a un peu oublié la basse, pourtant bien tenue par...une demoiselle! Mais c'est comme à l'armée, pas de traitement de faveur sous prétexte qu'on a une paire de nichons!

Et tout ça, ça nous donne des morceaux de près de 5 minutes en moyenne, riches et variés mais aux structures bien encadrées. On ne s'y perd pas, bien au contraire on s'y sent même très bien! Quelques samples atmosphériques pas désagréables car toujours utilisés discrètement et avec parcimonie renforcent l'ambiance de guerre (pas de samples de tirs ou de batailles par contre, dommage). Difficile de trouver à redire devant ce The Great Rebellious qui pourrait constituer un parfait petit manuel du death metal en huit leçons. Ou de l'art du Blitzkrieg en 38 minutes chrono! Je vais quand même pinailler un peu en disant que si Toxocara excelle dans les parties blastées, il se fait moins intéressant et plus banal dès qu'il lève le pied. Une perte d'intensité causée par les quelques longueurs habituelles qu'on retrouve de toute façon dans la quasi totalité des albums!

Je ne sais pas si The Great Rebellious figurera dans mon bilan 2008 car la concurrence est rude et que l'année ne fait que commencer mais il constitue une des sorties extrême majeures de ce début d'année. Brutal, intense, précis et travaillé tout en étant mélodique et accrocheur, ce nouveau Toxocara a tous les atouts pour plaire aux gens de bon goût et ce ne serait que justice que la formation atteigne un niveau de notoriété égal à ses compatriotes plus connus!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Caacrinolas citer
Caacrinolas
14/02/2008 21:20
note: 9/10
Dans mon top 5 de l'année ni plu ni moins la chronique arrivera d'ici peu, où vous savez
Yz citer
Yz
14/02/2008 13:22
note: 8.5/10
Excellent album! Du death brutal, "mélodique" et efficace. Avec une très bonne prod et un très très bon batteur. \m/
Keyser citer
Keyser
14/02/2008 00:03
note: 8.5/10
Deux extraits vous sont proposés sur MySpace!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Toxocara
Brutal Death
2008 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (10)  8/10
Webzines : (10)  7.12/10

plus d'infos sur
Toxocara
Toxocara
Brutal Death - 2003 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Godking
02.   The Connate Conflict
03.   Wake Of The Controversy
04.   U-48 (Dive Of Death)
05.   Among Amon
06.   Fusillade The Coalescent
07.   The Stories Of The Palatinian Succession
08.   Maenadic Mausoleum

Durée : 38'00

line up
parution
11 Janvier 2008

Essayez aussi
Suffocation
Suffocation
Despise The Sun (MCD)

1998 - Vulture Records
  
Infuriate
Infuriate
Infuriate

2018 - Everlasting Spew Records
  
Deicide
Deicide
The Stench Of Redemption

2006 - Earache Records
  
Impureza
Impureza
La Iglesia Del Odio

2010 - Snakebite Productions
  
Antropofago
Antropofago
Antropofago (Démo)

2010 - Autoproduction
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast